AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur LECLA l'affreux. :gangster: :chris: :gnih:


Un topic des RPs libres a été mis en place ici ! Allez j'ter un oeil. :hin:
Nous attendons avec impatience nos bébés prédéfinis, ils sont coolish vous verrez ! :ivil: :raff:



C'est la dèche chez les Muffled Necks essayez de renflouer un peu leurs rangs. :chica: :ivil:


Partagez | 
 

 LES SMOKY SHAMROCKS ≈ famille Brody

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Le dieu imposteur

≈ ARRIVÉE : 05/04/2015
≈ IMPACTS : 141

≈ AVATAR : timothy dalton.
≈ ÂGE : -
≈ MÉTIER : cadavre pourrissant dans une tombe.
≈ DES ARMES ? : -
≈ GANG : peu importe maintenant.



MessageSujet: LES SMOKY SHAMROCKS ≈ famille Brody   Lun 6 Avr - 22:17



Les Irlandais



Les Smoky Shamrocks


Les nouveaux, les bleus, ceux qui font flipper aussi. Ils sont arrivés en 1918, tout juste à la fin de la guerre, ils ont profité de la faiblesse du pays pour s'incruster à Birmingham et y entamer leur petit trafic d'armes. Le but est simple chez eux ; on achète du vieux matos, on l'embellit, on le rend comme neuf et on le revend. Ils ont pas de parti pris en matière de politique, néanmoins ils font jaser. Le chef, Angus, il est connu pour être assez intraitable, d'agir en bon bourgeois et d'avoir des idées très peu modernes. Les filles quant à elles, mis à part la petite dernière, y'a rien de bien folichon à savoir, à se foutre sous la dent. De toute façon, ils sont discrets, font peu parler d'eux et ça doit être pour ça qu'ils font naître un sentiment de frayeur chez les autres - en plus d'être Irlandais, forcément. Faut pas croire, ils ont du répondant, surtout avec leurs poings américains qui font un malheur chez ceux qui veulent les provoquer. Pour plus d'informations, merci de vous référer à l'annexe sur les gangs.

NB ≈ vous devez savoir que ces PVs sont importants, de fait nous n'accepterons pas quelqu'un qui fait des fautes aussi grosses qu'une maison ainsi qu'une mauvaise interprétation du personnage, ne vous mettez pas la pression pour autant néanmoins nous avons des attentes concernant nos bébés.  :plz: Aussi, vous serez parfois sollicités par MP pour des intrigues/events à venir, soyez prêts et surtout veuillez nous tenir au courant de toute décision importante que votre personnage prendra tel qu'un mariage ou whatever, histoire que nous puissions mettre à jour le PV et que nous n'ayons pas de mauvaises surprises. :stache:

ANGUS BRODY ≈ Benedict Cumberbatch (pris)
LAOISE BRODY ≈ Holliday Grainger (libre)
OONAGH CARPENTER ≈ Carey Mulligan (libre)
JACOB CARPENTER ≈ Jack Huston (libre)


≈ L'ENFER C'EST LES AUTRES ≈

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org
avatar
Le dieu imposteur

≈ ARRIVÉE : 05/04/2015
≈ IMPACTS : 141

≈ AVATAR : timothy dalton.
≈ ÂGE : -
≈ MÉTIER : cadavre pourrissant dans une tombe.
≈ DES ARMES ? : -
≈ GANG : peu importe maintenant.



MessageSujet: Re: LES SMOKY SHAMROCKS ≈ famille Brody   Lun 6 Avr - 23:15



Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.

Un ≈ Angus est le premier né de la famille Brody, le fils aîné de Cillian, son héritier. Il fut son plus beau cadeau, son bonheur mais aussi et surtout sa porte de sortie, car grâce à cet enfant, Cillian n'avait dès lors plus à se ronger les sangs pour sa succession. Son usine de textile tournerait toujours, même après sa mort. Ainsi le jeune garçon fut élevé dans cette optique, et jamais il ne se détournera de sa route. Deux ≈ En effet, il a toujours voulu faire honneur à son paternel, plus que n'importe qui. Comme en suivant un modèle, il s'est construit à ses côtés mais aussi à travers lui, car tout ce que Cillian n'avait pas réussi à faire, Angus le fit. Par exemple, on lui donna une très bonne éducation, tout comme sa petite sœur Oonagh, en leur payant les meilleurs professeurs de Belfast. A cette époque, la famille Brody possédait beaucoup d'argent, et si l'enfance du jeune garçon se fit avec l'envie de toujours faire mieux - une pression qu'il se mettait lui-même, il n'eut à se plaindre de rien et en garde de très agréables souvenirs. Trois ≈ Tout se passa bien jusqu'à ce qu'il entre dans l'adolescence, la période où les problèmes commencèrent à arriver. Non pas qu'Angus fut compliqué à vivre ni quoi que ce soit (même avec la mort de sa mère qui frappa la famille de plein fouet, et qu'il eut du mal à encaisser malgré ce qu'il en montrait), non, au contraire il s'est toujours montré irréprochable, mais le patron qu'était son père un peu moins. Effectivement, des revendications vis-à-vis des salaires de ses ouvriers se firent entendre, et ce fut le début de la chute des usines Brody, ce que le jeune homme comprit rapidement, car même si Cillian avait beau le cacher, les colères grondaient dans les plus basses classes sociales. Quatre ≈ C'est en 1911, cependant, alors qu'Angus avait vingt-six ans que son père lui légua ce fardeau suite à une crise cardiaque foudroyante - du moins à ce qu'on en est, les Brody ne surent jamais vraiment de quoi Cillian était mort. Il essaya tant bien que mal de redresser l'affaire, qui s'enfonçait petit à petit, cependant c'est un an après que tout éclata, malgré ses bonnes intentions. Le père Brody avait bien trop tiré sur la corde, c'est donc tout naturellement que cette dernière céda et que les ouvriers en colère s'occupèrent eux-mêmes de l'usine, délaissant les grèves d'antan, qui n'avaient pas fonctionné. La famille Brody se retrouva donc sans rien de plus qu'un petit pécule pour survivre et un nom mal vu. Cinq ≈ S'ensuivit alors quelques années passées dans des conditions précaires. Aidés de leur tante veuve, le frère et les deux sœurs essayèrent de subvenir à leurs besoins les plus simples en dégotant des boulots tout aussi simples. Angus travailla dans une épicerie tandis qu'Oonnah faisait de la couture. C'est la petite dernière qui ne se plia pas à cette règle en dilapidant le peu d'argent qu'ils leur restaient dans les fêtes et la débauche, trouvant qu'elle serait malheureuse si elle se pliait à cette petite vie monotone. Ceci, l'aîné ne le supporta pas, et sa relation avec Laoise finit par se brouiller complètement lorsqu'il dut étouffer les mauvaises rumeurs qu'elle laissait planait au-dessus d'elle : en effet, sa jeune sœur est homosexuelle et ne s'est pas faite prier pour le montrer. Six ≈ Lorsque la guerre fit son arrivée bruyante dans leur vie, Angus ne mit pas bien longtemps à se décider : il n'irait pas. Il ne serait pas de ces Irlandais qui se sont engagés pour leur patrie. De toute manière, le jeune homme devait s'occuper de ses femmes, et c'était mieux pour tout le monde qu'il reste avec elles. Sept ≈ Certes, durant cette période il se fit encore plus mal voir mais cela ne lui fit ni chaud ni froid. Ce qui le poussa cependant à faire ses bagages fut l'insurrection de Pâques, en 1916, qui lui fit réellement peur : L'Irlande n'était plus du tout sûre. Ainsi ils partirent en quête d'une vie meilleure à Birmingham, là où l'industrie, un domaine qu'Angus connaissait bien, battait son plein. Huit ≈ Cependant ce n'est pas grâce à une quelconque usine que les Brody réussirent à remonter l'échelon des classes sociales. Effectivement, c'est à son arrivée à Birmingham que l'aîné rencontra celui qui allait être en mesure de changer radicalement leur existence : Jacob Carpenter. Il devint rapidement son ami, et c'est autour de bien des verres, dans le cabaret Carpenter qu'ils commencèrent à parler de leur désir de refaire leur monde, à tous les deux. Ainsi naquit l'envie de s’implanter dans les trafics de la ville, en voyant que plusieurs gangs déjà se disputaient leurs propres bouts de viandes. Angus eut l'idée de leur vendre les armes pour se taper dessus, et Jacob le suivit avec son demi-sourire. Neuf ≈ C'est donc petit à petit et dans leur crâne, puis dans la réalité que le gang des Smoky Shamrocks s'est fondé. Ils ont réussi progressivement à trouver de la main-d'oeuvre, et des armes à réparer pour revendre à bon prix, et surtout au plus offrant, peu importe qui. Entre-temps, Angus a remercié son ami en lui faisant le plus beau des cadeaux : lui offrir la main de sa sœur, Oonagh, et à présent il peut en être heureux car la famille est redevenue soudée - hormis avec la plus jeune, qui fait encore des siennes, mais c'est un cas à part qu'Angus passe sous silence. Dix ≈ Il y a peu de temps d'ailleurs, ce dernier a été témoin, comme tout le monde à Birmingham de la mort du bon Ackerley, que le chef des Smoky ne connaissait pas outre mesure, ainsi sa perte ne lui causa aucune peine, non, pas le moins du monde. Cependant une idée a germé dans son esprit dès qu'il s'est rendu compte que le champ était libre, et qu'il pourrait bientôt, avec un peu de dextérité, pallier à cette non-acception du gang en ville : le traité de paix entre les trois anciens groupes étant complètement mis en miettes, les armes vont être à nouveau dégainées, une aubaine inespérée pour les Brody.


