AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur LECLA l'affreux. :gangster: :chris: :gnih:


Un topic des RPs libres a été mis en place ici ! Allez j'ter un oeil. :hin:
Nous attendons avec impatience nos bébés prédéfinis, ils sont coolish vous verrez ! :ivil: :raff:



C'est la dèche chez les Muffled Necks essayez de renflouer un peu leurs rangs. :chica: :ivil:


Partagez | 
 

 all stories are about wolves. (jolene)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 16/05/2015
≈ IMPACTS : 100

≈ AVATAR : lupita nyong'o.
≈ ÂGE : trente ans.
≈ MÉTIER : couturière aux doigts de fée et espionne pour les peaky blinders - c'est un caméléon qui se fond dans les ombres.
≈ DES ARMES ? : un colt dont elle se sépare plus depuis qu'elle l'a eu entre les doigts.
≈ GANG : les peaky c'est devenu une extension de sa famille - d'abord par le biais de ses frères, puis elle y est entrée elle aussi. elle leur sera fidèle jusqu'à la tombe, ça fait pas un doute.



MessageSujet: all stories are about wolves. (jolene)   Sam 16 Mai - 16:03



i dug a hole inside my heart to put you in your grave

≈ Thème du personnage ≈

Nom ≈ À sa naissance c’était Faulkner, elle y a jamais été particulièrement attachée mais c’était le même que sa famille alors ça suffisait pour qu’elle l’apprécie sans broncher. Et puis la fillette est devenue une femme, Madame Collins même, le patronyme d’un pauvre gars qui a pas tellement bien fini. L’héritage il est noir comme du charbon, noir comme le costume de la faucheuse – c’est bien pour ça qu’elle l’a gardé tel quel. Collins ça avait un goût de malédiction mais elle l’a faite sienne, elle l’a chopée entre ses griffes puis elle a pris la place du capitaine. Prénom(s) ≈ Ça rime avec hémoglobine, celle qu’a trop coulé, celle qu’on lui prendra plus jamais. Jolene, juste Jolene même si certains l’appellent parfois Jo. De toute façon, la plupart du temps on l’appelle pas tout court. Âge ≈ Trente ans qu’elle arpente les rues dégueulasses en avalant la fumée des usines, et pourtant ça se lit à peine sur son visage. Origine(s) ≈ Africaines sans doute, sa peau parle pour elle et la condamne aux yeux du monde. Ça fait plusieurs générations que sa famille est implantée sur le territoire britannique alors elle sait même pas de quel pays ils sont issus exactement, quelle colonie les a amenés ici. Peu importe, elle se considère avant tout comme une anglaise – n’en déplaise à certains. Date de naissance ≈ À l’aube d’un treize septembre trop gris, le soleil bouffé par des nuages aussi voraces que compacts. Lieu de naissance ≈ Birmingham l’encrassée, Birmingham la gangrénée. Elle y est née et y a grandi, probablement vouée à y mourir aussi, mais ça la dérange pas plus que ça. Religion ≈ Catholique et même si sa pratique n’est pas toujours des plus assidues, sa foi demeure. Classe sociale ≈ Elle a fait son chemin parmi la populace qui grouille et qui tousse dans la crasse, les poches aussi vides que l’estomac. C’est moche la pauvreté, au moins autant que les cons qui les regardent crever. Statut marital ≈ Loin d’être éplorée elle est pourtant veuve ; c’est un poids qui s’est envolé et maintenant elle est libre, tellement qu’elle veut plus jamais se laisser emprisonner. Jolene, elle croque la pomme et puis elle la jette avant que les vers s’en emparent. Orientation sexuelle ≈ Hétérosexuelle, les hommes sont les seuls à avoir pu attirer son intérêt et l’idée de tenter autre chose lui a jamais effleuré l’esprit. Métier ≈ Ça fait plusieurs années qu’elle est couturière dans un atelier sur Bishopegate Street – le terrain des italiens – avec une vieille patronne pointilleuse et des clients encore plus intransigeants. Et quand elle est pas en train de rafistoler les tissus, elle espionne pour le compte des Peaky Blinders en laissant traîner son oreille partout. Elle se faufile comme un souffle de vent, elle devient qu’une ombre qui se fait vite oublier. Traits de caractère ≈ Protectrice, battante, vive d’esprit, loyale, déterminée, patiente, observatrice, rancunière, méticuleuse, secrète, bonne comédienne, cinglante, dévouée, audacieuse, calculatrice, digne. Groupe ≈ La gueule du Diable. Avatar ≈ Lupita Nyong'o. Crédits ≈ elf.


