AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur LECLA l'affreux. :gangster: :chris: :gnih:


Un topic des RPs libres a été mis en place ici ! Allez j'ter un oeil. :hin:
Nous attendons avec impatience nos bébés prédéfinis, ils sont coolish vous verrez ! :ivil: :raff:



C'est la dèche chez les Muffled Necks essayez de renflouer un peu leurs rangs. :chica: :ivil:


Partagez | 
 

 back in times, i wasn't that pathetic... life hates me (Rourke)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 18/06/2015
≈ IMPACTS : 68

≈ AVATAR : Dominic Cooper
≈ ÂGE : 35 ans
≈ MÉTIER : Ancien pianiste. Ancien soldat. Ancien détenu. Actuel barman au Red Hand.
≈ DES ARMES ? : Aucune arme, il les tient en horreur depuis la fin de la guerre.
≈ GANG : Incapable d'utiliser sa main gauche, il en devient inutile pour les gangs. Malgré tout, de part ses origines, il travaille dans le lieu de couverture des Smoky Shamrocks et ça ne le dérange pas une seconde d'avoir affaire à eux.



MessageSujet: back in times, i wasn't that pathetic... life hates me (Rourke)   Jeu 18 Juin - 23:03



I shoulda told you from the start And I'm late but now I'm running Please wait for me I'm coming Never gonna wait another day I finally found the words to say I want you

≈ Thème du personnage ≈

Nom ≈ O'More. Mais en déménageant en Angleterre, il a changé son nom pour le rendre moins irlandais et plus anglais. Désormais, on le connaît sous le nom de Moore. Prénom(s) ≈ Rourke Âge ≈ 35 ans Origine(s) ≈ Irlandais pur souche, on ne saurait s'y tromper. Son accent le trahi à chacun de ses mots. Date de naissance ≈ 31 mai 1885 Lieu de naissance ≈ Galway, Connacht, Irlande. Religion ≈ Catholique Classe sociale ≈ Pauvre Statut marital ≈ Célibataire Orientation sexuelle ≈ Homosexuel. Cela lui aura apporter bien des soucis et peu de bonheur. Métier ≈ Ancien pianiste, il a du abandonner son art pour rejoindre une guerre dont il se moquait totalement. Ancien soldat, il est rentré du champ de bataille meurtri et blessé. Il n'a pas fallut longtemps avant qu'il ne se fasse arrêter pour outrage. Ancien détenu, il a immigré en Angleterre pour une nouvelle vie et doit donc se contenter du travail peu ragoutant de barman. Traits de caractère ≈ dépressif, caustique, solitaire, en manque d'amour et d'attention, profondément bon, agressif, violent, fier, alcoolique, imprévisible, insensible au malheur des autres, simple, déterminé, tendre. Groupe ≈ La main gantée Avatar ≈ Dominic Cooper Crédits ≈ Black Goat


