AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur LECLA l'affreux. :gangster: :chris: :gnih:


Un topic des RPs libres a été mis en place ici ! Allez j'ter un oeil. :hin:
Nous attendons avec impatience nos bébés prédéfinis, ils sont coolish vous verrez ! :ivil: :raff:



C'est la dèche chez les Muffled Necks essayez de renflouer un peu leurs rangs. :chica: :ivil:


Partagez | 
 

 L'ENFANT BOHEME ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 22/05/2015
≈ IMPACTS : 21

≈ AVATAR : o. kurylenko
≈ ÂGE : la fumée de ses yeux ondule autour de ses iris enflammées, celles qui ont capté les flammes d'une bible qui brûlait, celles qui ont adoré en silence, pleuré cupidement, ces iris qui en trentre-trois ans, ont récité les contes fantasques d'une irraisonnée, amoureuse des folies.
≈ MÉTIER : elle murmure de bien augures présages, riant, de par toutes ses perles de dents, à s'en déchirer le visage...elle est le serpent glissant sur le gouffre amer des pauvres vertus humaines, des superstitions anciennens. Vendeuse de rêves, voleuse d'espoirs, elle tournoie, ses jupons de déchéance enflammant les pieds des mâles, au milieu des chimères humaines. De la connerie humaine, cette Bruja del Este.
≈ DES ARMES ? : une rose ensanglantée qu'elle se plait à détacher avec vanité, de son corset de gitane. Son cache-coeur, transperçant le sien, sacrifiant l'amour au profit de la symphonie des pièces d'or. Qu'elle lance, cette fleur, à la figure de ses proies. Vos croyances sont son arme, votre naïveté, la croix de votre salaire.
≈ GANG : elle se complait dans sa famille, parmis ses monstres moins fous que la plupart des civils.



MessageSujet: L'ENFANT BOHEME ~   Ven 22 Mai - 22:32



and men said that the blood of the stars flowed in her veins.

≈ we're a freakshow ≈

Nom ≈ une main lacée d'une blancheur terreuse, embrassée par les anges tant par sa chair voluptueuse que sa pureté enfantine, entoura le sein desséché d'une mère déchue. Mama, que disait la bambine, Mama qu'on la nomme, elle, maintenant, cette gamine aux pieds dénudés, protégeant, telle une Sainte Marie, ses monstres apeurés. Prénom(s) ≈ il ne lui convient pas, lui démange l'esprit, pullulant de souvenirs, aboyant à une mémoire trop pourrie...trop dure à éveiller. Mariska, ça ne lui convient pas, ne coule pas dans ses veines, un prénom trouvé ainsi, par pur hasard, dans les bras d'une mère qui n'était pas. La Bruja Del Este, c'est tout ce qu'elle connait et qu'elle daigne connaitre de son âme. Âge ≈ la folle vous dira qu'elle est plus vieille que le monde, qu'elle était l'étoile, là-haut, imprégnant de sa chair impure la terre corrompue. Son