AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur LECLA l'affreux. :gangster: :chris: :gnih:


Un topic des RPs libres a été mis en place ici ! Allez j'ter un oeil. :hin:
Nous attendons avec impatience nos bébés prédéfinis, ils sont coolish vous verrez ! :ivil: :raff:



C'est la dèche chez les Muffled Necks essayez de renflouer un peu leurs rangs. :chica: :ivil:


Partagez | 
 

 Flash Back : introducing to the easy life of a spoiled kept woman (Angus & Helen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 23/05/2015
≈ IMPACTS : 16

≈ AVATAR : Candice Swanepoel
≈ ÂGE : 22
≈ MÉTIER : Serveuse
≈ DES ARMES ? : Non
≈ GANG : Non mais elle est fascinée



MessageSujet: Flash Back : introducing to the easy life of a spoiled kept woman (Angus & Helen)   Dim 21 Juin - 10:27


Angus & Helen

Il y a près de 5 semaines que je n'ai pas remis les pieds au Green Bottle et je ne m'en suis pas plus mal portée. Ces quelques semaines m'ont permis de faire le deuil d'une période bien difficile de ma vie. J'avais dû à la fois travailler, ce à quoi je n'avais pas été préparée, comme serveuse dans ce pub, métier bien éloigné des fastes de ma vie passée, pour un salaire de misère qui ne me permettait aucune fantaisie.  Et je regarde l'homme qui a tout changé ou presque pour moi. Angus discute un peu plus loin alors que je commande un whisky ...

5 semaines plus tôt ...
Il y a foule dans le pub et la soirée va encore être particulièrement pénible pour moi qui suis serveuse ici. Il y a maintenant 3 mois que j'ai trouvé ce job, bien contente de pouvoir gagner un peu d'argent car le maigre pécule que j'avais pu sauver de la débâcle financière qui avait suivi le départ précipité de mes parents à l'étranger était en voie d'épuisement. J'ai 22 ans et jamais je n'avais travaillé jusque-là. Moi qui dépensais sans compter depuis que je suis adolescente, qui avait été pourrie et gâtée par mes parents, je devais compter chaque sou et c'était sans doute encore plus insupportable que tout.

Je me fraye un passage entre les clients particulièrement nombreux et bruyants, à croire que tous les habitants de la ville se sont donnés rendez-vous ici ce soir. Tandis que je prends la commande j'aperçois un peu plus loin un petit groupe qui vient d'arriver et, parmi eux, il y a un fort bel homme que j'ai déjà aperçu plusieurs fois depuis que je travaille au Green. certains disent qu'il a des intérêts dans le pub ou qu'il travaille pour les propriétaires. Il en impose et, ça je l'ai remarqué tout de suite, il a de l'argent. Certains diront que je suis obsédée par l'argent. Je ne m'en cache pas ...

Pas facile de prendre toutes les commandes et de circuler dans la foule avec les verres. Ca frotte pas mal et, de temps à autre, je sens des mains baladeuses sur mes fesses. Je m'y suis faite et ça fait partie des petites choses qu'il faut accepter si je ne veux pas me faire virer parce que j'ai insulté un client. J'accepterais plus volontiers si c'était un beau mec plein aux as qui me faisait ça ... au point où j'en suis je crois que je suis prête à pas mal de concessions avec l'éducation de petite bourgeoise que j'ai eu ... si c'est pour retrouver un meilleur standing.

Tiens, voilà le bel irlandais arrivé un peu plus tôt qui me fait signe pour une commande. Je m'approche. Je ne sais rien de lui, ou presque rien, même pas s'il est marié, mais il n'a pas l'aire d'avoir d'alliance au doigt, ou s'il a une petite amie, je n'ai pas vu de femme avec lui. Il doit bien avoir une douzaine d'années de plus que moi mais on dit que les hommes d'affaire, et je suis sûre que c'en est un, aiment avoir des maîtresses plus jeunes. Bon allez ... je rêve un peu ... je dois redescendre sur terre .. il m'a sans doute même pas remarquée.