Rourke Moore


Un ≈ Ancien pianiste d'un très bon niveau, il a vu son rêve de devenir connu et reconnu lorsqu'une balle à traverser son bras gauche de part en part, détruisant les nerfs et l'empêchant donc de bouger son poignet ainsi que sa main. Son bras s'orne d'une vilaine cicatrice douloureuse qu'il déteste. Deux ≈ Adepte de l'alcool, plus pour oublier que par réelle appréciation du goût, Rourke est rarement sobre. Cela ne l'empêche pas de tenir debout, ni même de converser, mais du coup, il a l'odeur caractéristique du whisky qui lui colle à la peau. Trois ≈ La guerre l'a traumatisé et il se trouve incapable d'en parler pour se libérer de ses démons. Imprévisible à certains moments, lorsqu'il n'a pas assez d'alcool dans le sang, il peut devenir très violent ou sensible comme un gamine à tresses. Quatre ≈ Homosexuel depuis qu'il est en âge de s'intéresser à ses semblables, il n'a jamais eu aucun souci à dissimuler sa particularité. Il préfère passer pour un asocial que pour gay. Pourtant, il n'a jamais touché une femme, même pour se couvrir. Il ne parvient pas à faire semblant, c'est plus fort que lui. Cependant juste après la guerre, il a oublié de se dissimuler, il a oublié de s'inquiéter et fatalement, la vie, cette garce, lui est tombée dessus. Surpris dans une ruelle par un policier trop zélé, il a fini en prison pendant 2 ans, pour outrage... Prisonnier pour avoir aimé... Cinq ≈ Depuis qu'il est incapable de jouer de la musique, Rourke en est devenu aigri et ne peut plus écouter le moindre air sans ressentir le plus profond dégoût. Six ≈ A force de s'éloigner des hommes, il ressent un profond manque d'affection et d'amour. Pourtant incapable d'en réclamer, il ronge son frein, se contentant d'augmenter sa dose d'alcool de mois en mois, pour ne plus sentir le poids de l'indifférence sur ses épaules. Il n'a pas conscience de s'écarter de lui même des autres et préfère blâmer le monde plutôt que sa propre personne. Sept ≈ Incapable d'utiliser sa main gauche, son ancienne main maitresse, il a pourtant réussi à s'acclimater assez vite à sa particularité et réussi, la plupart du temps, à ne pas passer pour un handicapé aux yeux de son entourage. Huit ≈ Quelques jours après sa sortie de prison, il a immigré en Angleterre et a même acheté un chien, pour se tenir compagnie. La pauvre bête est morte après quelques jours en sa présence. L'Irlandais avait oublié de le nourrir et s'il ne l'avouera jamais la mort de l'animal l'a beaucoup touché. Neuf ≈ Amoureux d'un homme pendant la guerre, il lui a envoyé une lettre par jour durant toute sa mobilisation. Il le savait marié avec une femme. Il le savait amoureux de cette femme. Il pensait mourir. Du coup, pour ne rien regretter, il a décidé d'envoyer ces lettres. Rourke n'a jamais revu cet homme et n'a d'ailleurs jamais cherché à le revoir, mais l'imaginer attendre ses lettres, l'a aidé à survivre durant tout le conflit. Dix ≈ Birmigham, il déteste. Cette ville, il la trouve moche, sans âme et il ne supporte pas ses habitants. Pourtant il reste là, incapable de recommencer à s'intégrer à une nouvelle ville.



Evilish Snake, 25 ans, Lily

T'es arrivé ici comment ? ≈ Pub sur FB, mais ça fait longtemps que j'tourne autour en mode vautour. Tu penses quoi de ce joyeux bordel ? ≈ C'est tout moche et ça pue la mort  :bwag: Bon okay, j'aime beaucoup et les couleurs sont coolos *-* Et puis c'est grave complet, j'adhère! Un truc à nous dire ? Une petite cassdédi ? ≈ C'est où qu'on signe pour coucher avec les admins?  :bave:   :hehe: Le mot magique pour passer ≈ S'il vous plaît  :nyu:  :cc:


≈ L'ENFER C'EST LES AUTRES ≈


_________________
I need to stay alive to see the dead coming
Maybe I’m wrong Or maybe I’m right Maybe it’s just too late but this is keeping me awake all night. Maybe say yes or maybe say no Maybe I’m just too shy to admit that it is time to go. We go out on our own It’s a big bad world outside Carrying’ our dreams and all that they mean Trying to make it all worthwhile. × by lizzou.


Dernière édition par Rourke Moore le Mer 24 Juin - 19:10, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 18/06/2015
≈ IMPACTS : 68

≈ AVATAR : Dominic Cooper
≈ ÂGE : 35 ans
≈ MÉTIER : Ancien pianiste. Ancien soldat. Ancien détenu. Actuel barman au Red Hand.
≈ DES ARMES ? : Aucune arme, il les tient en horreur depuis la fin de la guerre.
≈ GANG : Incapable d'utiliser sa main gauche, il en devient inutile pour les gangs. Malgré tout, de part ses origines, il travaille dans le lieu de couverture des Smoky Shamrocks et ça ne le dérange pas une seconde d'avoir affaire à eux.