sang est la rivière qui t'a abreuvé. Son corps le sol que tu as dévoré avec véhémence. Elle est l'éternelle, la magicienne des courroux, mais en vérité, son humanité la transperce fatalement. Trente-trois ans qu'elle a la misérable. Origine(s) ≈ une gitane, criaient-ils ! la tzigane chantant ses mélopées disgracieuses à une lune endormie, dansant avec le diable au corps, la sorcière répandant la maladie et l'infidélité. la pécheresse ! elle a une origine, la démone, ses racines s’imprègnent des flammes de l'enfer ! Date de naissance ≈ les astres ont-ils un anniversaire à fêter ? on ne l'a jamais célébré le sien, cette morveuse. Alors elle se fiche bien de sa date, elle ne vieillit pas de toute manière. Lieu de naissance ≈ le cosmos infini, le ciel là-haut qui te couvre de ses doigts constellés. Elle renait chaque jour dans un lieu différent, le monde est son berceau, elle est l'enfant et la mère des esprits ancestraux. Religion ≈ il n'y a qu'un seul dieu qu'elle suit depuis sa tendre enfance...une seule prostituée à qui elle a offert sa pauvre innocence : l'argent, cette pourriture. Classe sociale ≈ l'or découle de ses mains, entamant la symphonie des déchainés, des perdus, ceux qui hantent les rues pour un peu d'amour. un peu d'abus. Tant qu'elle peut dépenser son salaire perturbant, elle le fait, si bien qu'elle n'est jamais riche, mais jamais pauvre non plus. Statut marital ≈ elle ouvre ses cuisses à la désolation humaine, putain des misères, la Lucifer des fou. Rien ne l'arrête, elle se fout bien de leur luxure ! Le charme de ses courbes en fait tomber plus d'un, jamais ne s'abusera-t-elle dans des bras. Ils n'attendent que cela, qu'un jour, elle puisse danser sur leur corps sales. Orientation sexuelle ≈ telle la mort, elle ne choisie pas qui dérobera ses lèvres ! Métier ≈ elle valse avec vos péchés, murmurant des berceuses à vos croyances, elle est la tentatrice amère adorant vos superstitions, cultivatrice des graines de terreur. La sorcière...celle qui semble être hantée par une déchéance terrible, celle qui parle avec vos aïeux les morts, celle qui vend de l'espoir, enivrant votre esprit, caressant vos peurs...dressant son corps comme une aphrodite enflammée. Chimère insaisissable, l'occulte sainte arnaqueuse. Traits de caractère ≈ opportuniste, vénale, séductrice, accueillante, souriante, mystérieuse, chaleureuse, vaniteuse, généreuse, maternelle, curieuse, manipulatrice, loyale, volage, fière, rêveuse, joueuse, insouciante, créative, cupide, entrepreneuse, forte, mélancolique, éloquente, charismatique. Groupe ≈ la main gantée. Avatar ≈ olga kurylenko. Crédits ≈ michievous ink.