Oui les choses ont bien changé en 5 semaines et c'est drôlement agréable de se faire servir. J'en reviens pas encore de constater que le rêve est d'une certaine façon devenu réalité... Bon il a fallu quelques concessions à la morale bourgeoise dans laquelle j'ai été élevée. Mais quelle importance ? ...



Dernière édition par Helen Parks le Dim 21 Juin - 22:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 29/05/2015
≈ IMPACTS : 43

≈ AVATAR : Benedict Cumberbatch
≈ ÂGE : 35 ans
≈ MÉTIER : un simple investisseur.. ou le leader des Smoky, faut voir qui d'mande
≈ DES ARMES ? : un des premiers Mk4 qu'on ait retapé et un poing américain bien que j'ai pas si souvent l'occasion de mettre des pains moi même
≈ GANG : Smoky Shamrocks



MessageSujet: Re: Flash Back : introducing to the easy life of a spoiled kept woman (Angus & Helen)   Dim 21 Juin - 20:49





Introducing to the a easy life of a spoiled kept woman


y a cinq semaines


Le Green Bottle, on y va souvent avec certains des gars qui bossent pour moi. J'aime l'idée qu'on soit un peu comme une grande famille. Bien moins importante qu'la vraie, ça va d'soit, mais j'veux maintenir cet esprit un peu paternaliste, un peu comme dans certaines industries où l'patron couve ses salariés pour être sur qu'ils soient efficaces et qu'ils aillent pas s'barrer ailleurs. Ça m’empêche pas d'taper du poing sur le table, ou ailleurs, quand y a un truc qui m'plait pas, mais j'ai pas vraiment b'soin de ça, jusque là, j'ai plutôt eu des éléments sérieux et fiables. J'compte aussi sur cette approche pour éviter d'me manger une mutinerie, sait-on jamais. Les employés des usines font gréve quand y a un truc qui leur plaît pas, les miens.. les miens risquent plus de tenter le poutch ou d'aller rencarder ceux qui m'en veulent. Alors j'garde l’œil ouvert tout en essayant d'faire en sorte  d'en faire des employés fidèles.  Où j'veux en v'nir ? A ce qu'on faisait là, assis dans un coin au Green Bottle. J'pourrais les convoquer aut' part pour discuter affaire, un truc plus sérieux, plus officiel, mais c'est pas un truc important, c'est juste pour revoir qu'ques détails avec mes négociateurs. Alors une bonne pinte ici.. bah c'est pas plus mal qu'une convocation ennuyeuse à mourir dans un bureau.

J'ai commandé une brune, les gars aussi. J'sais pas si c'est pour pas m'vexer ou parce que c'est c'qu'ils veulent, mais très honnêtement, c'est pas vraiment mon problème. Tant qu'ils gaspillent pas, ils sont assez grands pour commander tous seuls. Y'en a un qui s'permet une p'tite réflexion sur l'fait qu'il aurait préféré qu'on attende que que soit la superbe blonde qui vienne nous servir plutôt qu'son confrère qui aille au comptoir nous chercher nos boissons. Il a pas tout à fait tort, mais on est pas là pour  profiter de ses charmes. D'autant qu'elle, elle est là pour bosser, pas pour subir les pulsions des types qui picolent sa bière. Enfin j'me doute qu’elle y a droit plus que de raison, ça ce saurait si les les gars qui viennent là étaient que des enfants de cœur, il a beau avoir un certain cachet, c'pub, on sait tous comment ça réagit un mec qui voit passer une femme plutôt bien fichue, surtout s'il a un coup dans l'nez. Moi j'me contente d'regarder en essayant d'pas m'laisser déconcentrer pour autant.