MessageSujet: Re: back in times, i wasn't that pathetic... life hates me (Rourke)   Jeu 18 Juin - 23:03



Farewell, I've gone to take my throne above, But don't weep for me 'Cause this will be The labor of my love



Histoire



Le sang éclate en mille gouttes carmines, s’écrasent sur son visage maculé par la boue et le font grimacer de dégoût. Probablement devrait-il s’y habituer mais rien n’y fait, chaque mort le touche et le détruit un peu plus. Il n’en connaît aucun, il se force à ne pas les connaître, pour ne pas approfondir le gouffre de souffrance dans lequel il s’enfonce depuis déjà trop longtemps. Sa chute est inexorable, mais lente, chaque jour le poussant un peu plus vers le fond. La plume crisse sur le papier qui se noircit de mots apaisants tandis qu’il écrit ses déboires, à un homme qu’il ne connaît pas réellement, mais qui l’aide inconsciemment.

18 mars 1915
Bonjour Mick.
Je sais, je n’ai pas pu t’écrire hier, j’en suis désolé. Un obus est venu droit dans ma tranchée. J’ai vraiment cru que j’allais y passer, mais il faut croire que la chance est avec moi. J’espère vraiment que ce conflit ne va pas s’éterniser, je n’en peux déjà plus de ces trous sans fin. Et les sifflements… Tu sais, les balles qui fusent au dessus de ma tête en sifflements incessants. A croire que ces foutus allemands ne dorment jamais… Enfin… Je ne t’écris pas pour me plaindre. Tu sais que la France est magnifique ? Cela me rappelle parfois les paysages de mon enfance. Avant que ma vie ne tourne au cauchemar. Tu savais que j’avais une petite sœur ? Je l’aimais tellement. Un véritable rayon de soleil pour tous ceux qu’elle fréquentait. Et puis il y a eu cette foutue attaque de quelques protestants trop stupides pour se rendre compte que tuer ma sœur ne changerait rien du tout. Nous n’étions dans aucun conflit et notre seul tort était d’avoir une foi différente. Et au lieu de s’attaquer à moi, ils ont attendu de me voir partir, avec mon paternel, pour s’attaquer aux femmes. Ma pauvre sœur n’a pas survécu. Elle était encore jeune et avait tant de choses à voir.

Ma mère a hurlé… Si fort que nous sommes revenus plus vite que nous n’aurions pu le faire en temps normal. Nous n’étions pas partis si loin, mais le temps de notre retour, les tueurs n’étaient plus là. Je n’ai jamais pu les retrouver. Ces deux salopards qui ont décimé ma famille. Oui parce qu’ensuite, lorsque l’on a du enterrer ma cadette, ma mère s’est décomposé. La volonté de vivre l’a quitté. Celle de mon père aussi d’ailleurs, mais lui s’est réfugié dans l’alcool. Elle… Elle est décédée quelques jours plus tard… Pas plus… Il ne lui a pas fallu longtemps pour suivre ma sœur. Je me suis retrouvé seul, responsable de mon père alcoolique… Je n’avais que 12 ans. Je sais que je ne devrais pas me plaindre. Beaucoup n’ont pas eu tout ce temps de vie paisible. Mais ayant connu le bonheur, c’est très dur de commencer à souffrir. Mais je m’en suis remis. Après tout, le temps efface tout. Enfin au moins la douleur. Parfois, je repense à ma sœur… mais je cesse bien vite, toujours trop touché par cet évènement.

Tu sais, parfois, je me dis que je ne devrais pas écrire alors que des soldats à côté de moi sont en train d’agoniser, mais je ne peux m’en empêcher. Et puis si jamais je meurs sous les balles, au moins restera t’il une trace de ma triste vie quelque part. J’essaierai de t’écrire demain.

Baisers…
Rourke

Les rayons du soleil viennent enfin réchauffer la peau abimée de son visage tandis qu’il lève les yeux vers le ciel découvert. La pluie s’en est allée et avec elle, un infime espoir revient, incohérent avec l’état d’esprit dans lequel l’homme se trouve actuellement. Il sourit pourtant et laisse la chaleur se répandre sur chacun de ses traits avant d’attraper son nécessaire à courrier, dont les feuilles s’amenuisent à mesure du temps qui passe dans cette guerre qui n’est pas la sienne.

25 mai 1915
Bonjour Mick.