Mariska Mama El Bruja del Este


Un ≈ tous connaissent l'ariette, cette amante des lamentations du violon, de l'engouement d'un accordéon. une mélodie synonyme de la venue de la Bruja et de ses démons. de son enfer tentateur et attachant, ses milles couleurs tâchant la monotonie des villes grisâtres; la caravane éclatante de regards effrayés, fascinés, méprisants, défile dans les rues sous la même berceuse entêtante, celle qui danse sous votre peau, insufflant en votre esprit la flamme d'une envie, afin de s'installer sur une grande place. les démons arrêtent alors leur musique, et sans tarder tous s'éparpillent dans toute la ville afin de coller des affiches et faire voler les publicités. un moment qui est délicieux aux yeux émerveillés et satisfaits de Mariska, mais qui fait craindre les mères religieuses. C'est un rituel, tout le monde le connait...tout le monde siffle la même mélodie, tout le monde attend la nuit tombée, où enfin, la caravane s'éveillera de lumières tamisées, de feu gisant de la gorge d'un tel, du rire épais et terrifiant d'un autre, et de ses courbes lascives valsant avec le Malin. Deux ≈ venez découvrir les rideaux de velours rouges protégeant son antre, il semble que la vie et la mort accouplent leurs fantaisies luxuriantes dans un tel endroit. le cosmos et le chaos se mêlent avec la fièvre des amants, se couvrant des vapeurs, de ces médecines des fous. des drogues qu'elle amasse avec délectation, des prescriptions qu'elle s'offre seule, se sentant déjà plus sybille d'un temps antique. c'est un bazar arrangé, la caverne des merveilles, le trou d'alice, vous y trouverez des mémoires d'autres pays proliférant dans un horizon caché. des coussins d'orient, de la soie d'asie, des bibelots d'afrique...c'est un véritable voyage. Trois ≈ arnaqueuse et illusionniste hors-pair, Mariska nourrit les fantasmes les plus fabuleux de ses visiteurs et clients, aussi, a-t-elle plusieurs espions dans toutes les villes (surtout ses "monstres" ou des personnes qui lui doit la vie) afin de connaitre es désirs, rêves, vestiges les plus fous, des pauvres épaves s'échouant sur ses mensonges. Quatre ≈ il est dit qu'elle sait parler aux animaux, et plus particulièrement aux serpents et aux chats, mais elle possède un singe capucin, esclave d'un passé tumultueux, qu'elle a renommé George V en l'"honneur" de la couronne royale. Ce dernier, malin tout comme sa maitresse, s'amuse à parcourir la ville, volant les étables, commerces, ainsi que les hommes. Cinq ≈ ses hanches sont renversées par des jupes affriolantes, un semblant d'épices dispersés sur un tissus volage, libertin, à l'image des cuisses qu'il cache. Mariska est le reflet des bordels orientaux, des danses