AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur LECLA l'affreux. :gangster: :chris: :gnih:


Un topic des RPs libres a été mis en place ici ! Allez j'ter un oeil. :hin:
Nous attendons avec impatience nos bébés prédéfinis, ils sont coolish vous verrez ! :ivil: :raff:



C'est la dèche chez les Muffled Necks essayez de renflouer un peu leurs rangs. :chica: :ivil:


Partagez | 
 

 un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 24/05/2015
≈ IMPACTS : 21

≈ AVATAR : Penelope Cruz
≈ ÂGE : Trente six ans
≈ MÉTIER : Déesse de la nuit pour vous servir.
≈ DES ARMES ? : Un couteau dans ses bottes ou son porte jarretelle. Mieux vaut être prudent.
≈ GANG : Pourvu que ça dure. Ainsi, les hommes de ces gangs sont à crans et ont besoin de se détendre dans ses bras pour une nuit.



MessageSujet: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   Dim 24 Mai - 11:54



Toute femme a sa forturne entre les jambes.

≈ Catin Doré ≈

Nom ≈ Lojano. Un nom qui lui vient de sa mère. Elle ignore qui est son père. Sa propre mère l'ignorait elle aussi.  Prénom(s) ≈ Almudena. Un prénom typiquement espagnol qui lui vient également de sa mère, une espagnole immigrée en Angleterre dans sa jeunesse. Âge ≈ Trente six ans.  Origine(s) ≈ Elle est d'origine espagnole même si elle n'a jamais vu ce pays de ses propres yeux. Date de naissance ≈ 3 Janvier 1884.  Lieu de naissance ≈ Birmingham, Angleterre  Religion ≈ Elle ne croit en aucun Dieu. Elle est certaine que c'est une pure invention des gens parce qu'ils ont besoin de croire à quelque chose. Parce qu'ils ont besoin de croire qu'ils existent une vie après la mort. Pour elle, ceux ne sont que des foutaises. Cependant, sa mère était catholique mais celle-ci n'a jamais eu le temps et la force, d'éduquer sa fille religieusement.  Classe sociale ≈ Pauvre. Elle l'a toujours été, c'est devenue une habitude. Elle ne se plaint pas. Elle ne fait partie de celles qui envient les bourgeoises. Au contraire, elle se sent bien plus libre que ces femmes, ce qui est plutôt contradictoire quand on voit où elle vit.  Statut marital ≈ Célibataire. Pourtant, toutes les nuits, elle s'unie à tant d'hommes, pour la plupart, tous mariés avec d'autres. Orientation sexuelle ≈ Elle couche avec des hommes et elle aime les femmes. Ou du moins, elle aime une femme. C'était pendant la guerre. Les hommes se faisaient rares. Il y avait cette femme. Cette beauté qui a su toucher son coeur, et contrairement aux hommes, pas seulement son corps. Métier ≈ Elle est prostituée. Elle travaille et vit dans la maison close de la ville.  Traits de caractère ≈ Avant-gardiste : Elle est en avance sur son temps. Rebelle pour certains ou tout simplement inconsciente pour d'autres. Elle veut que les choses bougent, qu'elles avancent. Elle va vite, trop vite. Elle aimerait vivre dans le prochain siècle. Féministe : Elle serait la première à lutter pour les droits des femmes si elle en avait le temps. Selon elle, une femme est l'égale d'un homme, ou peut être même un peu supérieure. Charismatique : Elle dégage cette chose qui les attire tous. Les hommes ? Oui mais pas seulement. Ce n'est pas nécessairement physique ou sexuel. Elle est capable d'intimidé car elle est sûre d'elle, forte et bien sûr attirante. Cynique : Un humour parfois décalé. Elle dit ce qu'elle pense quand elle le pense. Encore une petite dose d'inconscience. Elle appuie là où ça fait mal et elle est très douée pour cela. Extravertie : Elle ne passe pas inaperçue. Jamais. Lorsqu'elle est dans une pièce, on le sait. Elle parle beaucoup, trop sans doute. Elle en fait des caisses. Un moyen comme un autre de forcer les gens à la regarder. Impatiente : Ce qu'elle veut, elle le veut tout de suite. Elle n'attend pas. Déjà gamine, elle ne savait pas le faire. La vie, elle la vit à fond, sinon autant ne pas la vivre. Lunatique : Elle est capable de passer du chaud au froid en quelques secondes. Il lui arrive d'être heureuse et d'être triste quelques minutes après. Ou peut être ce seulement qu'elle n'est jamais vraiment heureuse ?! Groupe ≈ La main gantée Avatar ≈ Penelope Cruz Crédits ≈ swan, ici.