Le soleil est de retour aujourd’hui. Il était temps, la pluie commençait à s’insinuer dans chaque parcelle de mon cœur et de mon corps. C’était… usant. Je suis bien content que ça soit terminé maintenant. Je suis habitué pourtant, la pluie n’est pas étrangère chez nous, mais ici, tout est amplifié, tout est pire. Même la pluie alors que je l’adorais dans mon passé. C’est stupide j’imagine. Tu sais que c’est un jour de pluie où l’on s’est vu pour la première fois. Enfin… Je t’ai vu. Toi tu étais avec ta femme. Elle est magnifique d’ailleurs mais… Je crois n’avoir jamais ressenti un tel paradoxe. Perché sur mon piano, les notes s’élevaient dans la salle de bar dans laquelle je me produisais. Et toi tu es entré au bras de cette créature sublime… Mais ce n’était pas elle la plus belle, loin de là. Tu as éclipsé la présence de tout le monde, par ta simple présence. J’ai fauté à cet instant. Je ne le faisais jamais pourtant, mais ma note m’a échappé. Tu as levé les yeux vers moi à cet instant et ton regard m‘a hypnotisé. C’est stupide. Je savais que jamais tu ne me regarderais comme je te regardais, mais cela m’importait peu. La simple idée de te voir me seyait plus que je ne pourrais jamais l’exprimer.

Enfin peu importe. Ton regard a croisé le mien et ma musique s’est envolée. Je n’ai jamais aussi bien joué de toute ma vie et c’était juste parce que tu m’écoutais et me regardais. Je sais que tu n’étais intéressé que par ma musique alors j’ai lâché mon meilleur jeu. Je me suis senti entier pour quelques minutes et puis tu as détourné la tête. Plus intéressé par la beauté de ta dulcinée, je suis redevenu aussi plat que je pouvais l’être précédemment. Je ne crois pas avoir retrouvé un jour cette intensité de jeu, mais je ne t’en veux pas. Cet art éphémère m’a touché et j’essayais en tout temps de reproduire cette félicité, sans trop de succès. Je suis un artiste de la passion je suppose. Bref, mon paradoxe… J’étais heureux ce soir là. Si heureux que j’ai pu jouer à mon meilleur niveau. Mais malheureux tout autant… Pour des raisons qui me sont propres. Je dois y aller, les allemands ne sont pas loin… Je t’écrirai demain.

Baisers…
Rourke

La douleur irradie son bras et il est au sol, incapable de se relever et aucune sensation ne parvenant jusqu’à ses doigts. Une larme de désespoir se noie parmi ses semblables de douleur et tandis qu’il essaye de se redresser, un poids insupportable vient s’écraser sur lui. Un homme, blessé à son tour, vient perdre la vie sur son propre cœur encore palpitant. Le sang vient à se mélanger à la boue, ses yeux se ferment tant il est incapable de voir le monde autour de lui. Son autre main serre son ultime lettre, si serrée que personne ne pourrait la récupérer. Sauf peut être cette ombre, qui s’approche de lui, sans discrétion. Sa respiration se bloque, il essaye de passer pour mort afin de conserver ce semblant de vie. Foutu instinct de survie qui l’incite à chercher à vivre, alors que la mort l’aurait probablement sauvée. L’allemand s’approche de l’amas qu’il forme avec cet homme qui fût son voisin de tranchée. Il les observe et le souffle manque à l’irlandais, mais il ne bouge pas, mû par le besoin de rester en vie.

L’autre se penche et attrape la lettre, dont il ne comprend pourtant pas un mot, mais il connaît ça… Ce besoin d’écrire, de donner des nouvelles… Et il sait que la famille de cet homme mort attendra cette lettre, cette dernière lettre, avec impatience. Il va donc se charger de l’envoyer, comme pour soulager sa conscience d’avoir tué cet homme… pourtant pas tout à fait mort. Dès que la silhouette s’éloigne, il reprend bruyamment son souffle et relève le regard vers cette ombre qui s’en va, la dernière once de sa vie à la main…


16 avril 1917
Bonjour Mick.