enflammées, d'un marché perdu. Les lèvres peintes de rouge, les yeux fumés de noir, ses cheveux, folles vagues d'ébènes, se renversant à chacun de ses mouvements lascifs de cou, ou alors voilés par une mousseline d'été. On ne peut se méprendre, son parfum riche et musqué ne nous manquera pas de le rappeler : cette femme est un cirque ambulant. Six ≈ tel les valeurs qu'on lui a toujours inculqué, la sorcière aura toujours une petite pièce dans sa bourse pour les misérables couvrant les trottoirs, ambulants, saouls et répugnants, sur les routes. Souvent même, les nuits aurez-vous l'occasion de la voir servir sur une table (hors de sa caravane) des plats sauvages rappelant les chants de ces contrées lointaines qu'elle fredonne. Attablés, des pouilleux se régaleront de ces mets conviviaux et réconfortants. Sept ≈ Mariska adore écouter les récits humains, le passé vertigineux d'un ancien soldat, les amours perdus d'un prêtre, la désolation effacée d'une veuve. Il est facile de la captiver ! De même, partage-t-elle son savoir avec les plus jeunes, ces désobligeants marmots qui ont cédé à la curiosité malgré les remontrances de leurs parents, leur narrant des mythes ancestraux de toutes les tribus. Grecs, Romains, Celtes, Vikings, les légendes déflorent sa bouche si sale de tromperies. Huit ≈ muse de quelques artistes en perdition, Mariska a eut de nombreuses liaisons avec ces prisonniers des passions. Des esquisses emplies de fourbes souvenirs, des lettres parfumées de mots qu'on n'ose prononcer, des mèches de cheveux échangées avec l'émotion des premiers amours, des bibelots sans valeurs se montrant précieux sous un sentiment, toutes ces choses, tous ces amas diffus, confus, mélangés, se recueillent en de petites boites qu'elle n'ouvre que rarement à présent. Elle ne jette jamais rien, tout se garde, tout se collectionne, tout est pièce d'un musée affable et kaléidoscopique. Neuf ≈ même si elle ne croit plus en un dieu paternel, il lui arrive parfois, à cette pauvre âme, de vagabonder dans les églises, mais surtout cathédrales qui constituent pour elle, le chatoiement de leur pauvre naïveté. Des mensonges fait vérité, du grotesque paré de ses plus beaux bijoux, du loup s'étant fait biche. Elle rêve de bâtir un tel empire, un tel royaume où les vitraux seraient l'absolution de son règne. Dix ≈ arnaqueuse est-elle, mais s'arnaque-t-elle aussi. les abysses entre la réalité est l'imaginaire se referme doucement sur elle. elle se perd, entre l'humaine et la sorcière, entre la médiocre et la fantastique. se fuyant, ne se connaissant plus, elle chasse la vérité pour laisser place au magnifique spectacle qu'elle a battit. Qui est-elle ? Qu'en sait-elle ? The show must go on...