Almudena Lojano


Un ≈ Elle utilise le langage du peuple. Celui qui n'est pas bon d'utiliser dans la haute bourgeoisie. Cela peut donner l'impression qu'elle manque, parfois, d'élégance. Ah oui, j'oubliais, ce n'est pas toujours un stéréotype, elle vient du Sud, elle parle fort et n'est pas une personne discrète. Deux ≈C'est une séductrice. Elle sait y faire et peu importe le sexe de la personne en face d'elle. La séduction est sa principale manière d'entrer en relation avec autrui. Il n'y a pas toujours de but sexuel malgré qu'on pourrait le croire mais ce n'est que de cette façon qu'elle a apprit à communiquer.  Trois ≈Elle met souvent le bout de son pouce dans sa bouche, entre ses dents. C'est quand elle réfléchit, quand elle est en colère aussi ou juste effrayée. Quatre ≈ Elle passe régulièrement la main dans ses cheveux. Elle les coiffe rarement d'ailleurs. Bien sûr, elle les brosse tous les matins mais il est très rare de la voir avec des coiffures sophistiquées. Très peu pour elle, elle préfère de loin les garder détacher, tombant sur ses épaules. Cinq ≈ Elle parle beaucoup avec les mains. Dès qu'elle communique, elle se sent obligée de faire des grands gestes. Sûrement un tic qui vient du Sud là encore.  Six ≈ Sexuellement parlant, elle est prête à tout accepter sauf tout ce qui comporte une quelconque forme de violence. Parfois, elle n'a pas le choix. Seulement, avec les années qui défilent, la plupart de ses clients sont des habitués et ont appris à la respecter. Elle a trente six ans, ce n'est plus une gamine manipulable. D'ailleurs, elle ne l' a jamais été. Elle aime le sexe dans toutes ses dimensions. Elle ne fait pas ce travail par choix mais plutôt par habitude. Pourtant, loin d'elle, l'idée de vouloir faire autre chose. C'est ce qu'elle est. Depuis toujours pour ainsi dire. Elle vend son corps et en tire une certaine satisfaction. Elle aime voir un homme jouir dans ses bras. Elle se sent puissante. Elle a le pouvoir. Ils ne voient pas son petit manège, ses orgasmes simulés, une bonne chose. Pourquoi faire autre chose ? Et de toute manière, elle est certaine de ne rien savoir faire d'autre. Sept ≈ Elle fume. Enormément. Pour la plupart des hommes qu'elle rencontre, cela ne fait qu'accentuer leur désir. Bien que de plus en plus de femmes fument aujourd'hui, cela reste assez rare. Pour d'autres, cela ne fait qu'accentuer son côté vulgaire, ce qui la rend sale même si tout aussi désirable dans leurs fantasmes les plus enfouis.  Huit ≈ Bien qu'ayant pour ainsi dire jamais eu d'éducation scolaire, elle n'est pas bête. Elle s'intéresse à beaucoup de choses et comprend bien. En travaillant dans une maison close, elle entend beaucoup de choses : confessions de certains hommes sur l'oreiller. Des membres de la police mais aussi des gangs. Si elle le voulait, elle pourrait certainement être un informateur hors pair. Cela ne l'intéresse pas. Néanmoins, elle écoute. Elle sait que la mort "du roi" va remuer de vieilles tensions. Elle reste attentive, à l'écoute. Elle veut tout simplement assurer ses arrières si jamais une guerre civile venait à se déclarer. Elle s'intéresse aussi à la Politique. Notamment au communisme. Elle commence seulement à entendre parler et il s'agit, très clairement d'un parti qui serait susceptible de gagner toute son attention. Neuf ≈ Il lui arrive de voler. Un tic qu'elle a garder de quand elle était gosse. Certes, elle est logée et blanchie dans cette maison où elle passe ses journées mais elle doit parfois se nourrir si elle ne veut pas qu'une soupe et du pain. L'argent des nuits ne lui arrive que très rarement dans la poche. D'ailleurs, le vol est un art dans lequel elle excel. Voilà une chose qu'elle pourrait faire si elle n'était plus une catin.  Dix ≈Il y a environ cinq ans, elle a rencontré quelqu'un. Un homme a qui elle doit la vie. Il a fait ce que personne ne voulait faire à l'époque. Il l'a fait pour empêcher qu'elle le fasse elle même. Il a tué ce bébé qu'elle portait à l'intérieur d'elle même et il l'a fait tellement bien qu'elle n'a pas perdue la vie ce jour là. Contrairement à de nombreuses femmes qui l'ont fait sans aucune aide. Elle ignore bien qui était le père, elle s'en moque. Certainement un aristocrate marié et sexuellement frustré. Cet homme, ce médecin, elle lui doit la vie. Un jour, elle le sait, le destin lui demandera certainement de lui rendre la monnaie de sa pièce. Ce jour là, elle fera ce qu'il attend d'elle.  



Maeva, 25 Ans

T'es arrivé ici comment ? ≈ Grâce à Bazzart Tu penses quoi de ce joyeux bordel ? ≈ J'aime, J'aime, J'aime :red: :bwag: Un truc à nous dire ? Une petite cassdédi ? ≈ ici. Le mot magique pour passer ≈ ce n'est pas personnel, c’est uniquement les affaires


≈ L'ENFER C'EST LES AUTRES ≈



Dernière édition par Almudena Lojano le Ven 29 Mai - 12:46, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 24/05/2015
≈ IMPACTS : 21

≈ AVATAR : Penelope Cruz
≈ ÂGE : Trente six ans
≈ MÉTIER : Déesse de la nuit pour vous servir.
≈ DES ARMES ? : Un couteau dans ses bottes ou son porte jarretelle. Mieux vaut être prudent.
≈ GANG : Pourvu que ça dure. Ainsi, les hommes de ces gangs sont à crans et ont besoin de se détendre dans ses bras pour une nuit.



MessageSujet: Re: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   Dim 24 Mai - 11:55



Avec elle, je fais l'amour; avec eux, je fais semblant.