Jolene Collins


Un ≈ Dès son plus jeune âge, ses aînés lui ont appris à faire les poches des passants parce que quand on naît dans la misère on survit comme on peut. C’est tout un art qu’elle a fini par maîtriser, et même si elle s’y adonne plus vraiment depuis des années déjà, ça lui arrive de jouer la pickpocket à l’occasion. C’est presque devenu un petit plaisir – quand le challenge est trop alléchant elle cède à la pulsion. Deux ≈ L’épiderme de son dos est marqué par des cicatrices irrégulières et éparpillées un peu n’importe comment. C’est le résultat d’un impact violent entre sa chair et de nombreux éclats de miroirs, qui ont laissé des traces derrière eux. Pour autant ça la dérange pas, elle cherche pas spécialement à les cacher même si elle accepte rarement d’expliquer leur origine. Trois ≈ Ça fait un bout de temps qu’elle a son flingue – un Colt 1849 Pocket. Elle s’en sépare jamais ou presque, trouvant toujours un moyen de le planquer sous ses vêtements ou tout simplement dans son sac lorsqu’elle en a un. Il a une valeur particulière à ses yeux, sentimentale même, c’est comme un trophée personnel. Et si elle sait pas franchement bien viser, elle en reste pas moins capable de presser la détente ; vaut mieux t’inquiéter si elle te prend pour cible. Quatre ≈ Depuis qu’elle est veuve, elle refuse catégoriquement de laisser qui que ce soit avoir la mainmise sur elle à nouveau. Autant dire qu’elle a aucune envie de faire entrer un homme dans sa vie de manière définitive. Il lui arrive de se laisser tenter mais c’est toujours de courte durée, les histoires trop compliquées l'intéressent pas et elle s'en tient aussi éloignée que possible. Maintenant qu’elle est libre, elle tient à le rester. Cinq ≈ Comme bon nombre de ses camarades, elle prête attention à son apparence et fait en sorte de toujours être présentable. Ses affaires sont loin d’être précieuses, c’est plutôt de la récupération et du bricolage en tous genres, souvent elle rafistole tout elle-même, mais ça convient parfaitement pour faire illusion. Elle est assez coquette certes, mais loin d’être superficielle, y a pas la place pour ces conneries dans les bas-fonds de Birmingham. Six ≈ Sa couleur de peau fait pas toujours l’unanimité, c’est un fait. Elle y est habituée maintenant, et si elle a appris à savoir courber l’échine pour pas s’attirer trop d’ennuis, elle en reste pas moins capable de sortir les crocs dès lors que l’occasion se présente. Les racistes sont nombreux et elle sait très bien qu’elle y peut rien, alors elle fait avec et puis elle profite quand certains savent être plus ouverts d’esprit. Sept ≈ C’est assez fréquent de l’entendre fredonner à tout va, même si elle le fait discrètement. La vérité c’est qu’elle adore chanter et qu’elle le fait même sacrément bien. Sa voix est chaude et dorée comme le soleil, un peu rauque parfois – sûrement à cause des cigarettes qui lui encrassent les poumons. Dommage qu’elle en fasse profiter peu de gens ; les heureux élus se comptent sur les doigts d’une main. Huit ≈ Élevée dans une famille catholique, elle a toujours cru en Dieu et priait souvent le soir, agenouillée devant son lit. Malgré le temps et les épreuves sa foi est restée intacte mais elle est pas une fidèle des plus exemplaires, surtout depuis qu’elle a commis son plus grand péché. Elle cherche pas vraiment à se faire accorder le pardon du créateur, mais elle continue de se fier à lui. Neuf ≈ Elle a toujours voulu être mère. C’est juste dans la logique des choses selon elle, et quand elle est tombée enceinte c’était une joie non dissimulée. Puis elle l’a perdu et maintenant elle est persuadée qu’elle aura jamais la chance de donner la vie. C’est une blessure qu’elle montre pas mais ses instincts maternels avortés transparaissent malgré elle en présence de bambins. Dix ≈ La discrétion est l’un de ses meilleurs atouts, elle est passée maîtresse dans l’art de se faire oublier, un talent non négligeable au vu de ses activités. On fait pas attention à sa présence, on la regarde pas et on la prend pour un meuble de plus dans la pièce. Ah ça elle a l’air inoffensive, mais tout le monde sait qu’il faut jamais se fier aux apparences.



serial chiller, marion, 19 ans

T'es arrivé ici comment ? ≈ c'la faute de l'oncle Sam, c'est lui qu'est à blâmer les gars. :uou: Tu penses quoi de ce joyeux bordel ? ≈ bah, en fait, c'est un gros tas de bouse. et z'êtes des moches. et j'vous aime pas. et j'suis pas crédible. :mih: Un truc à nous dire ? Une petite cassdédi ? ≈ LOVE SUR VOS TRONCHES ET SURTOUT CELLE D'UN SALE GOSSE EN PARTICULIER. :aw: Le mot magique pour passer ≈ ce n'est pas personnel, c'est uniquement les affaires. :pervers:


≈ L'ENFER C'EST LES AUTRES ≈


_________________
it's a new dawn ≈ dragonfly out in the sun, you know what i mean, don't you know ? butterflies all having fun, you know what i mean. sleep in peace when day is done, that's what i mean. and this old world is a new world and a bold world for me.


Dernière édition par Jolene Collins le Ven 29 Mai - 16:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t84-all-stories-are-about-wolves-jolene http://hellisempty.forumactif.org/t197-the-undone-and-the-divine-jolene
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 16/05/2015
≈ IMPACTS : 100

≈ AVATAR : lupita nyong'o.
≈ ÂGE : trente ans.
≈ MÉTIER : couturière aux doigts de fée et espionne pour les peaky blinders - c'est un caméléon qui se fond dans les ombres.
≈ DES ARMES ? : un colt dont elle se sépare plus depuis qu'elle l'a eu entre les doigts.
≈ GANG : les peaky c'est devenu une extension de sa famille - d'abord par le biais de ses frères, puis elle y est entrée elle aussi. elle leur sera fidèle jusqu'à la tombe, ça fait pas un doute.