Les minutes défilent, les sujets qu'je voulais aborder aussi, et les pintes se vident. Le pub s'est remplit peu à peu, pour mon plus grand plaisir. J'aime l'ambiance de c'genre d'endroit quand ça grouille comme ça. Et puis c'est bon pour les affaires. Un regard entendu avec les gars et j'fais signe à la jolie blonde pour qu'elle vienne vienne prendre not' commande. Y a trop d'monde pour aller s'faire servir au comptoir. Elle arrive avec le sourire, j'sais pas comment elle fait, entre les types qui doivent pas s'gener pour profiter d'la foule pour lui coller la main ou j'pense et ceux qui doivent essayer de l'aborder un peu lourdement... enfin elle est professionnelle, c’est plutôt agréable.
  « La même chose. » j'désigne les pintes vides sur la table tandis qu'un d'mes gars s'permet d'ajouter un « Et un autre joli sourire aussi s'il vous plaît. » J'me racle la gorge en lançant un regard insistant au bavard avant d'm'adresser de nouveau à la serveuse.   « Faites pas attention. La même chose donc, s'il vous plaît. » Elle ramasse les verres et une fois qu’elle s’éloigne, j'rappelle aux deux autres que j'suis pas là pour les r'garder faire la cours et encore moins aussi maladroitement.  J'ai droit à des excuses, mais j’éclate de rire presque aussitôt. J'me moque bien d'tout ça, et puis on avait terminé d'toutes façons. La dernière pinte n'est que pure loisir, les sujets qu'on d'vais aborder l'ont d'ja été.

La v'la qui r'vient. On la laisse poser les pintes pleines sur la table et j'lui sers un sourire compatissant.
« Merci. » Pour avoir bossé dans l'commerce, j'sais qu'les clients sont pas toujours agréables, et j'parle d'une épicerie, ici ça doit être pire.





(c) Codage Redhairedmoira


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t193-angus-brody-people-do-not-lack-strength-they-lack-will-v1-0-terminee http://hellisempty.forumactif.org/t211-angus-brody-a-trusty-comrade-is-always-of-use#2470
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 23/05/2015
≈ IMPACTS : 16

≈ AVATAR : Candice Swanepoel
≈ ÂGE : 22
≈ MÉTIER : Serveuse
≈ DES ARMES ? : Non
≈ GANG : Non mais elle est fascinée



MessageSujet: Re: Flash Back : introducing to the easy life of a spoiled kept woman (Angus & Helen)   Dim 21 Juin - 23:16


Angus & Helen

Je crois bien que plusieurs de ceux avec qui je travaillais il y a 5 semaines ne m'ont pas reconnu. Il faut dire que beaucoup de choses ont sensiblement modifié mon look, ma coiffure, quelques bijoux, un bracelet qui orne mon poignet, une bague à la main droite, des vêtements plus élégants. Ca vous change facilement une femme ... et moi je revis.

5 semaines plus tôt ...
Je me suis approchée du petit groupe et c'est le beau gosse qui me passe la commande, la même chose m'a-t-il dit avec beaucoup de gentillesse. Si tous les clients pouvaient être comme ça ce serait plus facile. Un des mecs qui l'accompagnent me sort une petite plaisanterie, une histoire de sourire. J'essaye toujours d'être avenante, ça fait pas de mal même si c'est pas toujours facile. Dans quelque temps peut-être en aurais-je assez et je serai moins souriante. Le beau gosse reprend l'autre en me disant de ne pas faire attention. C'est vrai que l'autre était un peu lourdingue. On voit qui est le chef dans le groupe.

"Je vous ramène vos bières Monsieur ... le temps d'aller jusqu'au comptoir et de me frayer un passage dans cette foule"  

Je repars et vais chercher les bières brunes. J'ai horreur de ce genre de breuvage. Mais je sais que les Irlandais aiment bien ça. Tandis que j'avance avec mon plateau je repense au chef du petit groupe que je vais servir. Il est vraiment à mon goût, beau et riche ... mais il risque pas de s'intéresser à une petite serveuse comme moi. Et puis les Irlandais ils aiment bien être entre eux. Dommage ... en plus il a l'air d'un vrai gentleman ... comme on en trouvait dans le monde que je fréquentais à Londres. Ca me rappelle vraiment des souvenirs.