MISTY.EYE, Laura, 17 ans

T'es arrivé ici comment ? ≈ j'ai suivi le projet su bazzart. Tu penses quoi de ce joyeux bordel ? ≈ bah c'est un bordel :chica: . Un truc à nous dire ? Une petite cassdédi ? ≈ je propose que tout le monde me fasse un bisou :charm: . Le mot magique pour passer ≈ ce n'est pas personnel, c’est uniquement les affaires. :smoke:


≈ L'ENFER C'EST LES AUTRES ≈



Dernière édition par Mariska Mama le Dim 24 Mai - 10:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 22/05/2015
≈ IMPACTS : 21

≈ AVATAR : o. kurylenko
≈ ÂGE : la fumée de ses yeux ondule autour de ses iris enflammées, celles qui ont capté les flammes d'une bible qui brûlait, celles qui ont adoré en silence, pleuré cupidement, ces iris qui en trentre-trois ans, ont récité les contes fantasques d'une irraisonnée, amoureuse des folies.
≈ MÉTIER : elle murmure de bien augures présages, riant, de par toutes ses perles de dents, à s'en déchirer le visage...elle est le serpent glissant sur le gouffre amer des pauvres vertus humaines, des superstitions anciennens. Vendeuse de rêves, voleuse d'espoirs, elle tournoie, ses jupons de déchéance enflammant les pieds des mâles, au milieu des chimères humaines. De la connerie humaine, cette Bruja del Este.
≈ DES ARMES ? : une rose ensanglantée qu'elle se plait à détacher avec vanité, de son corset de gitane. Son cache-coeur, transperçant le sien, sacrifiant l'amour au profit de la symphonie des pièces d'or. Qu'elle lance, cette fleur, à la figure de ses proies. Vos croyances sont son arme, votre naïveté, la croix de votre salaire.
≈ GANG : elle se complait dans sa famille, parmis ses monstres moins fous que la plupart des civils.



MessageSujet: Re: L'ENFANT BOHEME ~   Ven 22 Mai - 22:33



A witch is just a girl who knows her mind



Histoire



EDEN + Les cordes de la guitare s'entremêlèrent, battant telle les embrassades de multiples cristaux, lentement, les complaintes d'un violon crièrent leur mélancolie à une lune dévoilée...Les mains claquaient, s'improvisaient maitresses d'un rythme fougueux, semblable au galop de ces étalons effrénés goutant à une liberté sans faille. La leur aussi n'était pas feinte. Ce gout de miel léchant leur langue, ces sourires déchirant des visages poupins ou usés par le temps et les divers vents des contrées déjà visitées. Les voix s'élevèrent, d'abord celles, criardes et désespérés des femmes, parlant aux astres intrigués. Cela roulait sur votre corps, comme des vagues, l'écume des visions médiocres d'une vie de bohème tâchait votre âme, et soudain, votre cœur se prenait à entonner la même mélodie. Tous chantaient. Simplement, pour danser, ou pour narrer les récits burlesques d'une existence sans-attaches. Ils perdaient tout, et n'en avaient cure. Quelle étrange idée que de s'accrocher à ce que le Destin veut arracher. Quelle étrange idée de se penser maître d'une terre.
Mariska, l'enfant des autres, comme on la nommait lorsqu'elle n'était qu'un bambin s’agrippant furieusement au sein d'une non-mère. L'océan ne se déchainait pas dans ses veines, son sang n'était que celui d'un cadavre de terrien ! Ni tzigane, ni aimée. On l'avait abandonné sur le sol poudreux d'une neige immaculée, elle, encore toute peinte de rouge organique, de vin ivre d'un amour qui n'était pas. On l'avait recueilli, comme un coquillage que l'eau pourrait ramasser. Parce qu'on ne se voyait pas la laisser, là. Cette minable. Quelle était son identité ? Son origine ? Mais les racines s'infiltrèrent dans un lait différent, irriguant sa chair d'une coutume qui ne devait être la sienne. Gitane que l'on construisait, que l'on domptait. Tel un animal, elle acquit bravement les ailes d'une bohémienne. D'une conteuse du monde, qui vivait sous ses envies, sous la générosité des plus grands; des Blancs. Ces pauvres fous ! Elle suivait leur ombre, mendiant, s'accrochant à leurs jambes. Parfois on lui jetait une petite pièce avec laquelle elle s'achetait des gourmandises, parfois, les volait-elle simplement. On ne comprenait pas pourquoi ces absurdes s'aliénaient au matériel. Pourquoi les nuits, ces femmes ouvraient leurs cuisses afin de recevoir un peu de bienveillance, un peu d'or. Rien ne la répugnait plus que cette culture qui, sans qu'elle ne le sache, devait être originellement la sienne.
Mariska, ce prénom qui découle sur elle, sur ses cheveux de démente, ces plumes de corbeau, sur ses yeux, reflet du ciel infini sous lequel elle dansait, sur ses lèvres, ces fleurs rougeâtres qui se tâchaient de miel tant elles étaient malicieuses et gourmandes, sur ses joues, battues par la terre sur laquelle elle tombait en riant. Mariska, cette nomination qui ne signifiait rien tant il était étranger à son âme. Elle se préférait "morveuse" ou "idiote", au moins là, elle se retrouvait. Morveuse aux pieds sales, elle était l'étrangère familière, l'idiote à qui on a tout donné, celle qui se plaisait à tout perdre.