Angus Brody


≈ Thème du PV ≈

Nom ≈ Brody. Prénom(s) ≈ Angus Ruari. Âge ≈ 35 ans. Origine(s) ≈ irlandaise des deux côtés. Date de naissance ≈ 21 décembre 1885. Lieu de naissance ≈ Belfast, Irlande. Religion ≈ protestante. Statut marital ≈ célibataire. Orientation sexuelle ≈ hétérosexuel. Métier ≈ officiellement investisseur pour le compte du cabaret Carpenter, officieusement chef des Smoky Shamrocks. Traits de caractère ≈ intolérant, sarcastique, autoritaire, éloquent, curieux, cultivé, organisé, bienveillant envers ses proches, judicieux, débrouillard, cachottier. Groupe ≈ la gueule du Diable. Avatar ≈ Benedict Cumberbatch. Crédits ≈ pathos, tumblr.



Laoise Brody

seconde SOEUR CADETTE ≈ Les liens familiaux sont pas tous beaux ni agréables, bien au contraire, parfois ça pète, ça claque et dans le cas de ces deux-là ça l'est toujours. Ils s'entendent que rarement, et ça, depuis l'enfance même. Non pas qu'ils s'aiment pas, c'est juste qu'ils arrivent pas à se le montrer et qu'en plus leurs avis sont très différents. Entre Laoise l'ouverte d'esprit et Angus qui se veut beaucoup plus fermé aux choses nouvelles, c'est sûr que ça fait des étincelles. Ils se désespèrent mutuellement, même s'ils se protègent et clairement, le chef du gang n'aime pas trop que sa soeur s'immisce ainsi dans les affaires qui concernent les hommes du groupe - selon monsieur. Va falloir s'y faire malgré tout, parce que sa cadette est coriace, elle est pire qu'un cancer, véritable parasite qui s'impose doublé d'une suffragette. Et parfois Angus il se demande ce qu'il a bien pu faire de mal pour se coltiner une têtue pareille, surtout qu'il est toujours là pour rattraper les conneries qu'elle peut faire. Oh ça, pour mettre de l'ambiance, ça en met et la pauvre Oonagh se retrouve entre les deux à soupirer parce qu'elle sait que ça se terminera jamais.
Oonagh Carpenter

première soeur cadette ≈ Les inséparables, ceux qui se comprennent, le frère et la soeur dans toute sa splendeur et sans aucune animosité ou presque. Faut dire qu'à sa naissance, Angus a toujours mis un point d'honneur à protéger la petite Oonagh, même après l'arrivée de Laoise qui à cause de son caractère a toujours mis un boxon monstre. La blondinette accepte les dires de son frère et celui-ci l'écoute bien plus que feu leur père Cillian. Il la considère bien plus que n'importe qui, elle est sa précieuse, sa douce, son agréable qui lui permet parfois de faire le vide lorsqu'un problème survient, elle le rassure avec sa gentillesse. Ils n'ont pas besoin de jouer dans l'hypocrisie, et même si l'aîné de la famille n'est clairement pas doué pour un déballage de sentiments il lui fait parfois plaisir en lui achetant des parures, lui donnant des présents qu'Oonagh garde toujours précieusement dans sa boîte à bijoux. En somme rien de monstrueux sous le soleil tant qu'on ne fait pas de mal à l'un ou à l'autre. La galère ils connaissent après tout et ils comptent bien toujours s'en sortir.
Jacob Carpenter

PARTENAIRE ≈ Ils se sont rencontrés dans le cabaret de Jacob, peu de temps après l'arrivée de la famille à Birmingham. Angus, clairement, connaissait la situation et la position de Jacob dans tout ce foutoir ; il était riche, il avait besoin de lui, c'était indéniable. Si au départ ils échangèrent uniquement des politesses, à force de venir l'Irlandais vint à intéresser la gueule cassée. Autour d'un verre, d'une table, puis du jour au lendemain ils finirent dans son bureau. Jusqu'à ce qu'Angus lui parle de ses idées, des armes qu'ils pourraient acheter puis refaire pour les vendre aux plus offrants ; ceux qui se déchirent encore pour une liberté qu'ils n'ont pas. Au départ sceptique, Jacob décida pourtant de se laisser porter par le vent et surtout son très cher ami, il avait fini par s'y accrocher à ce bougre finalement. C'est à partir de là qu'ils commencèrent une association sans failles, des partenaires jusqu'au bout, jusqu'à la conquête de rues de Birmingham, que le gang grandisse de plus en plus et devienne ce qu'il est aujourd'hui. Angus a même permis à Carpenter d'épouser sa première soeur cadette, Oonagh, chose pour laquelle il lui est éternellement reconnaissant. On peut dire que malgré leurs caractères plutôt différents, ils ont une confiance indéfectible dans l'un comme dans l'autre, ils sont frères par esprits plus que par sang et personne ne pourra leur faire dire le contraire.