Histoire



BIRMINGHAM, Août 1900. La pluie tombe sur son visage, mouillant encore d'avantage, ses cheveux bruns décoiffés et abîmés. Elle se tient là, devant cette porte noire qui ne semble pas vouloir s'ouvrir. Elle frappe pourtant. Dieu, elle est belle et bien décidée à pénétrer ces portes du plaisir. C'est peut être là bas qu'elle terminera sa vie mais peu importe, elle souhaite entrer. C'est le genre d'endroit dans lequel on ne ressort jamais. Pourtant, elle n'a pas peur. Elle connait les risques qui l'attendent. Elle est prête à assumer toutes les conséquences des actes qu'elle pose maintenant. Rien ne lui fait peur. Elle va enfin revoir sa mère, c'était la seule chose qui importait. Celle-ci l'avait confié à sa soeur peu après sa naissance et puis elle était entrée dans cette maison close. Par choix ? Par obligation ? Almudena l'ignorait. Elles n'étaient certainement pas nombreuses à y entrer par choix. Almudena était peut être la seule. Ce qui expliquerait qu'on mette autant de temps à lui ouvrir. La pluie coule toujours et elle s'épuise toujours à frapper contre cette grande et forte porte. Quelqu'un finira par lui ouvrir, c'était une évidence. On n'allait tout de même pas la laisser mourir de froid dehors. L'épuisement commence à se faire sentir quand la porte s'ouvre enfin. « Vas tu te calmer jeune fille ?! Sais tu où tu es ?» Cette femme, plutôt âgée à en juger les rides qui se remarquent au coin de sa bouche et près de ses yeux, intimide Almudena. Elle n'est pourtant pas ce genre de jeune femme. Au plus grand désespoir de sa tante, qui se demande toujours ce qu'elle a fait de mal pour que cette gamine, qu'elle aime comme sa propre fille, soit aussi capricieuse, teigneuse, caractérielle, insolente et sûre d'elle. Le coeur d'Almudena tambourine à l'intérieur de sa poitrine. Elle fait une légère mou et plisse doucement les sourcils pour retrouver un rythme cardiaque classique. Avant même de répondre à la femme, elle se penche doucement en avant afin de pouvoir observer l'intérieur. Elle ne voit rien. La femme est trop grosse et trop grande. Pourtant, elle aimerait voir. Elle voudrait apercevoir sa mère; bien qu'elle ne soit pas sûre de savoir réellement à quoi elle ressemble; ou elle aimerait voir à quoi ressemble cet endroit dans lequel elle va passer le reste de sa vie. La grosse femme se racle la gorge. Elle s'impatiente. Almudena se redresse et pose son regard dans celui de celle qui l'empêche de passer. « Je sais très bien où je suis, Madame.» Elle prend une profonde inspiration. «Je voudrais...» Elle va se faire renvoyer d'où elle vient illico si elle ne fait pas attention à la manière dont elle formule sa demande. Elle se concentre quelques secondes, passe une main dans ses cheveux trempés avant de reprendre la parole. « Madame, je voulais savoir si vous aviez besoin d'une nouvelle fille. Je veux bien être celle-ci.» La femme laisse exploser un rire franc mais plutôt déstabilisant. Qui y a t-il de si drôle ? Elle ne s'arrête plus et Almudena la regarde, curieuse. «C'est la première fois que j'entends une chose pareille ! Reste ici je te prie, je reviens.» Paf ! La porte se referme une nouvelle fois. Retour à la case départ. Amuldena baisse la tête et regarde sa robe en soie qui lui colle au corps tellement la pluie est forte en cette journée du mois d'Août. C'était évident, depuis quelques jours, tout le monde s'en doutait, l'orage allait arriver. Il était apparemment au dessus d'elle maintenant. Elle n'avait certainement pas fait bonne impression à cette vieille femme. Almudena se demandait d'ailleurs de qui il pouvait bien s'agir. Etait elle une prostituée elle aussi ?! Non impossible. Aucun homme n'aurait pu vouloir de cette femme, en tout cas, plus maintenant. La porte s'ouvre de nouveau et Almudena place ses mains derrière le dos, tête haute, comme pour se donner du courage. Cette fois, elle ne sera plus une enfant timide. Elle sera sûre d'elle, fière. Un roc ! Cette fois, la femme est la porte n'est plus la même. Celle-ci semble plus jeune, quoi que certainement d'une trentaine d'année et elle est surtout bien plus belle. Vêtue d'une robe sublime et d'un maquillage raffiné, on pourrait penser qu'elle vient de la haute bourgeoisie. C'est certainement impossible pourtant. La femme s'approche d' Almudena. Elle place sa main sous le menton de la jeune fille, la forçant à redresser encore d'avantage le visage. Almudena avale difficilement sa salive. Finalement, cette femme aussi l'intimide et bien plus que l'autre. «Qui es tu mon enfant ?» Almudena hésite. La ressemblance avec sa mère doit être frappante, elle ne doit pas dire son nom. Elle se contentera de son prénom bien que la consonance espagnole risque de lui mettre la puce à l'oreille. Il ne faudrait pas que cette femme, qui semble prendre des décisions ici, lui ferme la porte sous le nez. «Je m'appelle Almudena.» La femme sourit. Un magnifique sourire d'ailleurs à tel point que Almudena éprouve des difficultés à détacher son regard d'elle. Certaines femmes dégagent tant de charisme. «Tu me rappelles quelqu'un...» Un autre sourire s'empare de son visage. Almudena ne sourit pas. Elle n'ose même pas respirer pour l'instant. C'est certain, cette femme a dû constater la ressemblance qui la lie à sa mère. Sa tante lui disait toujours qu'elles étaient des sosies. «Pourquoi veux tu venir ici ?» La jeune fille se mord la lèvre inférieur, baisse doucement la tête pour finalement la relever fièrement avant de prendre la parole. «Je vis dans la rue. Je meurs de faim. Je ne sais plus comment subvenir à mes besoins. J'ai...Il faut qu'on m'aide. Je suis prête à travailler très dur. Je n'ai pas peur.» Évidemment tout ceci est un mensonge mais c'est la seule chose que Almudena a trouvé. La seule chose sur laquelle elle s'entraîne depuis plusieurs jours. «Pas peur de quoi chère enfant ? » Bonne question ! «Des hommes.» La femme se met à rire. C'est un rire plus léger que celui de l'autre femme et finalement elle reprend rapidement son sérieux. «Une chance.» La femme avance encore un peu vers Almudena. Elle passe derrière elle, elle fait le tour, l'observant de haut en bas, la déshabillant presque du regard. Amuldena suppose qu'elle doit observer la marchandise avant de décider. La femme vient se repositionner devant elle, l'air grave et sérieux. «Es tu vierge ?» Almudena se contente d'un signe de tête positif. Elle n'a jamais vu le "loup" mais elle n'a pas peur pour autant. Après tout, elle sait qu'elle devra y passer un jour où l'autre. La femme l'observe toujours. Son regard est presque transperçant. Un silence s'installe pendant plusieurs secondes, ce qui semble une éternité. «Je vérifierais ça, tu le sais ?» Encore un autre mouvement de tête positif. Peu importe, Almudena est vraiment vierge. La femme hésite encore un peu mais finalement, elle finit par ouvrir la porte pour laisser la jeune brune pénétrer à l'intérieur. Cette fois, elle y est. Pour de bon. C'est une porte lourde qui se referme derrière elle.