Allez ... il vaut mieux que je me laisse pas aller à la nostalgie sinon je vais pas en dormir de la nuit. En attendant je dois porter ce foutu plateau avec les pintes de bière et pour une faible femme comme moi c'est pas du gâteau, surtout quand elle a toujours eu l'habitude de se faire servir. C'était tellement mieux à la maison quand le majordome ou les domestiques nous servaient. Mais je vais pas montrer que ce job m'embête ... trop contente d'en avoir un. Et il prend même la peine de me remercier avec un sourire ... ils sont pas toujours comme ça les clients.

"J'espère que je vous ai pas trop fait attendre ... Vous êtes un client très ... sympathique.

Je lui décoche un superbe sourire, encore plus chaleureux que la première fois et j'insiste bien sur le "très sympathique". C'est vrai et puis, si je peux profiter de cette soirée pour lui taper un peu dans l'œil, je vais pas laisser passer l'occasion. Je sais me servir de mes armes et la séduction en fait partie ... et puis c'est vrai qu'il est sympathique. ca ne m'empêche pas de sourire à ceux qui l'accompagnent, mais c'est certainement un peu moins appuyé. Je traîne un peu avant de repartir pour servir d'autres clients.

Il y a un moment de répit maintenant que la soirée est bien avancée. je peux souffler un peu derrière le comptoir et ça fait du bien.


Tandis que je bois mon whisky je plains les serveuses qui travaillent ce soir en me rappelant combien je trouvais ça éreintant quand j'étais à leur place. Et c'est pas parce que j'ai changé de rôle que j'ai oublié de leur dire un merci quand j'ai été servie et d'échanger quelques mots avec l'une d'elles qui m'a reconnue. Elle voudrait certainement avoir la même chance !...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 29/05/2015
≈ IMPACTS : 43

≈ AVATAR : Benedict Cumberbatch
≈ ÂGE : 35 ans
≈ MÉTIER : un simple investisseur.. ou le leader des Smoky, faut voir qui d'mande
≈ DES ARMES ? : un des premiers Mk4 qu'on ait retapé et un poing américain bien que j'ai pas si souvent l'occasion de mettre des pains moi même
≈ GANG : Smoky Shamrocks



MessageSujet: Re: Flash Back : introducing to the easy life of a spoiled kept woman (Angus & Helen)   Sam 27 Juin - 1:01





Introducing to the a easy life of a spoiled kept woman


y a cinq semaines


Très sympathique qu'elle dit. Allons bon, c'est nouveau ça. Soit on vient d'lui dire qui j'suis, soit, bien plus amusant encore, v'la qu’elle tente de faire maronner celui d'mes gars qui la draguait maladroitement plus tôt. Ouai, j'aime cette seconde idée, et elle a pas l'air assez bête pour réagir comme ça à la première option... sympathique c'est pas l'mot qu'j'aurais choisi à sa place en tout cas. Mais après tout, y a rien d'plus vicieux qu'une jolie femme, c'est bien connu. Personne n'ajoute rien et elle repart à ses taches et nous on r'prend not' conversation. Elle est restée un temps plantée là et j'ai bien cru qu'elle allait nous d'mander d'payer les bières, chose qu'il est fortement recommander d'faire quand le pub est bondé comme ce soir pour éviter qu'le client s'tire sans payer.. l'client ordinaire du moins. Mais elle l'a pas fait.