≈ L'ENFER C'EST LES AUTRES ≈



Dernière édition par L'essence d'Ackerley le Jeu 14 Mai - 21:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org
avatar
Le dieu imposteur

≈ ARRIVÉE : 05/04/2015
≈ IMPACTS : 141

≈ AVATAR : timothy dalton.
≈ ÂGE : -
≈ MÉTIER : cadavre pourrissant dans une tombe.
≈ DES ARMES ? : -
≈ GANG : peu importe maintenant.



MessageSujet: Re: LES SMOKY SHAMROCKS ≈ famille Brody   Lun 6 Avr - 23:19



On a pas besoin d’un conte de fée.

Un ≈ Laoise est la benjamine de la fratrie Brody, la petite dernière aux allures de poupée, à l'instar d'Oonagh. D'ailleurs, celle-ci s'est beaucoup occupée d'elle durant son enfance, apprenant ainsi à être une mère en même temps qu'une sœur, sous les ordres bienveillants de leur génitrice. On peut dire que les trois enfants Brody vécurent cette période sans trop de problèmes, car l'amour familial était là, l'argent ainsi que la reconnaissance. La parfaite famille de Belfast en somme. Deux ≈ La jeune fille reçue une très bonne éducation, et comme sa sœur avant elle, elle apprit tout ce qui lui serait utile pour plus tard - tout ce qu'on lui demandait de faire, en tout cas, comme une princesse qu'on dresse afin de devenir la femme dont tout le monde rêve. Durant ces quelques années de bonheur, elle ne broncha jamais ni ne fit un pas de travail, tout fonctionnait comme sur du papier à musique. Elle avait un profond respect pour son père, en était même amoureuse tant il était pour elle l'incarnation de la perfection masculine, et les problèmes de l'usine ne vinrent jamais lui mettre la puce à l'oreille sur les agissements de son Dieu. Trois ≈ En effet, Cillian Brody, s'il gagnait beaucoup d'argent grâce à sa chaîne d'usine de textile était un piètre patron en temps réel. Oh certes, il était magnifique durant les belles réceptions et les réunions professionnelles, cependant les conditions de travail de ses ouvriers laissaient à désirer. Tel un maître d'esclaves, il a continué pendant des années ce manège sous les yeux de sa famille. Quatre ≈ D'ailleurs, cette dernière fut terrassée par la perte de l'épouse de Cillian, qui délaissa ses trois enfants en mourant d'une maladie. De son côté, son mari eut droit aux premiers mécontentements publics de ses ouvriers, mais c'est lorsque Laoise avait seize qu'elle comprit enfin ce que son père était : un lâche, qui se fit bêtement avoir par une crise cardiaque et qui de ce fait laissa à son fils aîné tous ses problèmes. Cette trahison, la jeune fille ne l'accepta pas, et encore aujourd'hui elle en garde un très amer souvenir. Cinq ≈ C'est un an plus tard qu'Angus et ses deux sœurs payèrent au plus cher le prix des erreurs de leur père. Effectivement, l'usine de textile qu'avait essayé de redresser l'aîné coula avec l'aide de ses membres, puisqu'après de longs jours de grève ils finirent par y mettre le feu, réduisant ainsi à néant l'empire du tristement célèbre Cillian et des Brody qui se retrouvèrent complètement démunis. Six ≈ Cela sonna le glas de la petite poupée qu'était devenue Laoise. Elle ne supporta pas la vue de tous ces éprouvants obstacles qu'elle devrait franchir pour devenir quelque chose qu'elle détesterait être - une femme bafouée, obligée de redorer le blason de sa famille pour être bien vue. En réalité, elle se détourna rapidement de cette vision et emprunta d'autres chemins, tandis que ce qui restait de sa famille - sa tante et ses enfants ainsi qu'Angus et Oonagh - tentait de garder la tête hors de l'eau en s'orientant vers des petits boulots différents. Même la guerre ne vint arrêter ces derniers, qui continuèrent leur route en restant soudés, puisque l'aîné refusa d'être de ces Irlandais qui s'engagèrent. De son côté, Laoise se détacha de ces gens qui arrivaient à faire face au coup de sort, alors que leur propre pilier, Cillian, leur avait asséné un véritable couteau dans le dos. C'est du moins ce que se prouva la jeune femme durant toute cette période, et elle y croit encore fort aujourd'hui. Sept ≈ Elle fut aidée non pas par son frère ou sa sœur, mais par d'autres personnes venues d'autres horizons, puisqu'elle s'ouvrit au monde en fréquentant les bars de la ville, ce qui lui permit de faire de nouvelles rencontres qui changèrent son existence et sa vision du monde. Certes, elle dilapida dans ses expériences le peu d'argent qu'il restait au Brody, mais avoir réellement vécu comme elle dit, lui a permis d'ouvrir les yeux sur sa propre personne. Huit ≈ Dans ses déboires elle rencontra un groupe de jeunes féministes, et eut même une aventure avec l'une d'entre elles - une affaire que son frère étouffa tant bien que mal, sous les rires cyniques de sa sœur qui trouva en ses côtés puristes quelque chose à combattre. Ainsi elle rejoignit le groupe, et mena son propre combat, bien loin de celui des Brody. Neuf ≈ Cependant lorsqu'en 1916 une révolte sanglante fit son apparition en Irlande, et qu'Angus prit peur car concrètement leur pays natal n'était plus un lieu sûr, Laoise fut contrainte de suivre sa famille qui décida de s'enfuir en Angleterre. Elle ne protesta pas, car c'était là une manière de voir le monde, et arrivée là-bas elle put même continuer ses activités, avec de nouvelles personnes du moins. Par ailleurs, les projets de son aîné suite à sa rencontre avec Jacob Carpenter ne lui plurent pas du tout. Quelle idée de se lancer dans un trafic, surtout quand on est un Brody et qu'on a déjà goûté à la violence de masse. Elle le laissa tout de même faire comme bon lui semblait car après tout, tout le monde a des droits, mais à ce jour elle n'hésite pas à lui faire les remarques qu'elle souhaite, puisque lui ne se gêne pas non plus pour lui en faire. Dix ≈ Si elle s'est beaucoup attachée à Birmingham, la jeune femme ne prend en aucun cas part au business naissant de la famille, jugeant cela comme une perte de temps, même si d'une certaine manière elle trouve enfin du courage dans le sang des Brody, ce qui lui réchauffe un peu le cœur. Elle continue certes à vivre dans les parages, à leurs côtés, mais trace sa propre route puisque de toute façon, les autres ne l'attendent pas non plus pour régir un monde nouveau.