BIRMINGHAM, Décembre 1903. «Il n'y a plus rien à faire chérie, Dieu est en train de la rappeler à lui.» Violemment, Almudena libère son épaule de la main de Susan, une vieille catin encore là juste pour assurer la nuit du plus pauvre gentleman de la soirée, qui cherche pourtant à la réconforter. Sa mère ne peut pas mourir. C'est impossible. Elle vient seulement de la retrouver, elle ne va pas la laisser partir maintenant. Pas aussi vite. Putain de Tuberculose. Isabel a été emportée en si peu de temps. Il aura fallu seize ans pour que Almudena la retrouve enfin et seulement trois pour qu'elle disparaisse de nouveau loin d'elle. Almudena se penche de nouveau sur sa mère et pose sa bouche sur son front avant de venir éponger les quelques gouttes qui perlent le long de ses tempes. Il faut qu'elle se batte. Elle souffre pourtant. Toutes les femmes réunies dans la pièce peuvent le voir. Peu importe, elle doit se battre, elle doit être plus forte que cette maladie. Après tout, personne n'a dit que la vie était facile. C'est une lutte quotidienne. «Ne me parle pas de Dieu, il n'existe pas plus que des maris fidèles.» Almudena a fait un outrage à Dieu, elle sait que beaucoup de ses «amies» présentes ici, vont être choquées mais elle sait aussi qu'aucune d'elle n'osera lui faire une réflexion. En tout cas, pas aujourd'hui. Elle a des circonstances atténuantes pour ne pas croire en Dieu, c'est ce qu'elles doivent toutes penser, alors qu'en réalité, elle n'y a jamais cru. Pas une fois. Pas même quand sa tante l'obligeait à aller à l'église du village. Foutaise ! Si Dieu existait, il y aurait sûrement moins de merdes et d'inégalités dans ce monde. Elle pose de nouveau le regard sur sa mère. Celle-ci continue de tousser. C'est de plus en plus et de moins en moins espacé. Elle va mourir. Cette vieille bique n'a pas tord. Almudena va perdre sa mère. Ce soir. Quand celle-ci avait vu sa fille débarquer dans ce bordel, elle n'était pas ravie, loin de là. Aucune mère ne souhaite ce genre de vie pour son enfant. Maintenant, Almudena sait pourquoi. Pourtant, elle avait choisit. Seule, sans que personne ne l'influence. Elle avait fait son choix. Elle avait choisit sa mère plutôt qu'une vie de liberté sans elle. Et dans le fond, ce n'était pas si mal ici. Almudena avait trouvé un certain plaisir dans ce travail. Il ne s'agissait pas d'un désir sexuel mais plutôt une satisfaction. Lorsqu'un homme l'emmenait dans une chambre, elle devenait la dominante. Certains, qui aimaient particulièrement les jeux de pouvoir, presque brutalisant, pour pouvoir montrer toute leur virilité ne se rendait pas compte à quel point ils étaient en réalité plus soumis qu'elle. C'était elle qui leur offrait son corps. Ils étaient dans son monde. Elle leur donnait ce qu'elle voulait bien leur donner. Elle faisait semblant de jouir, simulant des cris qu'ils aimaient tant entendre. Ils étaient totalement prisonniers du désir qu'ils ressentaient pour elle et de la frustration sexuelle qu'ils vivaient avec leur épouse. La concernant, elle était bien plus libre qu'eux. Plus libre que n'importe qui. Ici, ce n'était pas si mal. Finalement, les choses auraient pu être bien pire ailleurs. Elle avait prit ses marques, elle était respectée et son caractère de fille rebelle était rapidement revenue au galop. Heureusement, sa mère était souvent là pour l'apaiser et la calmer, notamment face à la maquerelle. Il aurait été mal vu de lui tenir tête. Encore un autre crachat. Toujours aussi ensanglanté que le précédent. C'est la fin. La fin de ce monde où Amuldena et sa mère sont réunies. La fin de tout aux yeux d'Almudena. La maquerelle pousse la porte de la chambre et pousse un long soupire d'agacement. Finalement, plus les années passent, moins Almudena la trouve belle. Elle ne l'impressionne même plus. C'est juste une ratée qui a besoin de gouverner les autres pour ce sentir exister dans ce monde. Pathétique ! Almudena a mûrit, elle voit ce genre de chose aujourd'hui. «Les hommes vont bientôt arriver alors cessez d'être toutes autour d'elle et allez travailler. » Almudena lui jette un regard des plus noirs. Elle ne mettra pas un pied en dehors de cette chambre. Pas temps que sa mère ne sera pas réellement morte. « Almudena va te préparer, le père Wickman sera là ce soir et tu sais qu'il n'en voudra aucune autre que toi. Vas te préparer. » Amuldena ne bouge pas d'un pouce. Elle n'a pas l'intention de travailler ce soir. Elle sait pourtant que la famille Wickman est une famille influente dans cette ville et qu'il n'est pas prudent de défier leur autorité mais peu importe, du moins pour ce soir, ce soir elle dit adieu à sa mère. « Je me fiche de Wickman ce soir, je n'irai pas. Ma mère est en train de mourir ! » Claque ! Une gifle qui explose contre sa joue. On ne parle pas ainsi à la maquerelle. «Je vais t'apprendre qui gouverne cette maison petite insolente. Maintenant vas te préparer et ne m'oblige pas à me répéter.» Encore une fois, elle ne bouge pas. Elle soutient le regard de cette femme qui ne lui fait plus peur depuis déjà bien longtemps. Elle ne sortira pas. Pas ce soir. Elle n'a jamais refusé un soir de travail. Ce soir, c'est différent. Tant pis si cette vieille maquerelle ne peut pas le comprendre, ça ne change rien. Une autre gifle plus forte que la précédente cette fois. Puis encore une autre. Almudena ne dit rien. Elle n'ira pas, même si celle-ci continue de lui mettre des coups. « Arrête Anna, tu l'abîmes, ça ne plaira pas à ses habitués. Laisse lui la soirée, juste celle-ci. C'est sa mère. » Une amie, la petite rouquine déjà là depuis plusieurs années est venue prendre la défense de Almudena. Une chose qui apparemment a bien fonctionné puisque Anna cesse ses coups. Elle sort suivie d'autres filles qui doivent commencer leur service rapidement. Almudena est toujours penchée sur sa mère, des larmes coulant de ses yeux. C'est le moment que choisit la jeune rouquine pour déposer un tendre baiser sur les cheveux de Almudena. « Tu dois lui dire Adieu et peut être que tu devrais reconsidérer ta vision à propos de Dieu, ça t'aidera. C'est toujours mieux que le néant.» La jeune femme quitte la pièce et Almudena reste incapable de faire le moindre geste. Elle le sait, il n'y a aucun Dieu et pourtant, son amie a raison, ce soir, elle aimerait croire qu'il existe quelqu'un, quelque part, qui prendra soin de sa mère à présent.

BIRMINGHAM, Novembre 1911. Elle essuie ses larmes dans le mouchoir que lui tend son amie. Elle ne sait pas si elle pleure parce qu'elle souffre physiquement ou parce qu'elle vient de tuer un être innocent qui aurait pu devenir un petit enfant, plein d'espoirs et d'avenir. Son amie ne trouve pas les mots. Existe t-il réellement des mots pour parler de ce qu'il vient de passer ?! Non ! Il n'existe que le silence. Le silence pesant d'un acte aux yeux de tous abominable et interdit. Un silence qui deviendra un secret. Leur secret. Ce docteur, il n'était qu'un homme parmi tant d'autres. Qu'un client régulier de la maison close et à la fois celui qui venait soigner les femmes quand il en avait le temps. Si ce n'était pas lui, il envoyait son infirmière. Cet homme il a accepté de faire ce que personne n'aurait fait à sa place. Il a tué l'enfant que Almudena portait. Pourquoi ? Peut être parce qu'il savait que s'il ne le faisait pas, elle le ferait seule. Comme beaucoup d'autres d'ailleurs. Peut être qu'il savait qu'elle ne survivrait pas si elle demandait de l'aide à une amie qui aurait commit cet acte de manière bien plus sauvage, bien moins médicale. Alors il l'a fait, prenant le risque de finir en prison. Allongée sur le lit, elle continue de pleurer. Elle ne peut pas faire autrement. Pas maintenant en tout cas. Son amie, la rouquine la regarde impuissante. Que faire ? Que dire ? Almudena est très certainement la plus forte de ce bordel. Pas aujourd'hui. Aujourd'hui, elle n'est que l'ombre d'elle même. Elle ne sait plus bien qui elle est. Seulement elle savait qu'elle ne pouvait pas avoir d'enfant. Elle ne voulait pas d'un bâtard. Elle était dans cette maison, tous les jours. Il devrait vivre ailleurs, sans elle, loin d'elle. Hors de question. Elle a connue cette vie, elle ne la souhaite à aucun enfant sur terre. Un cri s'échappe de sa bouche alors qu'elle vient placer sa main sur son ventre. C'est une torture, tout son être brûle et lui fait du mal. Peut être qu'elle le mérite. Peut être que c'est une punition bien méritée pour avoir tuer un être en devenir. « William, est ce que c'est normal que ça saigne autant ? Elle semble souffrir terriblement. » Son amie s'inquiète. Cela n'étonne pas Almudena, ça lui ressemble. William sort de la petite salle de bain au fond de la chambre pour s'approcher du lit et éponger le sang. « Tu dois te reposer. Profite de ton congés de ce soir pour le faire et assure toi qu'Anna n'en sache rien. » Il a posé sa main sur le front d'Almudena, incapable de répondre quoi que ce soit dans la douleur était trop présente. Il fallait qu'elle aille mieux. Dès demain, elle devrait s'occuper d'un homme. Elle devait guérir et vite si elle ne voulait pas que Anna vienne lui poser des questions. William enlève sa main. Almudena l'attrape au vol. « Merci. » Il ne répond rien. Il se contente de la regarder, à la fois triste et touché. « Docteur, si vous avez besoin de quoi que ce soit dans cette vie ou une autre... » Elle pousse un nouveau cri et se cambre. Le jeune docteur se tourne vers la rouquine. «Occupe toi d'elle ce soir, elle va avoir besoin de soutien. »