J’ai un mauvais pressentiment aujourd’hui, va savoir pourquoi. Le ciel est gris, mais il ne pleut même pas. C’est lourd, couvert et l’impression que les allemands vont nous tomber dessus me prend aux tripes. Je dois avouer que ça fait plusieurs jours que c’est comme ça, même si je n’osais pas vraiment te l’annoncer dans mes lettres. Je ne voulais pas t’inquiéter. Mais aujourd’hui. C’est profond et tout mon corps craint ce jour. En vérité, ce sont nos ordres qui me préoccupent plus que ces satanés boches. Je ne peux pas en parler ici au cas où cette lettre ne tombe entre de mauvaises mains, mais je suis certain que la mort m’attend ce soir. Probablement cette lettre sera-t-elle la dernière que tu recevras de moi. Et comme je vais probablement laisser ma vie ici, dans cette boue française, je me dois de te dire la vérité et toute la vérité. Tu m’as toujours pris pour le petit pianiste de ton bar préféré et je l’ai été, pendant tout ce temps, mais il y a tout autre chose. Je ne devrais probablement pas le dire, mais je t’ai observé, plusieurs fois. Incapable de t’avouer ce que mon palpitant dissimule difficilement. Je t’ai vu avec elle. Je t’ai vu boire plus que de raison, sans elle, après vos probables disputes. Je t’ai vu inviter l’assemblée à boire un verre lors de la naissance de ton premier fils. Je t’ai vu aussi aguicher une autre femme que la tienne, probablement las de la routine que tu t’es instaurée. Et pire que tout. Je t’ai vu m’ignorer, comme le dernier des imbéciles que j’étais alors et que je suis encore aujourd’hui.

Plus d’une fois, j’ai vraiment voulu t’avouer mes sentiments, mais je savais que tu ne les comprendrais pas, que tu me détesterais de te les avoir dis. C’est pour te préserver autant que pour me protéger que je t’ai caché cela. Et puis par respect pour ta femme aussi, qui se trouve être une femme formidable. Je lui ai parlé, plusieurs fois, pour en savoir plus sur toi et en vérité, c’est devenu une très bonne amie. J’espère qu’elle ne sera pas trop peinée quand tu lui apprendras mon décès. Je sais, c’est très pessimiste, mais je ne parviens pas à m’empêcher de croire que quelque chose de tragique va m’arriver aujourd’hui. Ah. Mon régiment s’ébranle. Je t’aime Mick… Et je suis désolé de te l’apprendre ainsi…

Baisers…
Rourke

La prison ne lui réussit pas du tout. L’humidité ambiante aggrave sa blessure, la rendant  douloureuse à toute heure. Pire encore, il n’a pour autre compagnie que lui-même, les matons étant trop effrayé pour l’affubler d’une compagnie. Ils croient probablement que le démon qui lui tient compagnie irait les corrompre à leur tour de cette déviance sexuelle dont il s’est fait accuser. Cela fait désormais presque un an que la guerre a cessé, mais les cauchemars l’assaillent en tout temps. Ces visions de corps déchiquetés et d’armes douloureusement dangereuses le happent même éveillé et bourdonnent dans son esprit qui se dérange au temps passant. Il n’en peut plus de cette punition qui l’empêche de s’abreuver de ce liquide ambré, cette potion d’oubli bienvenue dont il ne peut jouir enfermé. La libération n’est plus très loin, mais en cette fin d’année 1919, la déprime menace de mettre fin à sa vie. Seul réconfort, cette promesse de retrouver le sourire, lorsqu’enfin dehors, il pourra remettre la main sur un verre de whisky. Maigre consolation qui lui suffit pourtant… Après tout, la vie ne pourra que difficilement être pire…


≈ L'ENFER C'EST LES AUTRES ≈



Dernière édition par Rourke Moore le Mar 23 Juin - 23:31, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les rois du royaume branlant

≈ ARRIVÉE : 05/04/2015
≈ IMPACTS : 689

≈ AVATAR : dane dehaan
≈ ÂGE : vingt-cinq ans, on le prend encore pour un gosse
≈ MÉTIER : peintre raté, contrebandier des silver snakes
≈ DES ARMES ? : un luger, plus pour son crâne que celui des autres
≈ GANG : les serpents venimeux, pas tous cependant



MessageSujet: Re: back in times, i wasn't that pathetic... life hates me (Rourke)   Jeu 18 Juin - 23:35

LES IRLANDAIS ARRIVENT :bril: :bril: :bril: :bril: :bril: :bril:
pour ça je t'aime, et puis pour cooper, et puis le pseudo :plz: :bwag:
bienvenue officiellement parmi nous et bon courage pour ta fiche I love you