La soirée a défilé sans qu'on s'en rende vraiment compte, comme toujours. Et quand le pub se vide un peu et qu'il ne reste plus que nous et une poignée d'autres types, j'me penche un peu sur la table pour parler d'un sujet plus léger avec mon gars. J'lui dit qu'il devrait pas la r'garder comme ça, lui il fait mine d'pas comprendre, le coup classique. Crétin. D'autant plus crétin qu'comme la salle s'est vidée peu à peu, la v'la bien plus abordable que tout à l'heure. On le pousse un peu, l'encourageant au mieux. Et après avoir vidé ce qui restait de sa troisième pinte, il finit par s'lever et aller tout penaud s'approcher du comptoir . Nous on l'regarde de loin. Il joue nerveusement avec ses doigts à tordre sa casquette, on essaye d'pas s'marrer. D'autant qu'si elle continue à sourire, il est clair qu'il arrivera pas à ses fins. C'est pas possible, ce type est capable de t'nir tête à n'importe qui, mais il perd totalement ses moyens face à une jolie blonde ! Il finit par r'venir et son confrère lui propose d'aller faire un tour où les filles ont pas b'soin qu'on leur parle. Ils prennent congé, fin d'la réunion, si on pouvait app'ler ça comme ça.

J'reste là, m'allumant une clope en hésitant. Rentrera, rentrera pas... Mais ça m'travaille de trop, faudrait qu'je sache. Qu'est ce qu'il a bien put lui dire, ou tenter d'lui raconter pour réussir à s'perdre comme il l'a fait sans pour autant offusquer la d'moiselle ? Parce qu’elle aurait put lui coller sa main en travers d'la tronche sans qu'personne lui en veuille vraiment si cet andouille avait ma choisi ses mots. Moi j'parirais qu'il a rien choisi du tout justement, qu'il a pas réussit à aligner deux mots corrects. Merde alors... j'ai pourtant vu l'même homme réussir à t'nir tête à des requins. Faut qu'j'en ai l'coeur net. J'me lève pour aller r'joindre la d'moiselle. C'est vrai qu’elle est jolie mais y a pas d'quoi en perdre la parole.
« Vous lui avez fait peur. » qu'je lui dit en attrapant un des verres qu'elle vient d'essuyer pour le poser à l'endroit sur l'comptoire. Elle réagit pas tout d'suite et je r'commence avec un s'cond. « Vous voulez bien m'raconter ce qu'il a dit d'vant un verre plein ? D'la où on était... j'dois admettre qu'on l'a juste vu essayer et j'suis forcé d'reconnaitre qu'vous êtes d'une patience exemplaire. Un talent rare. »  





(c) Codage Redhairedmoira


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t193-angus-brody-people-do-not-lack-strength-they-lack-will-v1-0-terminee http://hellisempty.forumactif.org/t211-angus-brody-a-trusty-comrade-is-always-of-use#2470
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 23/05/2015
≈ IMPACTS : 16

≈ AVATAR : Candice Swanepoel
≈ ÂGE : 22
≈ MÉTIER : Serveuse
≈ DES ARMES ? : Non
≈ GANG : Non mais elle est fascinée



MessageSujet: Re: Flash Back : introducing to the easy life of a spoiled kept woman (Angus & Helen)   Ven 3 Juil - 19:12


Angus & Helen


5 semaines plus tôt ...
Je suis tranquillement installée sur un tabouret derrière le comptoir, attendant que des clients aient besoin de quelque chose. Mais la clientèle est plus clairsemée, l'heure étant déjà avancée. Je peux me reposer un peu et j'apprécie car c'est une des soirées les plus chargées que j'ai connue. Et voilà le gars qui m'a fait demandée un autre joli sourire, et s'était fait gentiment reprendre par le grand Irlandais, qui doit être son patron si je me trompe pas, se dirige vers moi. Un peu balourd ce gars et en plus il a déjà descendu pas mal de bière. Son haleine est bien chargée quand il me parle. Difficile à suivre ce qu'il me raconte mais à la manière dont il me regarde et dont il m'a déjà regardée durant la soirée, je n'ai pas de peine à deviner ses intentions. Ce gars-là est pas vraiment mon genre. Si c'était l'autre grand Irlandais, je dirais peut-être pas non, surtout qu'il a du fric c'est évident.