BIRMINGHAM, Juin 1917. « Hijo de puta ! » C'est sortie de sa bouche sans qu'elle puisse réellement contrôler ce qui en sortirait. Elle ne parlait pas l'espagnol, juste certains mots de temps en temps que sa tante disait souvent. Comme celui-ci par exemple. La jeune rouquine allongée sur le lit, son amie de longue date était couverte de bleus et de sang, tout ça parce qu'un homme impuissant avait besoin de violenter les femmes pour être capable d'éjaculer. La jeune blonde penché sur le lit pour s'occuper de son amie, se retourne vers elle. C'était la nouvelle infirmière qui venait régulièrement s'occuper des filles quand il y en avait besoin. Le Dr de la ville l'envoyait. Elle venait depuis déjà presque deux ans. Elle était appréciée des femmes et celles-ci lui faisaient confiance. Surtout Almudena de qui la jeune infirmière était particulièrement proche. C'était étonnant, elles ne venaient pas du même monde mais elles tenaient l'une à l'autre. Sincèrement. Il leur arrivait d'ailleurs de se voir à l'extérieur en journée, quand Almudena était autorisée à sortir. C'était une chose qui arrivait souvent depuis que Gene avait reprit la direction de la maison close suite au départ précipité de son mari, directeur du bordel, en raison de la guerre. Elle était bien mieux qu'Anna,aujourd'hui décédée. La maquerelle maintenant, c'était Gene. Elle gérait absolument tout dans cette maison et les filles avaient bien plus de liberté qu'auparavant. Finalement, tout ceci permettait que les choses se passent mieux à l'intérieur du bordel. L'infirmière s'éloigne du lit pour s'approcher de Almudena. Elles sortent dans le couloir. « Elle a une côte brisé. Elle doit aller à l'hôpital. Gene sera d'accord selon toi ? » Almudena se contenta d'un signe de la tête. Gene protégeait ses filles, elle l'avait toujours fait. Bien que l'entente entre les deux femmes étaient parfois difficiles, au regard de la difficulté de Almudena a accepter une quelconque forme d'autorité, elles s'appréciaient sincèrement et se respectaient surtout. L'infirmière plonge son regard dans celui de Almudena et pousse une mèche de ses cheveux qui tombe sur son visage. « Et toi comment vas tu ? Tu sembles épuisée. » Un sourire se dessine sur le visage d'Almudena. « Je suis flatée que tu t'inquiètes pour moi mais je vais bien. » La jeune infirmière se tourne pour retourner voir sa patiente mais Almudena attrape sa main, l'empêchant d'aller plus loin. Silencieusement, elle laisse ses doigts courir sur sa peau, remontant doucement sur son poignet. La jeune infirmière ne bouge pas d'un centimètre. Elle semble effrayée. Pourtant, elle ne cherche pas à arrêter le geste de la prostituée. Almudena s'approche. Elle colle son corps au dos de la femme. Elle lâche sa main. Si l'infirmière veut s'enfuir, c'est le moment. Pourtant, elle ne fait rien. Elle ne bouge toujours pas. Elle se contente de fermer les yeux. Dans quel but ? Dans le but d'apprécier d'avantage ce moment ou de dissimuler qu'elle l'apprécie ? Almudena enfouie son visage dans les cheveux de la jeune femme. Ce moment est parfait. Tellement qu'elle aimerait qu'il dure une éternité. Qu'est ce qui lui prend ? Elle n'a jamais été aussi proche physiquement d'une femme. Pourtant, elle en rêve depuis qu'elle connait l'infirmière. Cette femme l'attire, plus que n'importe quel autre personne sur cette terre. Pour Almudena, le sexe n'était qu'un simple moyen de prendre du pouvoir sur quelqu'un. Du moins jusqu'à maintenant. Ce n'était qu'un simple moyen de gagner de l'argent facilement. Jamais elle n'avait ressentie du désir. Elle avait apprit à le feinter. On croyait qu'elle désirait mais jamais ce n'était le cas. Pourtant, là, dans ce couloir calme et silencieux, elle désirait enfin quelqu'un. Elle désirait cette femme. Elle avait envie de toucher son corps, d'entendre son souffle s'accélérer sous ses caresses mais pas dans le but de prendre le pouvoir. Non, juste pour jouir de lui donner du plaisir. Elle pose doucement sa main sur la nuque de la blonde et la caresse furtivement. « Helen, j'ai... Laisse moi poser mes lèvres sur les tiennes.» On ne dit pas ces choses là quand on est une femme et encore moins quand elles s'adressent à une autre femme. Helen se dégage de l'emprise de la brune. Elle ne la regarde pas. Elle se contente d'entrouvrir la porte qui la mènera à sa patiente. « Dieu punit ce genre de pensées. » Elle avait dit cela sans regarder Almudena. La brune pousse un soupire qu'elle ne tente même pas de dissimuler. Elle sait que ce n'est pas "normal" d'avoir envie de faire l'amour à une femme mais elle se fiche totalement que Dieu approuve ou non. De toute manière, elle n'y croit pas. « Dans ce cas, couche avec moi, tu iras te confesser après. Notre cher curé sera ravie de t'entendre conter une chose pareille, j'en suis certaine. » De la provocation pure et dure. Almudena dans toute sa splendeur. Helen se retourne et lui jette un regard des plus noirs. On ne touche pas à la religion. Pas dans cette ville, pas dans ce siècle. L'infirmière retourne voir sa patiente et ferme la porte derrière elle. Almudena reste dans ce couloir désert se demandant ce qui peut bien se passer dans son esprit pour qu'elle ait, pour la première fois, envie de faire l'amour à quelqu'un. Peu importe le sexe de cette personne, ce n'est absolument pas ce qui importe Almudena en tout cas.