_________________

NI PUTE NI MOINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t36-cowards-and-monsters http://hellisempty.forumactif.org/t69-meme-les-supernovas-s-eteignent-a-un-moment
avatar
Les rois du royaume branlant

≈ ARRIVÉE : 05/05/2015
≈ IMPACTS : 275

≈ UN AUTRE : samuel hancock pour vous servir.
≈ AVATAR : david mazouz.
≈ ÂGE : 15 ans.
≈ MÉTIER : pickpocket au service des peaky, petite frappe, raclure, ordure, les surnoms sont divers et variés.
≈ DES ARMES ? : un revolver, quant au modèle il en sait foutrement rien.
≈ GANG : il y pensait pas grand-chose avant d'en intégrer un, depuis il s'y sent bien, poisson dans l'eau il souhaite pas se tirer de sa grande famille de bookmakers. De toute façon, il a signé le contrat, il peut plus faire machine arrière, il est des Peaky jusqu'à sa mort.



MessageSujet: Re: back in times, i wasn't that pathetic... life hates me (Rourke)   Ven 19 Juin - 1:46

Oh oui l'Irlandais avec Dominic, me gusta. :perv: :pervers:
Bienvenue parmi nous et bonne chance pour ta fiche. :string: :raff:

_________________


j's'rai content quand tu s'ras mort Vieille Canaille
« the one advantage we have is our ability to cooperate... to help each other out. we recognize ourselves in each other, and are programmed for compassion, for heroism, for love. and those things make us stronger, faster and smarter. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t67-eoin-t-as-brule-tous-mes-tapis-tu-t-es-couche-dans-mon-lit-et-t-as-bu-tout-mon-porto-vieux-chameau http://hellisempty.forumactif.org/t68-eoin-peace-and-love-pauvre-conne
avatar
Les désespérés à la syphillis

≈ ARRIVÉE : 09/06/2015
≈ IMPACTS : 788

≈ AVATAR : + roxane mesquida.
≈ ÂGE : + 28 y.o.
≈ MÉTIER : + gère les comptes d'une modeste biscuiterie nommée The White Horse. Business familial. Façade des Peaky Blinders, vous savez, le gang. Oui ceux-là. Elle les a gérés pendant la guerre alors elle connaît bien, c'est toute sa vie ce métier.
≈ DES ARMES ? : + détermination inébranlable, persuasion féminine, un nom de famille et la lame de rasoir qui va avec, même dans un joli chapeau par tradition.
≈ GANG : + peaky blinders.



MessageSujet: Re: back in times, i wasn't that pathetic... life hates me (Rourke)   Ven 19 Juin - 6:55

Bienvenue, t'as l'air awesome :red:

_________________

- Il ne faut pas laisser les intellectuels jouer avec les allumettes. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t234-mourra-bien-qui-rira-le-dernier-rebecca http://hellisempty.forumactif.org/t242-crownless-queen-rebecca
avatar
Les désespérés à la syphillis

≈ ARRIVÉE : 22/05/2015
≈ IMPACTS : 820

≈ UN AUTRE : Je suis pas schizo
≈ AVATAR : Keira Knightley
≈ ÂGE : 30 ans
≈ MÉTIER : serveuse au Derby Hat
≈ DES ARMES ? : Uniquement un couteau, câché dans ses jupons, dont elle ne sait pas se servir
≈ GANG : Officiellement elle ne bosse pour aucun d'entre eux, officieusement elle vend des infos aux Muffled Necks, sur les italiens.



MessageSujet: Re: back in times, i wasn't that pathetic... life hates me (Rourke)   Ven 19 Juin - 9:41

Bienvenue toi :chou: t'es trop styley :frfr: j'ai hâte de voir ça une fois fini :katie:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t113-kat-s-property http://hellisempty.forumactif.org/t146-kat-sometimes-i-close-my-eyes-and-i-imagine-the-world-whitout-violence#942
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 23/05/2015
≈ IMPACTS : 445

≈ AVATAR : Natalie Dormer
≈ ÂGE : 33 ans
≈ MÉTIER : Sergent de police
≈ DES ARMES ? : Un gun, une dague dans la botte
≈ GANG : Le gang contre les gangs : la police