TERRE + Ses paupières tombèrent. Là, le bruit se détachait avec véhémence, jouant de ses murmures amères à ses oreilles engourdies. Là, dans la noirceur de son être, elle fantasmait sur la douleur des poumons se crevant...transpercés par la pression corporelle d'un terrible homme. Dans les ténèbres de son esprit se dessinaient les traits apeurés, l'étincelle perdue dans les bras d'une Mort certaine, d'un visage qu'elle ne connaissait que trop bien. Il s'était plié sous la luxure, s'était déformé sous la colère,s'était figé sous l'indifférence aux hurlements, au sang, aux coups, au fouet...Ses paupières, semblables aux rideaux d'un théâtre obscur, s'ouvrirent laissant transparaitre le spectacle du criminel. De l'orchestration d'un crime parfait...d'une œuvre d'art. une étrange nausée lui prit l'estomac, dévastant son calme, sa froideur, sa force. Ça puait le repos éternel, ça suait les derniers restes de sa vie. Le corps se secouait, telle une chenille, prisonnier de chaines et cadenas, il se mouvait dans ce cercueil de verre et d'eau. La gangrène cadavérique se développait, partant d'un pouls qui s'affaiblissait, frigorifiant une chair impure. Elle observait ce spectacle, cette danse avec la Faucheuse, cette valse mortifiante. Les mains se collèrent à la vitre comme des poulpes horripilants, elle en eut la gerbe. L'indigne espérait la liberté, le fou trembler pour le Salut.
Mariska, n'était plus. Elle s'était transformée durant des années. Sa peau se détacha d'un squelette d'ivoire qu'elle ne cessait de briser. La famille, le clan, avait été chassé. Mama n'avait plus le choix : elle devait travailler. Esclave de leurs mœurs, de leur société répugnante où l'âme de chaque homme se faisait prendre dans un engrenage infernal. Mama signa un contrat avec le Diable...marchant dans un cirque, jouant la voyante. La médium, sorcière tzigane qu'on venait voir avant et après les spectacles. Mariska se faisait abuser en silence, ses services découlant sur le saut d'eau avec lequel elle devait récurer la saleté. La pourriture de l'homme. Mariska, la jolie qui ne parlait pas un traitre d'espagnol taisait ses peines, fredonnant les airs ancestraux des guitares larmoyantes. Mama lui apprit son métier; cette arnaque monumentale. La gamine ne croyait plus en la magie, on pouvait souffler sur les cendres d'un feu passé. Mais Mama cachait de l'argent, et l'homme ne fut pas heureux. L'homme battait ses employés, ses "monstres". Ces gens déformés avec qui Mariska apprenait les langues, la lecture et l'écriture. Ces gens perdus dans ce cirque, ce même engrenage rouillé. Une nouvelle famille avait-elle trouvé, et lorsque Mama se retrouva une balle entre les deux orbites, on recueillit la morveuse dont l'écume des larmes perle encore au bord de ses iris bleutées. Elle prit la place d'honneur de sa Mama, elle se reconvertit dans le mensonge et la puissance de la peur. La terreur et la satisfaction baignèrent ses jours et ses nuits. L'homme qu'elle craignait alors qu'elle était grande maintenant. Ce mâle belliqueux brandissant ses cornes de Lucifer afin de détruire la chair des autres. On la nourrit de haine, un lait malsain navigua dans son être, lui, si joyeux auparavant. On la dressa pour résister au feu infernal d'un autre.
C'est ainsi qu'elle se tenait ici, devant la tombe du même homme, propriétaire d'un cirque malheureux. Il s'animait de temps à autre, eut des secousses. Comme si son cœur se débattait encore. Enchainé, plongé dans cette boite macabre et illusoire. Il devait pourtant s'en sortir, c'est ce qu'il exigeait de ses employés. Survivre à la Mort. Lui s'était donné...les autres survivaient encore. Elle avait monté une rébellion afin de l'abattre, de le descendre chez-lui, dans son trône en enfer. La tzigane avait réussie...l'existence du véritable monstre ruisselant de ses mains tremblantes. Que fait-on maintenant ? la voix s'éleva alors que tous aspiraient à un silence. Ses yeux se détournèrent du cadavre et se jetèrent vers ceux du locuteur. Amener la police. Dire qu'un tour a échoué et puis s'enfuir au nord. show must go on...