Laoise Brody


≈ Thème du PV ≈

Nom ≈ Brody. Prénom(s) ≈ Laoise, Aignéis qu'elle tient d'une arrière grand-mère du côté de son père. Âge ≈ 25 ans. Origine(s) ≈ irlandaise des deux côtés. Date de naissance ≈ 5 décembre 1894. Lieu de naissance ≈ Belfast, Irlande. Religion ≈ protestante. Statut marital ≈ célibataire. Orientation sexuelle ≈ homosexuelle. Métier ≈ aucun, cependant elle ne supporte plus de vivre au crochet de son frère, ainsi elle est en recherche depuis déjà quelques temps, sans trop savoir quoi faire pour gagner sa vie. Traits de caractère ≈ médisante, loyale, hypocrite, affectueuse, dynamique, inconsciente, expressive, tolérante, gueularde, soigneuse, prétentieuse, bavarde. Groupe ≈ la main gantée. Avatar ≈ Holliday Grainger. Crédits ≈ gentle heart, tumblr.



Angus Brody

FRÈRE AINÉ ≈ Les liens familiaux sont pas tous beaux ni agréables, bien au contraire, parfois ça pète, ça claque et dans le cas de ces deux-là ça l'est toujours. Ils s'entendent que rarement, et ça, depuis l'enfance même. Non pas qu'ils s'aiment pas, c'est juste qu'ils arrivent pas à se le montrer et qu'en plus leurs avis sont très différents. Entre Laoise l'ouverte d'esprit et Angus qui se veut beaucoup plus fermé aux choses nouvelles, c'est sûr que ça fait des étincelles. Ils se désespèrent mutuellement, même s'ils se protègent et clairement, le chef du gang n'aime pas trop que sa soeur s'immisce ainsi dans les affaires qui concernent les hommes du groupe - selon monsieur. Va falloir s'y faire malgré tout, parce que sa cadette est coriace, elle est pire qu'un cancer, véritable parasite qui s'impose doublé d'une suffragette. Et parfois Angus il se demande ce qu'il a bien pu faire de mal pour se coltiner une têtue pareille, surtout qu'il est toujours là pour rattraper les conneries qu'elle peut faire. Oh ça, pour mettre de l'ambiance, ça en met et la pauvre Oonagh se retrouve entre les deux à soupirer parce qu'elle sait que ça se terminera jamais.
Oonagh Carpenter

soeur aînée ≈ Ah les soeurs ! La normalité voudrait qu'elles se comprennent, qu'elles se crêpent parfois le chignon mais qu'elles reviennent toujours l'une vers l'autre. C'était le cas lorsqu'elles étaient petites, jusqu'à ce que l'usine Brody se fasse véritablement enfumer. A partir de ce moment, Laoise est devenue invivable, considérant que la vie est trop courte elle faisait tout, n'importe quoi, jusqu'à découvrir ses nettes préférences pour les courbes féminines. Depuis que la fratrie est à Birmingham, disons qu'elles s'éloignent un peu l'une de l'autre, et Oonagh ne peut s'empêcher d'être inquiète pour sa cadette qui féministe accomplie ne recule devant rien pour faire valoir ses droits. Alors quand elles se voient, la plus grande essaie de la raisonner pendant que l'autre fait la sourde oreille tout en l'envoyant poliment se faire paitre dans le pantalon de son époux. Elle joue la sourde ? Oui, ou du moins seulement à moitié, quelque part, si elle se fout bien qu'Angus essaie de se donner une carrure de grand homme, le fait que sa soeur ait ce soupçon de déception, de désespoir et d'inquiétude dans le regard la rend beaucoup plus anxieuse. Ce qu'elle fait pour pas trop y penser, c'est qu'elle passe à autre chose, fait comme si de rien n'était ; même si ça met en péril ce lien du sang.
Jacob Carpenter

beau-frère ≈ Entre ces deux-là, l'entente est plutôt cordiale, même bonne en sachant que Jacob en entend des vertes et des pas mûres concernant Laoise. Faut dire que la donzelle fait parler d'elle en tant que membre des suffragettes, en plus elle a la sale manie de se mettre dans de beaux draps à chaque fois - qu'il soit question d'avoir trop bu ou de finir dans les draps d'une femme, oui une femme, la famille s'est occupée d'étouffer l'affaire pour ne pas qu'ils s'attirent encore plus de foudres que maintenant. Quant à la belle blonde, elle sait que Carpenter est un type bien, elle lui répète même très souvent et ne se gêne pas pour dire à sa soeur aînée qu'elle est stupide de ne pas voir plus loin que le bout de son nez. Du reste ils s'apprécient tout bonnement et ne voient aucune raison de se quereller.
Cesare Genovese

séduction loupée ≈ Il aurait voulu l'avoir dans son lit, qu'est-ce qu'il aurait donné d'ailleurs pour ça, le Cesare ! Pourtant, c'est un simple refus qu'il s'est pris en pleine poire. Faut dire qu'elle était là, Laoise, avec ses grands yeux bleus, vêtue, sublimée comme jamais dans ce bar dans un quartier totalement quelconque. Il a commencé à lui causer, elle a répondu, et quand il s'est montré intéressé par ses formes, elle lui a simplement gentiment rigolé au nez. Il savait pas que c'était une Brody, le Genovese, il s'en tapait pas mal de son nom de famille et encore maintenant il sait pas pourquoi il s'est bouffé une telle taule en pleine trogne. Dans tous les cas, il ne peut s'empêcher, lorsqu'elle est dans les parages, de lui adresser une petite parole visant à la faire tomber entre ses bras, et même si ça ne risque pas d'arriver, la blonde s'en amuse comme jamais. Enfin un homme qui fait ça avec classe, ça court pas les rues !


≈ L'ENFER C'EST LES AUTRES ≈



Dernière édition par L'essence d'Ackerley le Jeu 14 Mai - 21:50, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org
avatar
Le dieu imposteur

≈ ARRIVÉE : 05/04/2015
≈ IMPACTS : 141

≈ AVATAR : timothy dalton.
≈ ÂGE : -
≈ MÉTIER : cadavre pourrissant dans une tombe.
≈ DES ARMES ? : -
≈ GANG : peu importe maintenant.



MessageSujet: Re: LES SMOKY SHAMROCKS ≈ famille Brody   Lun 6 Avr - 23:25



Je suis la belette de personne.