MessageSujet: Re: back in times, i wasn't that pathetic... life hates me (Rourke)   Ven 19 Juin - 11:17

Re Bienvenue beau gosse ! :ih:

A très bientôt :frfr:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 29/05/2015
≈ IMPACTS : 43

≈ AVATAR : Benedict Cumberbatch
≈ ÂGE : 35 ans
≈ MÉTIER : un simple investisseur.. ou le leader des Smoky, faut voir qui d'mande
≈ DES ARMES ? : un des premiers Mk4 qu'on ait retapé et un poing américain bien que j'ai pas si souvent l'occasion de mettre des pains moi même
≈ GANG : Smoky Shamrocks



MessageSujet: Re: back in times, i wasn't that pathetic... life hates me (Rourke)   Ven 19 Juin - 16:56

haaaaaaaaaa un compatriote :bril:
bienvenue par ici, hâte de voir ta fiche terminée, ce qu'y a déjà donne envie :red:

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t193-angus-brody-people-do-not-lack-strength-they-lack-will-v1-0-terminee http://hellisempty.forumactif.org/t211-angus-brody-a-trusty-comrade-is-always-of-use#2470
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 18/06/2015
≈ IMPACTS : 68

≈ AVATAR : Dominic Cooper
≈ ÂGE : 35 ans
≈ MÉTIER : Ancien pianiste. Ancien soldat. Ancien détenu. Actuel barman au Red Hand.
≈ DES ARMES ? : Aucune arme, il les tient en horreur depuis la fin de la guerre.
≈ GANG : Incapable d'utiliser sa main gauche, il en devient inutile pour les gangs. Malgré tout, de part ses origines, il travaille dans le lieu de couverture des Smoky Shamrocks et ça ne le dérange pas une seconde d'avoir affaire à eux.



MessageSujet: Re: back in times, i wasn't that pathetic... life hates me (Rourke)   Ven 19 Juin - 18:25

Les irlandais ce sont les meilleurs :red:
Merci à tous, j'espère que Rourke vous plaira autant une fois terminé What a Face

_________________
I need to stay alive to see the dead coming
Maybe I’m wrong Or maybe I’m right Maybe it’s just too late but this is keeping me awake all night. Maybe say yes or maybe say no Maybe I’m just too shy to admit that it is time to go. We go out on our own It’s a big bad world outside Carrying’ our dreams and all that they mean Trying to make it all worthwhile. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 27/05/2015
≈ IMPACTS : 7

≈ UN AUTRE : Non
≈ AVATAR : Anaïs Mali
≈ ÂGE : 26 ans
≈ MÉTIER : Chanteuse de cabaret au Red Hand
≈ DES ARMES ? : Mon corps, ma voix. Armes fatales et redoutables auprès de la gent masculine et peut-être bien féminine
≈ GANG : Aucun. Des clients, des amants potentiels.


MessageSujet: Re: back in times, i wasn't that pathetic... life hates me (Rourke)   Ven 19 Juin - 21:28

Un irlandais :mih:
J'aime bien ton personnage, il promet,bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 18/06/2015
≈ IMPACTS : 68

≈ AVATAR : Dominic Cooper
≈ ÂGE : 35 ans
≈ MÉTIER : Ancien pianiste. Ancien soldat. Ancien détenu. Actuel barman au Red Hand.
≈ DES ARMES ? : Aucune arme, il les tient en horreur depuis la fin de la guerre.
≈ GANG : Incapable d'utiliser sa main gauche, il en devient inutile pour les gangs. Malgré tout, de part ses origines, il travaille dans le lieu de couverture des Smoky Shamrocks et ça ne le dérange pas une seconde d'avoir affaire à eux.