AU-DELA + Une explosion et la fumée s'évanouit. Embrumant la place d'une odeur singulière, la foule se précipita pour assister au spectacle. Telles des fourmis, pauvres ouvrières d'une Fatalité à l'épée de Damoclès, elle s'amassait, se bousculait, comme des vagues s'écrasant contre un cercle impassible, presque sacré tant personne n'osait le briser. Les chuchotements s'élevaient, résonnaient comme dans le sein d'une cathédrale, sublime cachot où les victimes se donnent corps et âme à un rien, un semblant d'espoir, un fragment d'étoile oubliée. Puis le silence, une voix féminine, presque sensuelle, s'éleva faisant frémir les cordes d'une guitare. Un coup de tambour sonna, et enfin, enfin le désir se dévoila. Vêtue de mousselines et soies aux couleurs chatoyantes, elle éclata le gris d'une ville pressée de vivre...non, de survivre. Elle était le point central, et le monde tournait autour d'elle, elle, dont les jupons flottaient dans l'air alors qu'elle se mettait à danser. Le diable au corps, certains crachaient et s'en allaient, voyant clairement qu'ici, il est question de plaisir et non de raison. A bas la raison ! A bas les conventions ! Elle était l'opium d'un peuple : apaisant d'une main cristalline les niaises inquiétudes, s'abreuvant de leur désespoir, filant de ses fins doigts malicieux la toile de leurs rêves éthérés. Courant sur les lignes de leur main, tirant avec impérialisme la carte sur laquelle reposera la Destinée d'un tel ou d'un autre, murmurant à l'oreille d'un pauvre fou des merveilles sans bornes. La Bruja Del Este, celle qui établie un empire sur la cueillette des croyances. Démone des paroisses qui perdaient de leur influence lorsqu'elle se présentait, elle était le dernier pilier d'une ignorance humaine crevarde. Notamment après cette guerre meurtrière qui ravagea le sourire des gens. Elle était la flamme qui oscillait en cette nuit, chatouillant de ses drapés luxurieux, riches de senteurs orientales, les lèvres des condamnés. Oh certains vous diront bien que c'est une arnaqueuse, une criminelle se jouant de la confiance de ses clients, elle vous répondra alors, d'un air dédain, qu'elle n'use pas d'eux, premièrement ils se jettent dans les bras de ses dons suspicieux et occultes, secondement, elle cultive l'espoir, elle ravive les astres depuis longtemps éteints. Elle fait de l'homme un être meilleur. Divine sirène, elle tombe dans les bras d'un plaisir sans fins, l'argent déroulant sur les sales pavés. Tant qu'elle se déhanche comme elle le fait la petite, chacun est prêt à croire à sa magie ! Prédatrice, elle cherche alors, parmi le bas-fond, un volontaire, quelqu'un qui pourrait se surprendre et qui pourrait la servir. Un dévouement sans failles, presque idiot, et la personne tombe dans le piège. La brebis s'avance vers elle, cette nymphe d'ailleurs qui tend ses bras, cette muse à l'accent tranchant et étranger, c'est ainsi que la louve crie à sa meute. Ces déformés, ces monstres abandonnant pour certains leur musique et sautillant, apportent les instruments de sa réussite. Elle en fait disparaitre un, le révélant plus tard sous une couverture, en plonge un autre dans le sommeil le plus profond et le soulevant alors par une force incomprise...elle exécute ces longues acquisitions d'un passé tumultueux où la musique d'un cirque surplombait les cris des pauvres acteurs. Des exclamations jaillissent, comme des couteaux lancés en l'air, et après ceci, elle se recueille dans sa caravane laissant ses monstres, ces âmes dévastées, ces êtres difformes qu'elle protégea de la répulsion, continuer le show. Les nourrissant, les maternant, les chérissant; répugnants, sont-ils, et le reste de la société les rejetait jusqu'à maintenant, où ils sont le clou de sa comédie. A cet instant, les plus braves rentreront dans l'antre de la sorcière pour une nuit de fantasmes évanescents : elle les fera croire à l'impossible, leur révèlera un avenir hasardeux, et peut-être aimera un cœur brisé à qui elle offrira une petite fumette. Des drogues ? Elle en a plein ! Toutes là pour endormir la conscience de l'agneau et éveiller son inconscient tant refoulé.
En peu de temps, la Bruja del Este a sut établir un fond de commerce sur ses apparitions et ses services burlesques. On s'arrache pour lui balancer un mois de salaire aux pieds, pourvu qu'elle leur change la vie. Ces exécrables que la société, cette dernière qu'elle déteste tant, n'épargne pas. Elle est rentrée dans leur jeu, dans cet engin qu'est la vie "ordinaire" d'un fou, d'un absurde, mais elle mène son combat, sa fanfare et se moque bien de la politique et des mœurs. Elle crache sur ces derniers faisant rire aux éclats, ceux, qui ont abandonnés leur foi autrefois inébranlable.
Venez, entrez dans cet univers où Dieu est le concubin du Malin, où la folie est la seule raison plausible, où vos rêves se font réalité, où les masques tombent. Venez au bal des fous, imbibez-vous de la musique et de la fumée, en espérant que la nuit ne connaisse jamais de fin.