MessageSujet: Re: all stories are about wolves. (jolene)   Sam 16 Mai - 16:03



holy light shines on the things you have done



Histoire


― gone to find a place for us to hide ―

Ils ont l’air cons, tous plantés dans une ligne presque droite, on dirait qu’ils attendent de se faire fusiller. Qu’on les achève et qu’on laisse leurs dépouilles s’écrouler, ça fera toujours moins mal. Jolene se sent trop à l’étroit, coincée entre Lewis le géant et Sally la statue, elle regarde Victor qui sert sa casquette contre lui comme si c’était sa bouée de sauvetage. Et puis le patriarche dans un coin qui bouge pas, et puis la mère de famille qui sanglote en silence. Ah qu’ils sont beaux les Faulkner, on les a embrochés tous ensemble et ils sont là à saigner comme des bestiaux à l’agonie, ils sont là à pas savoir quoi dire ou quoi faire et c’est le ciel qui leur tombe sur la tête. Y a Peter qui est tout raide dans son vieux lit aux lattes mangées par le temps,  reste plus qu’à le couvrir de son linceul et puis on plantera le premier clou dans une boîte en bois – elle aussi elle finira pourrie et lui avec, il se fera bouffer par les asticots et les méandres de la terre. Ça la fait grimacer la gamine, elle sait qu’elle reverra plus son sourire d’abruti avec ses dents de travers, elle a envie de demander : pourquoi ? Mais y aura personne pour lui répondre, ils sont tous bloqués dans une contemplation pathétique sans qu’on ose bouger le petit doigt. Après tout c’est quoi la bonne marche à suivre quand on se fait amputer ? Ils savent pas, personne sait dans cette baraque et c’est la débandade. Le jour est aussi noir que leurs peaux et Jolene commence à se dire que cet enfoiré de Peter, il a pris toute la lumière avec lui quand il a fermé les paupières pour décider de plus jamais les ouvrir. Sa gorge se noue et ses yeux piquent mais elle pleure pas, y a déjà assez de leur vieille mère qui leur déchire le cœur alors elle se retient. Elle sait même pas pourquoi, peut-être qu’elle est trop en colère pour accepter de s’effondrer là, comme ça. Il l’a trahie alors elle veut pas lui montrer qu’il a gagné, puis il aime pas quand elle pleure. Pourtant elle aurait bien envie de le faire, rien que pour l’emmerder là-haut, rien que pour le faire culpabiliser parce qu’il peut plus la consoler maintenant. C’est trop tard, il peut plus rien faire du tout et ça fait un trou qui se creuse dans sa poitrine, y a un grand vide tout froid et elle sait pas quoi en faire alors ses poings se serrent. Il a pas le droit de faire ça, pour qui il se prend d’abord ? S’il est plus là, elle va faire comment pour se servir dans les poches des passants ? C’est lui qui mettait tous les stratagèmes en place, c’est lui qui lui a tout appris. C’est ses vieilles nippes qu’elle porte pour accentuer leur ressemblance pour pas qu’on les chope, c’est son savoir qu’elle utilise pour s’échapper avec l’agilité d’une anguille. C’est lui son frère préféré mais faut pas le dire à Lewis et Victor, ça les fâcherait.

C’est pas juste de mourir à treize ans, c’est qui le connard qui a autorisé ça ? Et puis franchement la fièvre jaune, quel nom débile, pourquoi pas verte ou même violette tant qu’on y est ? Il est pas jaune son frère, il est toujours aussi noir même si ça a pris une teinte bizarre qui lui donne l’air cireux, il reste noir comme le sang qu’il a dégueulé pendant des heures, le rouge il était plus que sur sa langue et dans ses orbites. Ceux de Jolene voient plus grand-chose, c’est tout flou et elle sent les larmes qui veulent se faire la malle. Alors une main rageuse vient les tuer avant qu’elles réussissent mais elle pourra pas lutter bien longtemps, elle est obligée de renifler parce que son nez veut faire comme ses yeux. C’est rien que des traîtres, ils veulent évacuer la pluie qui s’accumule dans son cœur alors elle le ravale pour l’empêcher de venir taper contre le bord de ses lèvres, elle se blinde pour tout retenir et elle lève le menton vers l’aîné de la fratrie. « On va faire quoi maint’nant ? » Y a un double sens, un double tranchant qui lui taille des sillons sur les joues, là où les gouttes salées devraient perler si elle les laissait faire. Elle veut savoir ce qu’ils vont faire de la carcasse – qui va s’en occuper, parce qu’elle a beau le fixer depuis trop longtemps elle se sent pas capable de le toucher, et elle se demande franchement qui pourra le faire. Mais dans le fond elle veut surtout savoir ce que va devenir son quotidien maintenant. Elle s’est trop habituée à courir partout avec Peter pour faire des mauvais coups dans leur coin, pendant que Sally travaille et que Lewis et Victor traînent avec les Peaky Blinders. Son visage prend les traits de celui d’un gosse qui s’est perdu et qui sait plus comment rentrer chez lui, elle espère que Lewis pourra lui montrer le chemin mais il a pas l’air de savoir quoi lui dire. Le colosse ploie pour se mettre à sa hauteur en plantant son regard dans le sien ; il a pas encore ouvert la bouche qu’elle sait qu’il a compris ce qui lui comprime les entrailles. « Comme d’habitude. Mais sans lui. » Forcément, elle attendait quoi comme réponse de toute façon ? Des morts ici y en a tous les jours, surtout les gamins crasseux comme eux, la petite vermine que les grands de ce monde regardent du haut de leur tour en se pavanant avec leurs beaux habits et leurs rires qui irritent les tympans. Le monde continue de tourner, un sale gosse de plus ou de moins ça fait aucune différence sauf pour ceux qui sont aussi sales que lui, sauf pour Jolene qui a l’impression de perdre un morceau d’elle au passage. Elle a plus qu’à ravaler la bile qui lui brûle la gorge et serrer les dents en gardant la tête haute, c’est pas parce qu’on est par terre qu’on doit baisser les yeux et ça elle l’a bien appris ; elle a pas envie de voir ses pieds, c’est bien mieux de regarder les idiots et de les mettre mal à l’aise rien que par sa présence, rien que par son existence. Son échine se redresse et elle se tient bien droite, arrachant un fantôme de sourire à son aîné qui lui tapote le crâne. Elle se sent comme un château de cartes qui a perdu son as de cœur, elle tangue un peu même si elle essaie de pas le montrer. C’est qu’un sale coup du destin tout ça, une mutinerie pour tous les faire tomber comme des mouches mais ça marchera pas ; elle refuse. Qu’on défonce ses fondations pour la rendre bancale, elle se fabriquera une béquille en acier trempé.