Un ≈ Oonagh était attendue, très attendue, trop attendue même par les parents Brody. Faut dire que la mère, après avoir eu un fils, elle a vraiment voulu la présence d'une petite fille dans leur immense baraque située à Belfast. Chose faite, son voeu fut réalisé en lui offrant la petite aux yeux pétillants, à la peau aussi douce qu'une petite pêche et à la voix gazouillante. Une chose est sûre ; c'est que dès le départ, la gamine fut pourrie à outrance, à l'instar d'Angus son aîné bien sûr. La famille avait clairement assez d'argent pour les combler. Deux ≈ C'est donc ainsi qu'elle fut élevée dans les grandes institutions Irlandaises, ou plutôt qu'elle eut droit à une éducation sans aucunes failles à laquelle elle ne put répondre que positivement. Quand bien même on pourrait dire que son enfance fut balayée par l'envie de perfection dans la société pour son futur, actuellement elle n'en a pas gardé un mauvais souvenir - au contraire. Apprendre à lire, à écrire, à bien se tenir, à danser, à coudre, à servir le thé ; c'était similaire à l'apprentissage pour devenir une princesse - ou plutôt dans son cas, une femme riche facilement aimée. Trois ≈ Si Laoise a débarqué à ses 4 ans, rien n'a changé pour Oonagh. Fidèle à elle-même, elle n'a aucunement cherché à éteindre la flamme de sa petite soeur. En tant que douceur incarnée elle fut même perçue par ses propres parents comme étant le rayon de soleil de la maison, surtout quand rien n'allait dans la manufacture de textiles que son cher père, Cillian, dirigeait d'une main de fer. Elle lui donnait des conseils parfois, que celui-ci accueillait avec un grand plaisir sans pour autant en tenir compte et pour cause ; dans son esprit sa femme avait une place à tenir, chose qu'elle avait apprise aussi à son fils premier du nom. Alors la petite fille restait sans broncher, elle haussait les épaules en se disant qu'elle avait son possible et que tant pis s'il ne voulait pas totalement l'écouter, un jour elle trouverait quelqu'un pour boire ses mots. Quatre ≈ L'adolescence fut un passage lui aussi sans réelles histoires, même si dans l'usine familiale quelques vents de rébellion sonnaient. Les problèmes vinrent en revanche en 1912, alors que son frère Angus avait repris le business l'année d'avant suite au décès de son père - et de leur mère quatre ans auparavant - il fut frappé de plein fouet par les ouvriers en colère qui n'en pouvaient plus de travailler dans des conditions aussi minables, voire inhumaines. Résultat des courses au bout de quelques heures elle ne fut plus qu'un tas de cendres, à feu, à sang elle fut réduite en des débris, menant dans son sillage la perte monétaire des Brody, les faisant passer de bourgeois à rien du tout. Cinq ≈ Un coup rude pour la fratrie et surtout pour la famille toute entière, celle-ci accompagnée de leur tante fraîchement veuve, Moira, dut se débrouiller pour trouver de quoi ne pas mourir dans le caniveau. Chacun à leur tour vinrent à trouver du travail, Oonagh eut la chance de tomber sur une couturière perfectionniste, néanmoins très bonne travailleuse. Concernant son frère il trouva de quoi faire dans une épicerie, néanmoins le grand problème vint de Laoise qui, à peine âgée de 17 ans à l'époque devint insupportable. Véritablement elle partait en vrille, elle se retrouvait emportée dans des pubs, à essayer l'opium, à se foutre en l'air. Si les deux autres enfants n'eurent pas besoin d'agir les premiers temps, c'est en la retrouvant dans le même lit avec une femme qu'ils vinrent à encadrer leur cadette, allant jusqu'à étouffer l'affaire avec leurs dernières économies - parce que quitte à ne plus rien avoir, autant garder un peu d'honneur, et quelle honte ç'aurait pu être en sachant les tendances homosexuelles de Laoise. Six ≈ Puis vint alors la première guerre mondiale et la prise de parti de la famille ainsi que de l'Irlande. Si certains compatriotes se tentèrent à aller sur le champ de bataille pour les idéaux, pour les Brody la décision fut radicale ; ils n'allaient certainement pas participer au massacre, tant pour ne pas attiser la haine d'autrui que par pur instinct de survie, du moins du côté d'Angus étant donné que les femmes étaient bonnes à rester à la maison. Déception ? Seulement à moitié, quelque part Oonagh était rassurée de pouvoir garder son pilier auprès d'elle, surtout durant ces plusieurs années. Celles-ci furent bien plus complexes que convenues, en 1916 il y eut l'insurrection de Pâques et le massacre à Dublin, s'ils étaient encore à Belfast à ce moment la fratrie en fut tout de même profondément marquée, provoquant même un électrochoc chez Angus. Sept ≈ Deux ans plus tard, la décision fut prise ; ils allaient trouver une vie meilleure loin des conflits de leur pays. C'est ainsi qu'ils décidèrent peu de temps après la fin de la guerre d'aller à Birmingham, petite ville du crime, des pourritures notoires et où se faire de l'argent est beaucoup plus facile - surtout en ayant un travail illégal. Au départ sceptique, Oonagh n'a fait que suivre la cadence en baissant un peu la tête parfois, elle perdait espoir en la possibilité de retrouver un jour leur richesse d'antan. Ce fut bien sûr sans compter sur la langue de bois d'Angus et sa rencontre avec Jacob Carpenter, riche héritier doublé d'un gérant d'un grand cabaret. En quelques mois l'affaire fut bouclée, les partenaires se lancèrent dans la conquête des rues avec leur trafic d'armes qui consistait uniquement à acheter de vieilles armes pour en faire des neuves. Et pour tout avouer ; leur accueil ne fut pas des meilleurs. Rien que le fait d'être Irlandais leur fit défaut, bien plus en sachant qu'ils prenaient du terrain. Huit ≈ Pourtant, rien ne fut totalement noir pour la blondinette et pour cause ; elle avait tapé dans l'oeil ce bon Jacob la gueule cassée. Elle le trouvait sympathique au départ, sans rien de bien folichon et pour tout avouer elle fut effrayée quand son frère aîné lui promit un mariage avec lui. Il ne convenait pas au canon de beauté qu'elle se faisait, trop portante sur les apparences ce fut pourtant la nuit de noces des deux tourtereaux qui lui fit se rendre compte de sa bonté d'âme ; Carpenter avait refusé de la toucher sans qu'elle lui donne son accord. Ce fameux 17 avril 1919 fut donc signé d'une pierre blanche, et depuis la relation avec son époux a bien évolué, faisant jusqu'à naître chez elle des sentiments agréables, nouveaux ; ce fameux type qui allait l'écouter, elle l'avait trouvé, c'est juste qu'elle ne le voyait pas. Neuf ≈ Actuellement et même si Oonagh prend très peu de place dans les magouilles du gang, ils ont pourtant réussi à s'étaler sur deux gros quartiers au nord de Birmingham, faisant fureur du côté des décérébrés aux poches pleines. L'ancienne Brody quant à elle se contente de profiter des plaisirs que sa nouvelle vie lui propose, en l'occurrence elle peut de nouveau se vêtir convenablement, coudre durant ses heures perdues et s'acheter les alcools les plus chers pour des nuits d'ivresse douce dans le cabaret de son mari. Dix ≈ L'affaire Ackerley n'a que très peu touché Oonagh, elle ne connaissait vraiment rien de James et même si elle fut effrayée par les dits-on de l'état du cadavre, elle essaie d'oublier ce passage morbide de la ville pour mieux s'attarder sur des éléments plus importants. Et si elle n'est pas l'enflammée de la fratrie, elle reste malgré tout le chaînon qui permet aux deux autres de ne pas se déchirer, incarnation de la douceur elle rend honneur à leur défunte mère qui lui était semblable.