BIRMINGHAM, Décembre 1919. Elle a une après midi de libre. Depuis que Gene était la maquerelle et la responsable de cet établissement les choses étaient plus simples. Il était plus facile d'être une catin. Almudena ne se s'était pourtant jamais sentie prisonnière de quoi ou qui que ce soit et n'avait jamais vraiment éprouvé le besoin de s'enfuir. Pourtant, depuis deux ans les choses devenaient compliquées et les après midi de liberté, elle les attendaient avec impatience. Helen était la cause de ce nouveau besoin de liberté et c'est justement elle qu'elle allait retrouver aujourd'hui. Elle pénètre dans une petite ruelle, c'est là qu'elle doit rencontrer Helen. C'est leur lieu, l'endroit où elles se retrouvent toujours avant de se rendre chez Helen. La jeune infirmière est en retard et c'est sans sourire qu'elle arrive enfin à la hauteur de son amante. Almudena s'approche, un large sourire sur les lèvres et attrape la main de la jeune blonde. Celle-ci recule de quelques pas pour se dégager de l'emprise de la catin. « Qu'est ce qui se passe Helen ? » Almudena fronce les sourcils attendant une réponse de celle qui fait battre son coeur depuis environ deux ans. Les choses ne se sont pas faites tout de suite entre elles. En effet, Helen ne pouvait consentir à l'idée de ressentir autant de désir et d'amour pour une femme. De son côté, Almudena était plus claire. Helen était une femme mais cela n'avait pas la moindre importance. Elle était la seule personne sur cette Terre capable d'éveiller le feu du désir en Almudena. Helen était la première personne qui faisait battre son coeur. Elles savaient toutes les deux qu'elles prenaient des risques, que si quelqu'un savait les concernant, elles pourraient finir en prison ou pire encore. Pourtant, elles n'y prêtaient plus vraiment attention. Elles faisaient attention, elles étaient discrètes mais elles avaient accepté de succomber à leur amour. Alors pourquoi Helen reculait maintenant ?   « Henry est revenu. » Almudena fronce les sourcils plus fortement et fait un pas vers Helen. « Quoi ? Comment ça ? » Helen pousse un léger soupire avant de poursuivre. « Il est revenu du front. Il était prisonnier c'est la seule raison pour laquelle il n'est pas revenu avant. » Almudena pousse un soupire à son tour avant d'attraper la main d'Helen. « Ca n'a pas d'importance d'accord ?! On fera d'autant plus attention. » Helen laisse échapper un rire légèrement ironique. Elle se détache de l'emprise de Almudena pour reculer encore un peu.  « C'est mon mari Almudena. J'ai déjà pêché pendant longtemps. Je ne...Je dois redevenir digne de notre mariage. » Certes, Henry était son mari mais Almudena le savait, Helen était amoureuse d'elle. Sinon pourquoi ? Pourquoi aurait elle accepté de prendre de tels risques avec une femme et une catin ?! Alumdena passe la main dans ses cheveux, comme lorsqu'elle est en colère. « C'est ça. Redeviens la charmante épouse qu'il attend.» Elle n'attend aucune réponse. De toute manière, elle connaît suffisamment la jeune infirmière pour savoir qu'elle ne trouvera rien à dire devant la provocation de Almudena. La seule solution est de partir, rentrer au bordel. Au moins là bas, elle maîtrise ce qui se passe. Là bas, elle est la reine. Pourtant, c'est avec un coeur en milles morceaux qu'elle rejoint la maison close cet après midi là.



≈ L'ENFER C'EST LES AUTRES ≈



Dernière édition par Almudena Lojano le Ven 29 Mai - 12:43, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les rois du royaume branlant

≈ ARRIVÉE : 05/05/2015
≈ IMPACTS : 275

≈ UN AUTRE : samuel hancock pour vous servir.
≈ AVATAR : david mazouz.
≈ ÂGE : 15 ans.
≈ MÉTIER : pickpocket au service des peaky, petite frappe, raclure, ordure, les surnoms sont divers et variés.
≈ DES ARMES ? : un revolver, quant au modèle il en sait foutrement rien.
≈ GANG : il y pensait pas grand-chose avant d'en intégrer un, depuis il s'y sent bien, poisson dans l'eau il souhaite pas se tirer de sa grande famille de bookmakers. De toute façon, il a signé le contrat, il peut plus faire machine arrière, il est des Peaky jusqu'à sa mort.



MessageSujet: Re: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   Dim 24 Mai - 12:09

PENELOOOOOOOOOPE. :perv: :mih: :hin:
Si je m'attendais à la voir elle, c'est une bonne surprise et je sens que ta louloute promet des merveilles. :gnih: :think: Bienvenue parmi nous et bonne chance pour ta fiche. :plz: :siffly:

_________________


j's'rai content quand tu s'ras mort Vieille Canaille
« the one advantage we have is our ability to cooperate... to help each other out. we recognize ourselves in each other, and are programmed for compassion, for heroism, for love. and those things make us stronger, faster and smarter. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t67-eoin-t-as-brule-tous-mes-tapis-tu-t-es-couche-dans-mon-lit-et-t-as-bu-tout-mon-porto-vieux-chameau http://hellisempty.forumactif.org/t68-eoin-peace-and-love-pauvre-conne
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 22/05/2015
≈ IMPACTS : 120

≈ AVATAR : viggo Mortensen.
≈ ÂGE : cinquante-deux ans.
≈ MÉTIER : superintendant.
≈ DES ARMES ? : son arme de service ≈ un couteau qu'il ne quitte jamais
≈ GANG : aucun ≈ ils restent malgré tout d'une certaine utilité lorsqu'il faut régler certaines affaires un peu dérangeantes discrètement.



MessageSujet: Re: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   Dim 24 Mai - 12:27

Pénélope :kyu: :aw:
Super choix d'avatar et je sens que le personnage va envoyer du paté :chou:
Bon courage pour ta fiche :bwag:

_________________
DON JUAN AUX ENFERS + Quand Don Juan descendit vers l'onde souterraine et lorsqu'il eut donné son obole à Charon, un sombre mendiant, l'oeil fier comme Antisthène, d'un bras vengeur et fort saisit chaque aviron. Montrant leurs seins pendants et leurs robes ouvertes, des femmes se tordaient sous le noir firmament. Et, comme un grand troupeau de victimes offertes, derrière lui traînait un long mugissement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 22/05/2015
≈ IMPACTS : 42

≈ AVATAR : s.stan
≈ ÂGE : 33 ans
≈ MÉTIER : sergent au sein des autorités anglaises
≈ DES ARMES ? : son arme de service ne le quitte jamais
≈ GANG : aucun il est plutôt du côté de ceux qui les traque...