― bang bang that awful sound ―

Ses tripes se tordent et ça hurle, ça hurle tellement fort qu’elle a l’impression qu’une bombe est venue embrasser sa boîte crânienne, une de celles que les soldats utilisent à la guerre. Le front il est dans son salon miteux, entre ses draps froissés, au creux de son palpitant, cet estropié qui crache du poison jusque dans ses veines. L’ennemi est face à elle chaque matin, chaque soir, chaque jour que Dieu fait et elle commence à se dire que ça ressemble plutôt à l’œuvre du Malin. Pourtant y a rien de diabolique dans tout ça, c’est juste que la misère parfois, elle se contente pas d’éclabousser leur petite vie. La misère parfois, elle vient se loger dans le cœur des hommes et on peut plus rien faire pour s’en débarrasser. C’est la pire des gangrènes, comme celle qu’on a voulu éviter à Warren quand on lui a coupé la jambe. Comme celle qui a pris possession de son âme et qui l’a rendu plein de haine. Il est loin le sale gosse qui a courtisé Jolene pour finir par lui passer la bague au doigt, elle se souvient même plus de l’angle qu’avait son sourire de petit con ni de la saveur de ses mots doux mais trop maladroits. Oh bien sûr elle l’a aimé, pas d’un amour inconditionnel comme ceux qu’on décrit dans les livres, c’était pas la folie, pas la passion qui consume de l’intérieur. Mais c’était mieux que ce à quoi elle se pensait destinée alors elle s’en est contentée, il la traitait pas trop mal et puis il avait beau ne pas être un exemple, c’était pas une mauvaise graine non plus. Et puis il a eu son foutu accident à l’usine, on a dû le séparer de sa guibolle et il s’est plus jamais relevé. Elle se souvient de la première claque qui a résonné, puis de la seconde, puis du poing pionnier et de tous les coups qui ont suivi. C’est une pluie acide qui s’abat sur sa carcasse au quotidien, c’est les effluves d’alcool bon marché qui lui brûlent les narines et les mots qu’on abat comme des poignards. Elle a fini par s’y faire pourtant, quitte à serrer les dents pour pas crier. Mais tout ça c’est fini. Ses prunelles trop sombres se posent sur celui qui a hérité du titre d’époux et sa main vient machinalement effleurer ses jupons qui cachent la clé de la fin du calvaire. Il est là le con, affalé sur sa chaise avec son verre à la main, les yeux déjà devenus vitreux. C’est le moment et elle le sait – il sera moins fort et moins rapide, ralenti par ses membres engourdis et son cerveau guimauve. C’est maintenant ou jamais.

« T’en as pas marre de t’bourrer la gueule ? » Sa voix claque dans l’air et il met un temps avant de daigner le menton vers elle. Jolene bouge pas, campée à son poste en sentant son cœur tambouriner dans sa poitrine. Pourtant elle le croyait presque mort le roi des organes, aussi pourri que ses entrailles trop vides. La vie est plus là, elle a été fauchée par la violence de l’ivrogne et c’est comme si le sang souillant l’intérieur de ses cuisses avait pas voulu s’effacer. C’est toujours là – c’est l’enfant qui n’en était pas encore un et qui n’en sera jamais un, c’est son ventre qui s’arrondira pas pour accueillir la chair de sa chair parce qu’on la lui a arrachée. Y a des choses qu’on apprend à accepter et y en a d’autres qu’on pardonne pas, y a celles auxquelles on s’adapte et celles qu’on venge avec un goût de fer sous la langue. « Ferm’la toi, j’t’ai p’sonnée. » Ses lèvres trébuchent sur les lettres et en avalent la moitié pendant que celles de Jolene s’étirent doucement dans un demi sourire trop mauvais. Elle le regarde de haut ce déchet, elle le regarde comme si elle était prête à l’écraser sous le poids de sa godasse. Le sort qui l’attend est encore pire. « J’fais que dire la vérité, r’garde-toi. Ah ça il est beau l’éclopé, tout l’monde ricane quand on l’entend arriver, ce bruit-là ça trompe pas. » Pour imager ses paroles, elle tape un pied sur le sol puis fait traîner l’autre, reproduisant le bruit que fait son mari quand il avance avec sa fausse jambe et son pied valide qui glisse sur le sol. Elle accentue le geste à mesure qu’elle le voit bouillonner, cherchant à le pousser à bout en sachant pertinemment qu’elle va y arriver. Il met pas longtemps à se lever pour se ruer sur elle aussi vite qu’il le peut, l’attrapant par le col pour rapprocher leurs visages. « Mais t’vas fermer t’gueule ouais, ’spèce d’sale négresse. » Cette insulte a résonné tellement de fois à ses oreilles qu’elle voudrait se croire immunisée mais ça la heurte toujours autant, pourtant c’est pas faute de s’y être habituée depuis son plus jeune âge. C’est encore pire quand ça vient d’une bouche qui avait l’habitude de rencontrer la sienne, avant qu’elle devienne toxique, avant qu’elle se brûle au whisky et qu’elle se transforme en missile. Les bras le long du corps, elle bouge pas, restant poupée de chiffon entre ses doigts pour lui donner l’avantage jusqu’à trouver le moment propice pour inverser la situation. « L’pire c’est que t’as même pas d’mérite, c’pas l’ennemi que t'as combattu, c’est juste les machines de l’usine. Et en plus t’as perdu, l’pauvre Warren Collins il est pas bien glorieux. » Touché. La réaction se fait pas attendre, il la fait cogner contre le mur en balançant des insultes, ses mains venant enserrer son cou pour la faire suffoquer. Elle se défend comme elle peut, frappant tout ce qu’elle peut atteindre et il recommence à la secouer. Sa silhouette rencontre violemment le miroir qui explose sous l’impact, les morceaux s’éparpillant partout sur le sol. Jolene continue de se débattre et ça fait comme un navire perdu en pleine tempête, ils tanguent puis finissent par tomber à la renverse, engloutis par les abysses. Elle s’étale de tout son long sur le lit de verre et il s’échoue sur elle, la comprimant et l’enfonçant dans le terrain miné ; elle sent les pointes traverser le tissu et puis l’épiderme, ça s’immisce tout contre elle et ça fait comme des griffes acérées qui lui déchirent le dos à mesure qu’elle essaie de ramper, alors que Warren cramponne à nouveau ses phalanges contre sa gorge. Mais cette fois elle le laissera pas faire. Le souffle coupé, sa main est fébrile quand elle soulève sa jupe pour agripper le Colt qu’elle a planqué là – cadeau des Peaky Blinders ou plutôt offrande de Rebecca Wickham qui lui a permis de mettre un premier pied dans l’engrenage.