Oonagh Carpenter


≈ Thème du PV ≈

Nom ≈ Carpenter, née Brody. Prénom(s) ≈ Oonagh, Brigidh qu'elle tient de sa défunte mère. Âge ≈ 30 ans. Origine(s) ≈ irlandaise des deux côtés. Date de naissance ≈ 13 novembre 1891. Lieu de naissance ≈ Belfast, Irlande. Religion ≈ protestante. Statut marital ≈ mariée à Jacob depuis une petite année. Orientation sexuelle ≈ hétérosexuelle. Métier ≈ aucun en particulier, elle est chouchoutée par son riche époux, néanmoins elle a de très bonnes bases en couture et il lui arrive parfois de se faire ses propres robes - et d'en revendre. Son implication dans le gang reste encore bien trop éloignée, Angus ne veut pas de toute manière. Traits de caractère ≈ attentive, joueuse, raisonnable, pacifique, égocentrique, superficielle, organisée, respectueuse, réaliste, ambitieuse, tactile. Groupe ≈ la main gantée. Avatar ≈ Carey Mulligan. Crédits ≈ mischief insane, tumblr.



Angus Brody

frère aîné ≈ Les inséparables, ceux qui se comprennent, le frère et la soeur dans toute sa splendeur et sans aucune animosité ou presque. Faut dire qu'à sa naissance, Angus a toujours mis un point d'honneur à protéger la petite Oonagh, même après l'arrivée de Laoise qui à cause de son caractère a toujours mis un boxon monstre. La blondinette accepte les dires de son frère et celui-ci l'écoute bien plus que feu leur père Cillian. Il la considère bien plus que n'importe qui, elle est sa précieuse, sa douce, son agréable qui lui permet parfois de faire le vide lorsqu'un problème survient, elle le rassure avec sa gentillesse. Ils n'ont pas besoin de jouer dans l'hypocrisie, et même si l'aîné de la famille n'est clairement pas doué pour un déballage de sentiments il lui fait parfois plaisir en lui achetant des parures, lui donnant des présents qu'Oonagh garde toujours précieusement dans sa boîte à bijoux. En somme rien de monstrueux sous le soleil tant qu'on ne fait pas de mal à l'un ou à l'autre. La galère ils connaissent après tout et ils comptent bien toujours s'en sortir.
Laoise Brody

soeur cadette ≈ Ah les soeurs ! La normalité voudrait qu'elles se comprennent, qu'elles se crêpent parfois le chignon mais qu'elles reviennent toujours l'une vers l'autre. C'était le cas lorsqu'elles étaient petites, jusqu'à ce que l'usine Brody se fasse véritablement enfumer. A partir de ce moment, Laoise est devenue invivable, considérant que la vie est trop courte elle faisait tout, n'importe quoi, jusqu'à découvrir ses nettes préférences pour les courbes féminines. Depuis que la fratrie est à Birmingham, disons qu'elles s'éloignent un peu l'une de l'autre, et Oonagh ne peut s'empêcher d'être inquiète pour sa cadette qui féministe accomplie ne recule devant rien pour faire valoir ses droits. Alors quand elles se voient, la plus grande essaie de la raisonner pendant que l'autre fait la sourde oreille tout en l'envoyant poliment se faire paitre dans le pantalon de son époux. Elle joue la sourde ? Oui, ou du moins seulement à moitié, quelque part, si elle se fout bien qu'Angus essaie de se donner une carrure de grand homme, le fait que sa soeur ait ce soupçon de déception, de désespoir et d'inquiétude dans le regard la rend beaucoup plus anxieuse. Ce qu'elle fait pour pas trop y penser, c'est qu'elle passe à autre chose, fait comme si de rien n'était ; même si ça met en péril ce lien du sang.
Jacob Carpenter

ÉPOUX ≈ Oonagh, au départ, elle était réticente. Faut dire qu'une gueule cassée comme celle de Jacob, ça plaît pas à tous, surtout pas aux jeunes donzelles en fleur. Elle s'obligeait à sourire, elle était pas franchement sincère parce qu'ils savaient tous que Carpenter était un très bon parti ; grâce à son argent, ils allaient pouvoir faire de très bonnes affaires, agrandir qui sait, le territoire du gang tout en profitant d'une certaine somme d'argent. Oh, Jacob, il était pas bête, il le savait - Angus lui avait clairement dit qu'il avait besoin de son aide, y'a jamais eu de mensonges entre ces deux-là de toute façon. Puis y'a eu la jolie blonde, le coup de coeur qu'il a eu pour elle et cette peur que la jeune soeur a eu de cet être à l'allure singulière. Ils se sont quand même mariés, son mari lui, il a eu un geste qu'elle oubliera jamais ; il a refusé de la toucher si elle le voulait pas. Peut-être idéaliste, voire carrément idiote, n'empêche que ça a touché l'irlandaise pure souche jusqu'au plus profond de son être et là elle a commencé à se dire qu'il était certainement plus qu'un porte-monnaie bien rempli. Elle a voulu le connaître un peu plus, au fil des mois elle est passé outre cette apparence presque effrayante à cause de son masque, pour petit à petit sentir son palpitant imploser en sa présence. Jacob, ça, il peut le sentir qu'elle est de plus en plus à l'aise avec lui - faut dire qu'il veut que son bonheur, lui qui s'attendait plus à grand-chose de la vie - et ça le rend bêtement heureux. Faut-il encore qu'Oonagh lui enlève ses doutes et lui déclare sa flamme, ça saurait pas tarder de toute manière - elle veut de tout de lui, un enfant entre autres et lui donner en retour tout ce dont elle est capable.


≈ L'ENFER C'EST LES AUTRES ≈



Dernière édition par Admin le Sam 11 Avr - 12:15, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org
avatar
Le dieu imposteur

≈ ARRIVÉE : 05/04/2015
≈ IMPACTS : 141

≈ AVATAR : timothy dalton.
≈ ÂGE : -
≈ MÉTIER : cadavre pourrissant dans une tombe.
≈ DES ARMES ? : -
≈ GANG : peu importe maintenant.



MessageSujet: Re: LES SMOKY SHAMROCKS ≈ famille Brody   Lun 6 Avr - 23:27



La vie est un rêve effrayant.