MessageSujet: Re: back in times, i wasn't that pathetic... life hates me (Rourke)   Mar 23 Juin - 23:32

Huhu merci bien *-*

J'ai terminé ma fiche, même si le modèle d'histoire peut éventuellement dérouter. J'espère que ça suffira, sinon je peux écrire encore d'autres lettres (a)

_________________
I need to stay alive to see the dead coming
Maybe I’m wrong Or maybe I’m right Maybe it’s just too late but this is keeping me awake all night. Maybe say yes or maybe say no Maybe I’m just too shy to admit that it is time to go. We go out on our own It’s a big bad world outside Carrying’ our dreams and all that they mean Trying to make it all worthwhile. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les rois du royaume branlant

≈ ARRIVÉE : 05/04/2015
≈ IMPACTS : 689

≈ AVATAR : dane dehaan
≈ ÂGE : vingt-cinq ans, on le prend encore pour un gosse
≈ MÉTIER : peintre raté, contrebandier des silver snakes
≈ DES ARMES ? : un luger, plus pour son crâne que celui des autres
≈ GANG : les serpents venimeux, pas tous cependant



MessageSujet: Re: back in times, i wasn't that pathetic... life hates me (Rourke)   Mer 24 Juin - 21:46



Douce euphorie qu'est la validation



Prêt à te faire castagner ?


poor bastard :fire: :kyu:  :plz:  :fall: quelle vie :*-*: mais i like dat, l'histoire est hyper touchante, ta plume très belle, bref j'ai envie de faire un gros câlin à rourke maintenant  :bril: (et puis sinon entre dépressifs il nous faudra un lien What a Face)  

Bravo coco, finalement t'es pas trop mal barré pour survivre à Birmingham.  :smoke: Avant de pouvoir te la couler douce, va falloir que tu bouges tes miches ! Parce que ouais, y'a pas de salaire sans travail et tout ce foutoir - j'suppose que tu connais. Dans tous les cas, tu vas d'abord aller recenser ta tronche, parce que bon ce serait triste qu'un autre vienne te la chourer. Ensuite, la case nous informer du reste est aussi obligatoire, on veut savoir ton métier, où t'habites, ton rang si tu fais partie d'un gang ou des autorités, bref, tout ça rien que pour le plaisir de bibi.  :chris: Ensuite, tu pourras faire ta fiche de liens, un scénario seulement si t'es sage et pour terminer ; tu pourras RP. Ouais, j'sais qu t'as pris autant plaisir à m'lire que j'en ai pris à écrire.  :perv: En cas d'pépin le staff est là pour toi, va vers les autres et va pas faire ta mijaurée - dans c'te ville de toute manière t'as pas à l'être.  :frfr:


≈ L'ENFER C'EST LES AUTRES ≈


_________________

NI PUTE NI MOINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t36-cowards-and-monsters http://hellisempty.forumactif.org/t69-meme-les-supernovas-s-eteignent-a-un-moment
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 18/06/2015
≈ IMPACTS : 68

≈ AVATAR : Dominic Cooper
≈ ÂGE : 35 ans
≈ MÉTIER : Ancien pianiste. Ancien soldat. Ancien détenu. Actuel barman au Red Hand.
≈ DES ARMES ? : Aucune arme, il les tient en horreur depuis la fin de la guerre.
≈ GANG : Incapable d'utiliser sa main gauche, il en devient inutile pour les gangs. Malgré tout, de part ses origines, il travaille dans le lieu de couverture des Smoky Shamrocks et ça ne le dérange pas une seconde d'avoir affaire à eux.



MessageSujet: Re: back in times, i wasn't that pathetic... life hates me (Rourke)   Mer 24 Juin - 21:56

T'es sûr que c'est le côté dépressif qui te plaît? :fufu: :hin: :pervers:
Merci beaucoup, ravie que ça t'ai plu :bwag:

_________________
I need to stay alive to see the dead coming
Maybe I’m wrong Or maybe I’m right Maybe it’s just too late but this is keeping me awake all night. Maybe say yes or maybe say no Maybe I’m just too shy to admit that it is time to go. We go out on our own It’s a big bad world outside Carrying’ our dreams and all that they mean Trying to make it all worthwhile. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: back in times, i wasn't that pathetic... life hates me (Rourke)   

Revenir en haut Aller en bas
 

back in times, i wasn't that pathetic... life hates me (Rourke)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Summens Times] Parutions
» GayZor support'sitoire // Come back
» 2010 Michael J.Fox Back to the Future spécial 25 ans !
» Chicago Bulls ... are back to business
» *Back to the ruins par tifil
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≈ AND ALL THE DEVILS ARE HERE :: ≈ EMBARQUER POUR LES BAS-FONDS :: Remplissez votre casier judiciaire :: Dossiers archivés-