Bang. Le coup résonne dans son corps tout entier pendant que celui de Warren s’affaisse, son regard prenant une teinte incrédule. Le sang s’écoule, les tissus se font poisseux sous les assauts pourpres et le calme qui prend le pas sur le chaos a quelque chose de mystique, un truc divin qui a finalement répondu aux prières de Jolene. Elle a péché. Elle a tué. Tant pis si ça la condamne aux Enfers, elle a obtenu justice et si elle doit en payer le prix alors ainsi soit-il, que Lucifer la fasse sienne si c’est le châtiment qu’on lui réserve pour punir sa vengeance. Œil pour œil et dent pour dent, il a volé une vie alors elle lui a pris la sienne, et elle accepte de dire adieu à son âme pour son acte. Le sacrifice est complet ; elle fera de l’autel son lieu de pèlerinage.

― sink back into the ocean ―

La température se rafraîchit alors qu’elle continue de malmener sa cigarette, des volutes de fumée venant corrompre l’air qui l’entoure. Son regard se pose sur le gamin à ses côtés, un peu plus petit qu’elle, la moitié de son âge et une lueur espiègle dans le regard. Lui aussi c’est un Peaky même s’ils jouent pas forcément dans la même cour, il est voleur des rues alors que Jolene fait partie des caméléons qui se trimballent un peu partout. Son terrain de prédilection c’est du côté des italiens, l’atelier où elle bosse se trouve dans leur quartier alors c’est là-bas qu’elle glane le plus d’informations même si ça l’empêche pas de se faufiler dans tous les coins. Les rues de Birmingham elle les connaît comme sa poche et elle les arpente encore et encore chaque jour, y a pas un centimètre carré qui lui échappe et elle aime bien traîner dans les ombres discrètement. Souvent y a le môme dans son sillage, faut dire que leur binôme fonctionne pas mal et puis elle l’aime bien cette petite vermine – il est assez doué dans ce qu’il fait et puis on va pas se mentir, il est plutôt de bonne compagnie pour un sale gosse. Alors elle le regarde et puis y a un sourire joueur qui se faufile sur ses lèvres, elle pince sa clope entre le pouce et l’index avant de la lui tendre sans préavis, juste comme ça. Les prunelles d’Eoin se font interrogatrices et y a les dents de Jolene qui se dévoilent encore un peu plus. « Essaie. Tu verras, c’pas compliqué. » Après tout il a foutu les pieds dans le merdier des gangs alors c’est pas ça qui lui fera mal, il a plus de chances de crever une balle dans la tête plutôt qu’à cause du tabac alors autant qu’il en profite. La guerre est terminée mais ça veut rien dire, y en a une nouvelle qui se trame elle en est sûre, les criminels c’est tous des chiens qui s’entretuent pour un os déjà rongé et elle a sauté dedans à pieds joints, elle s’est rangée du côté des anglais puis maintenant elle s’en séparera plus jamais. Son mariage il a fini dans le sang mais celui qui la lie aux Peaky Blinders sera plus fructueux elle en doute pas – y a qu’à voir le respect qu’elle leur paye depuis des années alors que son époux y avait même plus droit. Le carnage finira par éclater et même si ce combat c’est pas vraiment le sien elle y prendra part sans broncher comme tous les autres, comme Eoin alors que c’est pourtant pas de son âge. Il tousse le petit con, il s’étouffe avec l’instrument de torture et elle ricane sans même chercher à masquer son amusement, elle se fout de sa tronche puis elle finit par lui montrer comment on s’y prend. Faut bien que quelqu’un lui montre la marche à suivre c’est comme le reste, ça marche toujours mieux quand la voie est éclairée. Mais à Birmingham les lumières sont toutes éteintes, y a que la crasse qui s’étend à perte de vue et les crapules qui grouillent dans les ruelles, y a que les gosses qui jouent avec les histoires des grands et les pauvres qui crèvent la gueule ouverte. Y en a qui se battent pour devenir les rois mais tout ce qu’ils ont à gouverner c’est des terres noircies et des cœurs atrophiés. Faut croire que la misère a plus de valeur qu’on veut le dire.