Un ≈ Jacob est né avec une cuillère d'argent dans la bouche, et pour cause ; son père William Carpenter était la plus riche fortune de Birmingham, homme influent à la moustache lustrée et au caractère fort, il avait tout à ses pieds, y compris une fortune et un cabaret qui marchait déjà du tonnerre à la naissance de son unique fils. Deux ≈ Il a passé une enfance assez coincée, dans le sens où on s'embêtait pas à l'envoyer à l'école non ; on faisait venir des instituteurs directement dans l'immense bicoque Carpenter. Il apprenait tout chez lui, dans le salon ou parfois dans sa chambre, il devait savoir tout faire, tout comprendre sans broncher. Sinon il avait droit au regard accusateur du paternel, alors que derrière sa mère lui lançait des oeillades compatissantes et l'empêchait de saturer en lui préparant ses desserts préférés. En parlant de celle-ci, elle était si belle, d'origine irlandaise, Jacob a jamais voulu savoir comment ils ont fait pour s'aimer, se rencontrer, il savait juste que parfois Maeve - de son petit prénom - se gênait pas pour lui apprendre quelques termes en gaélique, de toute manière quand il était assez petit et jusqu'à ses 10 ans, sa chère mère lui chantait très souvent des hymnes de son pays. Il comprenait pas tout au départ, jusqu'à ce qu'il se donne la peine de décoder ce qui pouvait bien se cacher derrière, et alors qu'il se prenait toute la pression de l'univers sur le dos, il trouvait un moyen de se détendre grâce à elle. Trois ≈ En grandissant, il était devenu un beau jeune homme, oh certes il se prenait toujours des remarques cinglantes de William qu'il arrivait jamais à satisfaire, pourtant, en tant que riche doublé d'un beau garçon il attirait les donzelles comme des mouches. Il était pas aussi respectueux que maintenant, à cette époque il était plus enclin à enchaîner les aventures sans aucun lendemain, feignant parfois d'être amoureux pour arriver à ses fins - laissant derrière lui un pauvre coeur en peine, ou plutôt des coeurs. Quatre ≈ Quand bien même son père fut désespéré de l'apercevoir à fricoter avec d'autres donzelles à chaque fois, il ne put rien y faire et la relation entre les deux ne devint qu'une éternelle incompréhension, encore pire lorsque sa mère vint à trépasser - de maladie sans aucun doute, il avait 22 ans à cette époque. Du reste il ne faisait que se plonger dans les plaisirs du cabaret, des nouvelles danses, de la chair sans aucune modération. Ah ça, la paix il l'avait, jusqu'à ce que la guerre lui tombe sur un coin de la gueule. Cinq ≈ Lui et son père durent aller au front. Deux ans passèrent sans rien à signaler, jusqu'à ce qu'ils soient dans la même galère, mais que seulement l'un des deux arrive à s'en sortir presque convenablement. Un obus ça pardonne pas, et Jacob en fut la seconde victime. Son père succomba à l'explosion, pendant que lui, assez loin pour s'en échapper eut seulement la moitié du visage arraché. A son réveil il n'était plus sur le champ de bataille mais dans ce qui ressemblait à un hôpital, entouré des grands blessés de guerre et d'infirmières. C'était terminé pour Carpenter qui quelque part s'estimait heureux d'avoir survécu, pourtant de l'autre son visage n'était plus le même, si bien qu'il ne put croire à la vision d'horreur dans le miroir quelques semaines après le drame. Six ≈ En tant qu'unique héritier de la fortune Carpenter ainsi que du cabaret, il ne put que prendre la relève suite à la fin de la guerre. Avant tout ça, Jacob ne put passer qu'un temps considérable à se faire soigner et le masque qu'il porte dorénavant du côté totalement arraché a aussi coûté son pesant en argent et en temps. Une chose est sûre ; il ne fut que trop changé de sa nouvelle dégaine, de cette beauté tâchée. S'il était devenu le nouveau dirigeant de The red hand, sa popularité du côté des femmes n'en fut que trop oubliée, jusqu'à ce qu'il se dise que peut-être ces sylphides ont eu leur vengeance pour toutes ces années où il n'a fait que briser des coeurs. Sept ≈ S'il put passer à peu près trois mois en pensant uniquement les affaires, sa rencontre avec la famille Brody fut décisive pour lui. Il eut d'abord la chance de tomber sur Angus Brody, qui fraîchement arrivé avec sa fratrie à Birmingham voulut à son tour construire son empire, et son plan était simple ; le trafic d'armes. Ils eurent l'occasion de parler justement au départ dans l'enceinte du cabaret Carpenter, jusqu'à ce que leurs discussions se finissent dans le bureau du dirigeant de la maison. Si au départ il ne fut qu'amusé, son appel à ses racines et son envie de repartir du bon pied furent plus forts que tout. En compagnie d'Angus, ils décidèrent de s'allier pour entamer leurs magouilles, petit à petit et Dieu seul sait à quel point la fortune de Jacob fut pratique. Huit ≈ Entre-temps, il eut la joie de faire la rencontre d'Oonagh, douce Oonagh pour laquelle il eut un coup de coeur sans précédent. Angus, loin d'être aveugle remarqua la manière dont il la regardait. En tant qu'ami, précieux proche, il ne laissa pas tant le choix que cela à sa première soeur cadette et sans même lui laisser la possibilité de dire non il vint à la donner en mariage à Jacob. Neuf ≈ Ces deux-là se sont donc mariés en 1919, si au départ la blonde fut quelque peu repoussée par l'apparence de son nouvel époux, à force de le connaître elle en vint à son tour à se sentir protégée en sa compagnie. De là à ce qu'elle lui dise en revanche, il faut encore attendre un petit peu. Respectueux de sa blonde comme il ne l'a jamais été, Jacob souhaite plus que tout avoir des enfants en sa compagnie, néanmoins il ne la touchera pas tant que celle-ci ne lui aura pas donné l'ordre. Dans tous les cas, Jacob a été présent dès le début du gang, jusqu'à maintenant. Dix ≈ L'affaire Ackerley l'a profondément touché, et pour cause ; en deux ans, Carpenter avait bien des fois parlé à ce vieillard si gentil pourtant. Il était rassurant, il était là dès lors que des menaces étaient prodiguées contre les Irlandais, il apaisait les coeurs et donnait de précieux conseils à la gueule cassée qu'est le gérant du cabaret. Maintenant, on peut affirmer qu'il a peur, oui, bien qu'il la dissimule derrière sa moitié de sourire, il reste plutôt inquiet sur les extrémistes qui voudraient s'attaquer à sa nouvelle famille, les Brody. Et peu importe si ceux-ci n'ont pas de partis spécifiques et qu'ils donnent aux plus offrants, il n'est pas à l'aise et n'hésite pas à user de son argent pour se débarrasser de ceux qui voudraient s'en débarrasser.



Jacob Carpenter


≈ Thème du PV ≈

Nom ≈ Carpenter. Prénom(s) ≈ Jacob, William qu'il tient de son père. Âge ≈ 31 ans. Origine(s) ≈ anglaise du côté de son père, irlandaise du côté de sa mère. Date de naissance ≈ 28 octobre 1888. Lieu de naissance ≈ Birmingham, Angleterre. Religion ≈ protestant. Statut marital ≈ marié à Oonagh depuis une petite année. Orientation sexuelle ≈ hétérosexuel. Métier ≈ riche héritier et gérant d'un cabaret à succès The red hand. Traits de caractère ≈ courtois, souriant, idéaliste, complice, sûr de lui, moralisateur, réfléchi, romantique, anxieux, excessif parfois, ouvert d'esprit, bavard. Groupe ≈ la gueule du Diable. Avatar ≈ Jack Huston. Crédits ≈ hollfeather, tumblr.