MessageSujet: Re: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   Dim 24 Mai - 12:59

Bienvenue :cc:

_________________
In the middle of the night, when the angels scream, I don't want to live a lie that I believe. Time to do or die, I will never forget the moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les rois du royaume branlant

≈ ARRIVÉE : 05/04/2015
≈ IMPACTS : 689

≈ AVATAR : dane dehaan
≈ ÂGE : vingt-cinq ans, on le prend encore pour un gosse
≈ MÉTIER : peintre raté, contrebandier des silver snakes
≈ DES ARMES ? : un luger, plus pour son crâne que celui des autres
≈ GANG : les serpents venimeux, pas tous cependant



MessageSujet: Re: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   Dim 24 Mai - 13:10

OMG, pénélope en catin amoureuse d'une femme :fall: je dis oui :fire: :bril: :bwag:
bienvenue ici beauté et bon courage pour la suite de ta fiche :plz: si tu as des questions n'hésite pas à te diriger vers un membre du staff :chica:

_________________

NI PUTE NI MOINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t36-cowards-and-monsters http://hellisempty.forumactif.org/t69-meme-les-supernovas-s-eteignent-a-un-moment
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 24/05/2015
≈ IMPACTS : 21

≈ AVATAR : Penelope Cruz
≈ ÂGE : Trente six ans
≈ MÉTIER : Déesse de la nuit pour vous servir.
≈ DES ARMES ? : Un couteau dans ses bottes ou son porte jarretelle. Mieux vaut être prudent.
≈ GANG : Pourvu que ça dure. Ainsi, les hommes de ces gangs sont à crans et ont besoin de se détendre dans ses bras pour une nuit.



MessageSujet: Re: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   Dim 24 Mai - 13:12

Que de beaux hommes dans le coin (euh Eoin un peu jeune) :fall:

Merci. Je sens que je vais me plaire par ici. :seks:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 22/05/2015
≈ IMPACTS : 93

≈ AVATAR : jon bernthal.
≈ ÂGE : trente-huit ans qu'il scrute l'obscurité des ruelles et son pas qui claque sur les pavées.
≈ MÉTIER : inspecteur véreux, le noir d'une pomme pourrie.
≈ DES ARMES ? : son revolver, médiocre revolver.
≈ GANG : aucun, même s'il lui arrive de couvrir de sales affaires des silver snakes.



MessageSujet: Re: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   Dim 24 Mai - 14:18

Bienvenue. :red:
Superbe choix d'avatar, de pseudo et ce titre. :fall: ça promet énormément pour la suite. :pervers:

_________________
this city, so damn beautiful,
 but only from a distance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t92-la-vague-wilbur
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 22/05/2015
≈ IMPACTS : 103

≈ AVATAR : Gemma Arterton
≈ ÂGE : 33 y.o
≈ MÉTIER : Reine des catins à la tête d'une maison de plaisirs
≈ DES ARMES ? : Son corps est la plus merveilleuse des armes. Si sa tenue lui permet, elle aime sortir accompagnée de son stylet.
≈ GANG : Une alliance la lie aux Muffled Necks



MessageSujet: Re: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   Dim 24 Mai - 17:29

:frfr: Bienvenue
J'ai oublié de saluer ton choix d'avatar qui est divin! :amen:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t93-live-and-breathe-under-the-moon
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 24/05/2015
≈ IMPACTS : 21

≈ AVATAR : Penelope Cruz
≈ ÂGE : Trente six ans
≈ MÉTIER : Déesse de la nuit pour vous servir.
≈ DES ARMES ? : Un couteau dans ses bottes ou son porte jarretelle. Mieux vaut être prudent.
≈ GANG : Pourvu que ça dure. Ainsi, les hommes de ces gangs sont à crans et ont besoin de se détendre dans ses bras pour une nuit.



MessageSujet: Re: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   Dim 24 Mai - 17:38

Merci à vous deux. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les rois du royaume branlant

≈ ARRIVÉE : 14/05/2015
≈ IMPACTS : 110

≈ AVATAR : Thomas Brodie-Sangster
≈ ÂGE : 18 ans
≈ MÉTIER : Coursier pour les serpents italiens
≈ DES ARMES ? : un revolver planqué dans la ceinture. une mite de plomb coincée contre l'oreille. un carnet entre son coeur et sa chemise.
≈ GANG : Silver Snakes



MessageSujet: Re: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   Dim 24 Mai - 20:11

PUTAIN MAIS APRES JAVIER BARDEN
PENELOPE CRUZ
JE
DIS
OUI AUX ESPAGNOLS
JE DIS OUI :red: :red: :red:

bienvenue parmi nous en tout cas :bril: pas encore lu ta fiche, mais ça ne saurait tarder What a Face

_________________
FALLING SLOWLY, EYES THAT KNOW ME.
I wanted to live deep and suck out all the marrow of life. To put to rout all that was not life; and not, when I had come to die, discover that I had not lived.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t78-raffaele-close-your-eyes-think-of-something-nice http://hellisempty.forumactif.org/t83-raffaele-much-adoe-about-nothing
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 24/05/2015
≈ IMPACTS : 21

≈ AVATAR : Penelope Cruz
≈ ÂGE : Trente six ans
≈ MÉTIER : Déesse de la nuit pour vous servir.
≈ DES ARMES ? : Un couteau dans ses bottes ou son porte jarretelle. Mieux vaut être prudent.
≈ GANG : Pourvu que ça dure. Ainsi, les hommes de ces gangs sont à crans et ont besoin de se détendre dans ses bras pour une nuit.



MessageSujet: Re: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   Dim 24 Mai - 20:30

Merci à toi. I love you En effet, attends un peu pour lire mon histoire, je n'ai pas relue pour le moment j'ai un peu peur des fautes que tu risques de découvrir. :mdl:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 23/05/2015
≈ IMPACTS : 30

≈ AVATAR : MADS MIKKELSEN
≈ ÂGE : 49 ANS
≈ MÉTIER : Boss de l'entreprise Cox (armement) & patron du bordel "auberge rouge"
≈ DES ARMES ? : Flingue de poche (francotte); lame tranchante
≈ GANG : aucun. filles et flingues qu'il vend aux intéressés.