≈ L'ENFER C'EST LES AUTRES ≈


_________________
it's a new dawn ≈ dragonfly out in the sun, you know what i mean, don't you know ? butterflies all having fun, you know what i mean. sleep in peace when day is done, that's what i mean. and this old world is a new world and a bold world for me.


Dernière édition par Jolene Collins le Ven 29 Mai - 18:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t84-all-stories-are-about-wolves-jolene http://hellisempty.forumactif.org/t197-the-undone-and-the-divine-jolene
avatar
Les rois du royaume branlant

≈ ARRIVÉE : 05/04/2015
≈ IMPACTS : 689

≈ AVATAR : dane dehaan
≈ ÂGE : vingt-cinq ans, on le prend encore pour un gosse
≈ MÉTIER : peintre raté, contrebandier des silver snakes
≈ DES ARMES ? : un luger, plus pour son crâne que celui des autres
≈ GANG : les serpents venimeux, pas tous cependant



MessageSujet: Re: all stories are about wolves. (jolene)   Sam 16 Mai - 16:45

le pseudo + LUPITA LUPITA LUPITA. merde, cette femme, c'est ma vie :amen: :amen: j'ai hâte de voir ce que tu vas en faire mais ça s'annonce très très très très bien :perv:
BIENVENUE SUR LECLA ET BON FIGHT POUR TA FICHE BOWTÉ :plz: :plz: :chica:

_________________

NI PUTE NI MOINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t36-cowards-and-monsters http://hellisempty.forumactif.org/t69-meme-les-supernovas-s-eteignent-a-un-moment
avatar
Les rois du royaume branlant

≈ ARRIVÉE : 05/05/2015
≈ IMPACTS : 275

≈ UN AUTRE : samuel hancock pour vous servir.
≈ AVATAR : david mazouz.
≈ ÂGE : 15 ans.
≈ MÉTIER : pickpocket au service des peaky, petite frappe, raclure, ordure, les surnoms sont divers et variés.
≈ DES ARMES ? : un revolver, quant au modèle il en sait foutrement rien.
≈ GANG : il y pensait pas grand-chose avant d'en intégrer un, depuis il s'y sent bien, poisson dans l'eau il souhaite pas se tirer de sa grande famille de bookmakers. De toute façon, il a signé le contrat, il peut plus faire machine arrière, il est des Peaky jusqu'à sa mort.



MessageSujet: Re: all stories are about wolves. (jolene)   Sam 16 Mai - 17:43

Toi. Jolene. Lupita. Ton thème. :perv: :plz:
J'te jure, si je l'pouvais, j't'aurais épousé depuis longtemps. :beuh: Pas sûr que Raff approuve ceci dit. :frfr: Bienv'nue ma belle, j'ai hâte de t'lire puis heh, bonne chance pour ta fiche. :koeur: :ih:

_________________


j's'rai content quand tu s'ras mort Vieille Canaille
« the one advantage we have is our ability to cooperate... to help each other out. we recognize ourselves in each other, and are programmed for compassion, for heroism, for love. and those things make us stronger, faster and smarter. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t67-eoin-t-as-brule-tous-mes-tapis-tu-t-es-couche-dans-mon-lit-et-t-as-bu-tout-mon-porto-vieux-chameau http://hellisempty.forumactif.org/t68-eoin-peace-and-love-pauvre-conne
avatar
Les rois du royaume branlant

≈ ARRIVÉE : 14/05/2015
≈ IMPACTS : 110

≈ AVATAR : Thomas Brodie-Sangster
≈ ÂGE : 18 ans
≈ MÉTIER : Coursier pour les serpents italiens
≈ DES ARMES ? : un revolver planqué dans la ceinture. une mite de plomb coincée contre l'oreille. un carnet entre son coeur et sa chemise.
≈ GANG : Silver Snakes



MessageSujet: Re: all stories are about wolves. (jolene)   Dim 17 Mai - 13:50

C'est tellement une BETE d'idée d'avoir pris Lupita, mais jore jore diantre quoi :rip: JE DIS OUI J'APPROUUUUUUVE et bienvenue parmi nous petit donzelle :think: :think: :plz:

et on titre il claque aussi oisetjrldksdf

_________________
FALLING SLOWLY, EYES THAT KNOW ME.
I wanted to live deep and suck out all the marrow of life. To put to rout all that was not life; and not, when I had come to die, discover that I had not lived.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t78-raffaele-close-your-eyes-think-of-something-nice http://hellisempty.forumactif.org/t83-raffaele-much-adoe-about-nothing
avatar
Les rois du royaume branlant

≈ ARRIVÉE : 05/05/2015
≈ IMPACTS : 275

≈ UN AUTRE : samuel hancock pour vous servir.
≈ AVATAR : david mazouz.
≈ ÂGE : 15 ans.
≈ MÉTIER : pickpocket au service des peaky, petite frappe, raclure, ordure, les surnoms sont divers et variés.
≈ DES ARMES ? : un revolver, quant au modèle il en sait foutrement rien.
≈ GANG : il y pensait pas grand-chose avant d'en intégrer un, depuis il s'y sent bien, poisson dans l'eau il souhaite pas se tirer de sa grande famille de bookmakers. De toute façon, il a signé le contrat, il peut plus faire machine arrière, il est des Peaky jusqu'à sa mort.