"Je crois bien que ta mère te dirait qu'il faut pas importuner les jeunes filles ... surtout quand on a bu trop de bière ! ... Alors suis le conseil et ... regarde ceux avec qui tu es venu. Ils ont dû t'inciter à venir me voir et maintenant ils te regardent et rigolent de te voir faire.... ton patron aussi ... et lui c'est un gentleman. "  

J'avais envie d'ajouter un gentleman très séduisant mais je m'en dispensais, pas la peine de lui révéler certaines de mes pensées. S'il avait été avec les idées un peu plus claires, il aurait certainement perçu dans ma voix et dans mon regard ce que je pensais de son patron et l'attirance que j'éprouvais. Mais il était surtout en train de bégayer et de se sentir très mal à l'aise. A croire que je lui faisais peur. Je me serais pas crue capable d'impressionner à ce point de grands balourds pareils ! Il finit par battre en retraite piteusement et à rejoindre son groupe avant de quitter le Green Bottle.

Je l'ai suivi des yeux et voilà que le bel Irlandais rapplique. J'en crois pas mes yeux en constatant que c'est vers moi qu'il se dirige. Il me demande comment je me suis débrouillée pour faire peur à son gars et ce que j'ai pu lui dire. J'éclate de rire.

"Je ne crois pas lui avoir fait peur ... j'en ai pas eu besoin. La bière lui brouillait un peu les idées et puis ... je lui ai parlé de sa mère ! ... même un grand gaillard comme ça peut être troublé! ..."

Et je lui ressors le petit baratin que j'ai sorti à son gars. sans oublier ma remarque sur le groupe et le patron qui observait le gars en question. Et le patron je le regarde avec des yeux de velours et un petit sourire au coin des lèvres, toujours le petit sourire qui leur avait bien plu. Bon ... j'évite malgré tout de lui faire trop ouvertement du rentre dedans. Je suis sans doute prête à m'assoir sur certaines conventions s'il me fait des propositions, mais je veux quand même y mettre les formes. Mon éducation et mon milieu social d'origine ont laissé un peu de vernis ...

"Vous vous êtes bien amusé ... à le voir faire. Je me trompe ? ... Excusez-moi ... je crois bien que des clients me réclament ... Si vous avez besoin de quelque chose je reviens de suite ... "

Je me dirigeais vers un duo qui attendait impatiemment qu'on leur resserve un whisky. Je remplis donc leur verre avant de revenir pour constater que l'Irlandais était toujours là. Je ne sais pas comment il avait pu prendre ma remarque "si vous avez besoin de quelque chose ..." dont je m'étais tout de suite rendu compte qu'elle pouvait être ambigüe. Mais, à bien y réfléchir l'ambiguïté ne me déplaisait pas. Je savais qu'il m'avait regardé pendant tout ce temps mais j'évitais d'en rajouter, espérant seulement que mon physique lui faisait son petit effet.


Aujourd'hui ...
Le cadre, les visages, les échanges de cette soirée vieille de 5 semaines sont bien gravées dans ma mémoire. Il est vrai que ce soir-là beaucoup de choses ont changé et que je n'ai pas à m'en plaindre. Je me revois toujours souriante en revenant vers lui. Après tout ce sourire ne l'avait pas laissée indifférent.



[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Flash Back : introducing to the easy life of a spoiled kept woman (Angus & Helen)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Flash Back : introducing to the easy life of a spoiled kept woman (Angus & Helen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Flash back... Direction les Année 90
» [MegaDrive] Flashback
» Flash-back
» [FLASH BACK] Réunion de famille [Danielle et Matt]
» SONG YE MIN _ flash back
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≈ AND ALL THE DEVILS ARE HERE :: ≈ BIRMINGHAM POUR LES POURRIS :: Au Nord :: The green bottle-