Angus Brody

PARTENAIRE ≈ Ils se sont rencontrés dans le cabaret de Jacob, peu de temps après l'arrivée de la famille à Birmingham. Angus, clairement, connaissait la situation et la position de Jacob dans tout ce foutoir ; il était riche, il avait besoin de lui, c'était indéniable. Si au départ ils échangèrent uniquement des politesses, à force de venir l'Irlandais vint à intéresser la gueule cassée. Autour d'un verre, d'une table, puis du jour au lendemain ils finirent dans son bureau. Jusqu'à ce qu'Angus lui parle de ses idées, des armes qu'ils pourraient acheter puis refaire pour les vendre aux plus offrants ; ceux qui se déchirent encore pour une liberté qu'ils n'ont pas. Au départ sceptique, Jacob décida pourtant de se laisser porter par le vent et surtout son très cher ami, il avait fini par s'y accrocher à ce bougre finalement. C'est à partir de là qu'ils commencèrent une association sans failles, des partenaires jusqu'au bout, jusqu'à la conquête de rues de Birmingham, que le gang grandisse de plus en plus et devienne ce qu'il est aujourd'hui. Angus a même permis à Carpenter d'épouser sa première soeur cadette, Oonagh, chose pour laquelle il lui est éternellement reconnaissant. On peut dire que malgré leurs caractères plutôt différents, ils ont une confiance indéfectible dans l'un comme dans l'autre, ils sont frères par esprits plus que par sang et personne ne pourra leur faire dire le contraire.
Laoise Brody

BELLE-SOEUR ≈ Entre ces deux-là, l'entente est plutôt cordiale, même bonne en sachant que Jacob en entend des vertes et des pas mûres concernant Laoise. Faut dire que la donzelle fait parler d'elle en tant que membre des suffragettes, en plus elle a la sale manie de se mettre dans de beaux draps à chaque fois - qu'il soit question d'avoir trop bu ou de finir dans les draps d'une femme, oui une femme, la famille s'est occupée d'étouffer l'affaire pour ne pas qu'ils s'attirent encore plus de foudres que maintenant. Quant à la belle blonde, elle sait que Carpenter est un type bien, elle lui répète même très souvent et ne se gêne pas pour dire à sa soeur aînée qu'elle est stupide de ne pas voir plus loin que le bout de son nez. Du reste ils s'apprécient tout bonnement et ne voient aucune raison de se quereller.
Oonagh Carpenter

ÉPOUSE ≈ Oonagh, au départ, elle était réticente. Faut dire qu'une gueule cassée comme celle de Jacob, ça plaît pas à tous, surtout pas aux jeunes donzelles en fleur. Elle s'obligeait à sourire, elle était pas franchement sincère parce qu'ils savaient tous que Carpenter était un très bon parti ; grâce à son argent, ils allaient pouvoir faire de très bonnes affaires, agrandir qui sait, le territoire du gang tout en profitant d'une certaine somme d'argent. Oh, Jacob, il était pas bête, il le savait - Angus lui avait clairement dit qu'il avait besoin de son aide, y'a jamais eu de mensonges entre ces deux-là de toute façon. Puis y'a eu la jolie blonde, le coup de coeur qu'il a eu pour elle et cette peur que la jeune soeur a eu de cet être à l'allure singulière. Ils se sont quand même mariés, son mari lui, il a eu un geste qu'elle oubliera jamais ; il a refusé de la toucher si elle le voulait pas. Peut-être idéaliste, voire carrément idiote, n'empêche que ça a touché l'irlandaise pure souche jusqu'au plus profond de son être et là elle a commencé à se dire qu'il était certainement plus qu'un porte-monnaie bien rempli. Elle a voulu le connaître un peu plus, au fil des mois elle est passé outre cette apparence presque effrayante à cause de son masque, pour petit à petit sentir son palpitant imploser en sa présence. Jacob, ça, il peut le sentir qu'elle est de plus en plus à l'aise avec lui - faut dire qu'il veut que son bonheur, lui qui s'attendait plus à grand-chose de la vie - et ça le rend bêtement heureux. Faut-il encore qu'Oonagh lui enlève ses doutes et lui déclare sa flamme, ça saurait pas tarder de toute manière - elle veut de tout de lui, un enfant entre autres et lui donner en retour tout ce dont elle est capable.
Samuel Hancock
AVEC UNE PINTE ≈ Ils sont les brisés de la guerre, de cette génération qui s'est battue au nom d'une patrie qui les remercie avec des médailles. Ils se sont pas rencontré sur le champ des morts, plutôt dans le cabaret de monsieur Carpenter y'a quelques mois tout juste. Hancock, lui, il y est venu pour passer à autre chose, voir des donzelles qui dansent, de l'alcool qui tombe à flot et des nouvelles tronches. Et parmi celles-ci, il a trouvé Jacob qui en bon gérant était pas bien loin avec son demi-sourire que la trogne. Il est venu lui parler, comme ça, autour d'un verre ils se sont mis à causer, sans se méfier, sans même vouloir se scinder l'esprit ; parce que c'était déjà fait, y'a qu'un fantôme pour en rencontre un autre. Si Samuel lui se venge de son corps avec de l'alcool, son cadet il a plus grand-chose à faire pour se casser royalement la gueule. Son apparence déplaît, pourtant, l'ouvrier il sait qu'il était un beau jeune homme avant tout ce merdier, il se doute qu'il avait la beauté du corps autant que celle du coeur et quand ils se retrouvent ils se pansent un peu les plaies douloureuses. Ils parlent parfois des batailles, surtout du présent, sans jamais s'engueuler parce que ça servirait à rien, et ils oublient surtout que les gangs se déchirent autour, ils effacent la réalité si difficile tout en s'enfonçant dedans. Un bien pour un mal, un mal pour un bien ; on soigne la douleur que par la douleur.
Emil Wickham

ami d'enfance ≈ Jacob et Emil se connaissent depuis qu'ils sont gosses, étant nés tous les deux à Birmingham. Leur rencontre fut assez banale quoique exceptionnelle étant donné que Carpenter ne sortait pas souvent, et rapidement Emil a pris le plus jeune sous son aile, tout d'abord pour son nom de famille plus que célèbre puis par pur attachement. D'un commun accord, ils se prirent donc à marcher ensemble, d'un même pas conquérant, et leur adolescence, si elle fut entrecoupée par les devoirs du gang pour Emil et par l'apprentissage de son paternel pour Jacob, fut plus que plaisante quand ils traînaient en bonne compagnie au cabaret. Pourtant, même si cette amitié bon enfant aurait pu continuer ainsi pendant des années, ce n'est pas le cas. Elle a été mise en péril tant de fois, après tout. D'abord par la guerre, puis plus récemment par les projets de Jacob, qui s'est fait enrôler par les Irlandais afin de créer un nouveau gang. Oh, Emil n'a pas été le plus sceptique de tous en voyant que les Smoky Shamrocks avaient de belles cartes en main, mais à ce jour il ne peut s'empêcher tout de même de se dire qu'il faut se méfier de tout le monde. Même d'un ami d'enfance.


≈ L'ENFER C'EST LES AUTRES ≈

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: LES SMOKY SHAMROCKS ≈ famille Brody   

Revenir en haut Aller en bas
 

LES SMOKY SHAMROCKS ≈ famille Brody

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» LES SMOKY SHAMROCKS ≈ famille Brody
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Une famille de 78 habitants !
» grande foto de famille
» Réunions de Famille
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≈ AND ALL THE DEVILS ARE HERE :: ≈ EMBARQUER POUR LES BAS-FONDS :: Faites vous arnaquer-