MessageSujet: Re: all stories are about wolves. (jolene)   Ven 29 Mai - 9:54

Yo la bleusaille. :perv:
Déjà une semaine que t'as commencé ta fiche, ce message est pas à titre de claquage de fouet, mais plutôt de prévention ! Si t'as déjà croqué une semaine, il t'en reste une pour terminer ton petit bébé, si tu as besoin d'un délai il ne faut pas hésiter à nous le demander - nous te donnerons alors 4 jours de plus pour finir tout ça. :ouh: Bonne chance. :stache: :charm:

_________________


j's'rai content quand tu s'ras mort Vieille Canaille
« the one advantage we have is our ability to cooperate... to help each other out. we recognize ourselves in each other, and are programmed for compassion, for heroism, for love. and those things make us stronger, faster and smarter. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t67-eoin-t-as-brule-tous-mes-tapis-tu-t-es-couche-dans-mon-lit-et-t-as-bu-tout-mon-porto-vieux-chameau http://hellisempty.forumactif.org/t68-eoin-peace-and-love-pauvre-conne
Invité
Invité


MessageSujet: Re: all stories are about wolves. (jolene)   Ven 29 Mai - 16:41

Quelle petite beauté, bienvenue ! :mih:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 16/05/2015
≈ IMPACTS : 100

≈ AVATAR : lupita nyong'o.
≈ ÂGE : trente ans.
≈ MÉTIER : couturière aux doigts de fée et espionne pour les peaky blinders - c'est un caméléon qui se fond dans les ombres.
≈ DES ARMES ? : un colt dont elle se sépare plus depuis qu'elle l'a eu entre les doigts.
≈ GANG : les peaky c'est devenu une extension de sa famille - d'abord par le biais de ses frères, puis elle y est entrée elle aussi. elle leur sera fidèle jusqu'à la tombe, ça fait pas un doute.



MessageSujet: Re: all stories are about wolves. (jolene)   Ven 29 Mai - 16:51

J'réponds avec cent-cinquante ans de retard - rien qu'ça - mille excuses les gars :beuh: :plz:

Chris, té bô tsé :hin: contente que Lupita plaise, puis merci. :fall:

Eoin, Si t'étais pas un sale gosse j't'aurais p't'être même dit oui - en attendant faudra faire sans, pis voyons on va pas froisser Raff tu vois :chica: sinon merci ma p'tite ordure. :frfr: :pervers:

Raff, Maw t'es adorable, pis faudra qu'on cause lien toi et moi. :mih: Merci en tous cas :ih:

Luther, OMG JAVIER :noes: :amen: merci m'sieur ! I love you

_________________
it's a new dawn ≈ dragonfly out in the sun, you know what i mean, don't you know ? butterflies all having fun, you know what i mean. sleep in peace when day is done, that's what i mean. and this old world is a new world and a bold world for me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t84-all-stories-are-about-wolves-jolene http://hellisempty.forumactif.org/t197-the-undone-and-the-divine-jolene
avatar
Les rois du royaume branlant

≈ ARRIVÉE : 05/05/2015
≈ IMPACTS : 275

≈ UN AUTRE : samuel hancock pour vous servir.
≈ AVATAR : david mazouz.
≈ ÂGE : 15 ans.
≈ MÉTIER : pickpocket au service des peaky, petite frappe, raclure, ordure, les surnoms sont divers et variés.
≈ DES ARMES ? : un revolver, quant au modèle il en sait foutrement rien.
≈ GANG : il y pensait pas grand-chose avant d'en intégrer un, depuis il s'y sent bien, poisson dans l'eau il souhaite pas se tirer de sa grande famille de bookmakers. De toute façon, il a signé le contrat, il peut plus faire machine arrière, il est des Peaky jusqu'à sa mort.



MessageSujet: Re: all stories are about wolves. (jolene)   Ven 29 Mai - 18:53

J'sais pas si j'te pardonne hein. :uou:

_________________


j's'rai content quand tu s'ras mort Vieille Canaille
« the one advantage we have is our ability to cooperate... to help each other out. we recognize ourselves in each other, and are programmed for compassion, for heroism, for love. and those things make us stronger, faster and smarter. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t67-eoin-t-as-brule-tous-mes-tapis-tu-t-es-couche-dans-mon-lit-et-t-as-bu-tout-mon-porto-vieux-chameau http://hellisempty.forumactif.org/t68-eoin-peace-and-love-pauvre-conne
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 16/05/2015
≈ IMPACTS : 100

≈ AVATAR : lupita nyong'o.
≈ ÂGE : trente ans.
≈ MÉTIER : couturière aux doigts de fée et espionne pour les peaky blinders - c'est un caméléon qui se fond dans les ombres.
≈ DES ARMES ? : un colt dont elle se sépare plus depuis qu'elle l'a eu entre les doigts.
≈ GANG : les peaky c'est devenu une extension de sa famille - d'abord par le biais de ses frères, puis elle y est entrée elle aussi. elle leur sera fidèle jusqu'à la tombe, ça fait pas un doute.