MessageSujet: Re: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   Lun 25 Mai - 11:10

Pénéloppe en fille de joie, tu dois te faire beaucoup de clients :perv:
J'espère que tu appartiens à mon bordel :diego: Je suis gentille avec mes filles :uou:

Bienvenue bella :charm:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 24/05/2015
≈ IMPACTS : 21

≈ AVATAR : Penelope Cruz
≈ ÂGE : Trente six ans
≈ MÉTIER : Déesse de la nuit pour vous servir.
≈ DES ARMES ? : Un couteau dans ses bottes ou son porte jarretelle. Mieux vaut être prudent.
≈ GANG : Pourvu que ça dure. Ainsi, les hommes de ces gangs sont à crans et ont besoin de se détendre dans ses bras pour une nuit.



MessageSujet: Re: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   Mar 26 Mai - 0:13

Et bien non, désolée je suis dans celui de Gene :laugh: Je ne sais pas pourquoi ça me rassure :mdl:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 16/05/2015
≈ IMPACTS : 100

≈ AVATAR : lupita nyong'o.
≈ ÂGE : trente ans.
≈ MÉTIER : couturière aux doigts de fée et espionne pour les peaky blinders - c'est un caméléon qui se fond dans les ombres.
≈ DES ARMES ? : un colt dont elle se sépare plus depuis qu'elle l'a eu entre les doigts.
≈ GANG : les peaky c'est devenu une extension de sa famille - d'abord par le biais de ses frères, puis elle y est entrée elle aussi. elle leur sera fidèle jusqu'à la tombe, ça fait pas un doute.



MessageSujet: Re: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   Ven 29 Mai - 21:14

PENELOOOOOOOOOOOPE, J'M'INCLINE :amen: bienvenue - j'te dis pas courage pour la fiche vu qu'elle m'a l'air finie alors bonne chance pour la validation i guess :pervers:

_________________
it's a new dawn ≈ dragonfly out in the sun, you know what i mean, don't you know ? butterflies all having fun, you know what i mean. sleep in peace when day is done, that's what i mean. and this old world is a new world and a bold world for me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t84-all-stories-are-about-wolves-jolene http://hellisempty.forumactif.org/t197-the-undone-and-the-divine-jolene
avatar
Les rois du royaume branlant

≈ ARRIVÉE : 05/04/2015
≈ IMPACTS : 222

≈ UN AUTRE : eoin murdock, l'emmerdeur de service.
≈ AVATAR : cillian murphy.
≈ ÂGE : 35 plaies infectées.
≈ MÉTIER : pilier de bar, alcoolique notoire et outre ces rangs foireux, il est ouvrier dans une usine de construction de bagnoles.
≈ DES ARMES ? : un mk4 reçu il sait même plus comment, ça peut toujours servir.
≈ GANG : il est pas pour, il est pas contre, disons qu'il profite plutôt de leur système - très bien même, surtout du côté des Muffled.



MessageSujet: Re: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   Sam 30 Mai - 1:47

Pardon du retard ma belle. :beuh:
Chris s'occupe de toi demain. :chica: :coeur:

_________________


et puis y'a Frida qu'est belle comme un soleil
« i know what most of you think of me, that i’m a thug, a smuggler, rebel. that i started all of this, asked for it, a drunk who never did anything with his life and has caused all this trouble for everybody. well, i’m here today to tell you… that you’re right. i am. i am all of those things, and more. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t33-samuel-le-desir-est-notre-seule-motivation-pour-avancer-au-milieu-de-toutes-ces-horreurs http://hellisempty.forumactif.org/t65-samuel-a-nos-vies-de-merde-dans-ce-monde-de-merde-qui-tire-a-sa-fin
avatar
Les rois du royaume branlant

≈ ARRIVÉE : 05/04/2015
≈ IMPACTS : 689

≈ AVATAR : dane dehaan
≈ ÂGE : vingt-cinq ans, on le prend encore pour un gosse
≈ MÉTIER : peintre raté, contrebandier des silver snakes
≈ DES ARMES ? : un luger, plus pour son crâne que celui des autres
≈ GANG : les serpents venimeux, pas tous cependant



MessageSujet: Re: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   Sam 30 Mai - 13:32



Douce euphorie qu'est la validation



Prêt à te faire castagner ?


pardon pardon pour le retard  :*-*: c'est avec plaisir que j'te valide ma belle I love you j'adore almudena, et sa relation avec helen olalah, my feelings, it hurts  :kyu:  bref j'ai beaucoup aimé te lire  :chou:  :bwag:  

Bravo coco, finalement t'es pas trop mal barré pour survivre à Birmingham.  :smoke: Avant de pouvoir te la couler douce, va falloir que tu bouges tes miches ! Parce que ouais, y'a pas de salaire sans travail et tout ce foutoir - j'suppose que tu connais. Dans tous les cas, tu vas d'abord aller recenser ta tronche, parce que bon ce serait triste qu'un autre vienne te la chourer. Ensuite, la case nous informer du reste est aussi obligatoire, on veut savoir ton métier, où t'habites, ton rang si tu fais partie d'un gang ou des autorités, bref, tout ça rien que pour le plaisir de bibi.  :chris: Ensuite, tu pourras faire ta fiche de liens, un scénario seulement si t'es sage et pour terminer ; tu pourras RP. Ouais, j'sais qu t'as pris autant plaisir à m'lire que j'en ai pris à écrire.  :perv: En cas d'pépin le staff est là pour toi, va vers les autres et va pas faire ta mijaurée - dans c'te ville de toute manière t'as pas à l'être.  :frfr:


≈ L'ENFER C'EST LES AUTRES ≈


_________________

NI PUTE NI MOINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t36-cowards-and-monsters http://hellisempty.forumactif.org/t69-meme-les-supernovas-s-eteignent-a-un-moment
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 24/05/2015
≈ IMPACTS : 21

≈ AVATAR : Penelope Cruz
≈ ÂGE : Trente six ans
≈ MÉTIER : Déesse de la nuit pour vous servir.
≈ DES ARMES ? : Un couteau dans ses bottes ou son porte jarretelle. Mieux vaut être prudent.
≈ GANG : Pourvu que ça dure. Ainsi, les hommes de ces gangs sont à crans et ont besoin de se détendre dans ses bras pour une nuit.



MessageSujet: Re: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   Sam 30 Mai - 16:40

Merci I love you Et aucun soucis pour le retard. :chou:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison   

Revenir en haut Aller en bas
 

un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison
» Urgent Une entrée gratuite pour "fous d'Histoire" à Pontoise
» la caverne du citylab2 ( 5 pieces d'or l'entrée, gratuit pour les filles)
» Zoo Thoiry entrée gratuite pour les mamans 31.05
» deadman Pour entrée dans la guilde
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≈ AND ALL THE DEVILS ARE HERE :: ≈ EMBARQUER POUR LES BAS-FONDS :: Remplissez votre casier judiciaire :: Dossiers archivés-