MessageSujet: Re: all stories are about wolves. (jolene)   Ven 29 Mai - 18:58

Et si j'te chante une berceuse, tu m'pardonnes ? :aw:

_________________
it's a new dawn ≈ dragonfly out in the sun, you know what i mean, don't you know ? butterflies all having fun, you know what i mean. sleep in peace when day is done, that's what i mean. and this old world is a new world and a bold world for me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t84-all-stories-are-about-wolves-jolene http://hellisempty.forumactif.org/t197-the-undone-and-the-divine-jolene
avatar
Les rois du royaume branlant

≈ ARRIVÉE : 05/05/2015
≈ IMPACTS : 275

≈ UN AUTRE : samuel hancock pour vous servir.
≈ AVATAR : david mazouz.
≈ ÂGE : 15 ans.
≈ MÉTIER : pickpocket au service des peaky, petite frappe, raclure, ordure, les surnoms sont divers et variés.
≈ DES ARMES ? : un revolver, quant au modèle il en sait foutrement rien.
≈ GANG : il y pensait pas grand-chose avant d'en intégrer un, depuis il s'y sent bien, poisson dans l'eau il souhaite pas se tirer de sa grande famille de bookmakers. De toute façon, il a signé le contrat, il peut plus faire machine arrière, il est des Peaky jusqu'à sa mort.



MessageSujet: Re: all stories are about wolves. (jolene)   Ven 29 Mai - 19:48



Douce euphorie qu'est la validation



Prêt à te faire castagner ?


Ton deuxième prénom, c'est perfection. :kyu: Putain, je savais qu'elle allait envoyer du lourd, MAIS LAAA. AVEC TA PLUME T'SAIS. Je suis amoureuse, véritablement, et j'te jure que si Eoin avait été plus grand... Arrow Mais bon, maintenant qu'il a Raff dans les pattes et qu'il est trop jeune pour elle, c'trop tard. :beuh: PAS GRAVE, on va quand même se faire des feels, j'te citerais bien des passages mais tout est trop... magnifique. C'est criant d'une vérité à la Jo qui fait du bien, elle est digne, elle gère, elle est belle et je t'aime. :koeur: :plz: :chou: :gnih: :siffly: T'es une déesse, ma déesse. :charm: :frfr: :ih:

Bravo coco, finalement t'es pas trop mal barré pour survivre à Birmingham. :smoke: Avant de pouvoir te la couler douce, va falloir que tu bouges tes miches ! Parce que ouais, y'a pas de salaire sans travail et tout ce foutoir - j'suppose que tu connais. Dans tous les cas, tu vas d'abord aller recenser ta tronche, parce que bon ce serait triste qu'un autre vienne te la chourer. Ensuite, la case nous informer du reste est aussi obligatoire, on veut savoir ton métier, où t'habites, ton rang si tu fais partie d'un gang ou des autorités, bref, tout ça rien que pour le plaisir de bibi. :chris: Ensuite, tu pourras faire ta fiche de liens, un scénario seulement si t'es sage et pour terminer ; tu pourras RP. Ouais, j'sais qu t'as pris autant plaisir à m'lire que j'en ai pris à écrire. :perv: En cas d'pépin le staff est là pour toi, va vers les autres et va pas faire ta mijaurée - dans c'te ville de toute manière t'as pas à l'être. :frfr:

PS : ton groupe fait que t'as un QG secret, va voir dans le coin du Garrison. :ivil:


≈ L'ENFER C'EST LES AUTRES ≈


_________________


j's'rai content quand tu s'ras mort Vieille Canaille
« the one advantage we have is our ability to cooperate... to help each other out. we recognize ourselves in each other, and are programmed for compassion, for heroism, for love. and those things make us stronger, faster and smarter. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t67-eoin-t-as-brule-tous-mes-tapis-tu-t-es-couche-dans-mon-lit-et-t-as-bu-tout-mon-porto-vieux-chameau http://hellisempty.forumactif.org/t68-eoin-peace-and-love-pauvre-conne
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 16/05/2015
≈ IMPACTS : 100

≈ AVATAR : lupita nyong'o.
≈ ÂGE : trente ans.
≈ MÉTIER : couturière aux doigts de fée et espionne pour les peaky blinders - c'est un caméléon qui se fond dans les ombres.
≈ DES ARMES ? : un colt dont elle se sépare plus depuis qu'elle l'a eu entre les doigts.
≈ GANG : les peaky c'est devenu une extension de sa famille - d'abord par le biais de ses frères, puis elle y est entrée elle aussi. elle leur sera fidèle jusqu'à la tombe, ça fait pas un doute.



MessageSujet: Re: all stories are about wolves. (jolene)   Ven 29 Mai - 20:10

Wtf, arrête tu vas m'faire rougir, espèce de vile va :beuh: en vrai merci pour les compliments itout ça fait grave zizir, j'suis contente si ça t'a plu et bref, LOVE :fire: :ih: :chou:

_________________
it's a new dawn ≈ dragonfly out in the sun, you know what i mean, don't you know ? butterflies all having fun, you know what i mean. sleep in peace when day is done, that's what i mean. and this old world is a new world and a bold world for me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t84-all-stories-are-about-wolves-jolene http://hellisempty.forumactif.org/t197-the-undone-and-the-divine-jolene
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: all stories are about wolves. (jolene)   

Revenir en haut Aller en bas
 

all stories are about wolves. (jolene)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» liste spaces wolves 1000pts
» Space-Wolves
» La cabale du crépuscule /VS/ Space wolves
» [Space Wolves][2011] Loganwing de ORC-EN-TONG
» Ghost stories
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≈ AND ALL THE DEVILS ARE HERE :: ≈ EMBARQUER POUR LES BAS-FONDS :: Remplissez votre casier judiciaire :: Dossiers archivés-