≈ L'ENFER C'EST LES AUTRES ≈



Dernière édition par Mariska Mama le Dim 24 Mai - 19:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les rois du royaume branlant

≈ ARRIVÉE : 05/04/2015
≈ IMPACTS : 689

≈ AVATAR : dane dehaan
≈ ÂGE : vingt-cinq ans, on le prend encore pour un gosse
≈ MÉTIER : peintre raté, contrebandier des silver snakes
≈ DES ARMES ? : un luger, plus pour son crâne que celui des autres
≈ GANG : les serpents venimeux, pas tous cependant



MessageSujet: Re: L'ENFANT BOHEME ~   Ven 22 Mai - 22:34

olalah, je suis déjà fan de ce que je vois :*-*: vive le freakshow :fire: :fire: :chris: :laugh:
bienvenue ici et bon courage pour ta fiche I love you I love you hésite pas si tu as des questions, toussa :perv:

_________________

NI PUTE NI MOINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t36-cowards-and-monsters http://hellisempty.forumactif.org/t69-meme-les-supernovas-s-eteignent-a-un-moment
avatar
Les rois du royaume branlant

≈ ARRIVÉE : 05/05/2015
≈ IMPACTS : 275

≈ UN AUTRE : samuel hancock pour vous servir.
≈ AVATAR : david mazouz.
≈ ÂGE : 15 ans.
≈ MÉTIER : pickpocket au service des peaky, petite frappe, raclure, ordure, les surnoms sont divers et variés.
≈ DES ARMES ? : un revolver, quant au modèle il en sait foutrement rien.
≈ GANG : il y pensait pas grand-chose avant d'en intégrer un, depuis il s'y sent bien, poisson dans l'eau il souhaite pas se tirer de sa grande famille de bookmakers. De toute façon, il a signé le contrat, il peut plus faire machine arrière, il est des Peaky jusqu'à sa mort.



MessageSujet: Re: L'ENFANT BOHEME ~   Ven 22 Mai - 22:35

BIENVENUE LA SORCIERE. :pervers: :mih:
J'réfléchirais à un truc promis, et Olga va tellement bien avec ce que t'as raconté. :beuh: :perv: Hâte d'en savoir plus, bienvenue parmi nous du coup et bonne chance pour ta fiche. :smoke: :nyu:

_________________


j's'rai content quand tu s'ras mort Vieille Canaille
« the one advantage we have is our ability to cooperate... to help each other out. we recognize ourselves in each other, and are programmed for compassion, for heroism, for love. and those things make us stronger, faster and smarter. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t67-eoin-t-as-brule-tous-mes-tapis-tu-t-es-couche-dans-mon-lit-et-t-as-bu-tout-mon-porto-vieux-chameau http://hellisempty.forumactif.org/t68-eoin-peace-and-love-pauvre-conne
avatar
Les rois du royaume branlant

≈ ARRIVÉE : 14/05/2015
≈ IMPACTS : 110

≈ AVATAR : Thomas Brodie-Sangster
≈ ÂGE : 18 ans
≈ MÉTIER : Coursier pour les serpents italiens
≈ DES ARMES ? : un revolver planqué dans la ceinture. une mite de plomb coincée contre l'oreille. un carnet entre son coeur et sa chemise.
≈ GANG : Silver Snakes



MessageSujet: Re: L'ENFANT BOHEME ~   Sam 23 Mai - 9:32

Et voila notre sorcière préférée hhinhinhin :laugh: je connaissais pas olga, mais wow elle est vraiment vraiment magnifique, excellent choix, surtout pour la buja What a Face re-bienvenue parmi nous en tout cas :bril: j'espère que la sorcière fera tomber bien des coeurs What a Face

_________________
FALLING SLOWLY, EYES THAT KNOW ME.
I wanted to live deep and suck out all the marrow of life. To put to rout all that was not life; and not, when I had come to die, discover that I had not lived.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t78-raffaele-close-your-eyes-think-of-something-nice http://hellisempty.forumactif.org/t83-raffaele-much-adoe-about-nothing
Invité
Invité


MessageSujet: Re: L'ENFANT BOHEME ~   Sam 23 Mai - 13:01

Toi je t'aime, ton style est sublime. :red:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 22/05/2015
≈ IMPACTS : 103

≈ AVATAR : Gemma Arterton
≈ ÂGE : 33 y.o
≈ MÉTIER : Reine des catins à la tête d'une maison de plaisirs
≈ DES ARMES ? : Son corps est la plus merveilleuse des armes. Si sa tenue lui permet, elle aime sortir accompagnée de son stylet.
≈ GANG : Une alliance la lie aux Muffled Necks



MessageSujet: Re: L'ENFANT BOHEME ~   Sam 23 Mai - 16:24

J'ai lu rapidement ton idée de personnage et je suis sous le charme! En plus ta façon d'écrire, c'est trop magique :raff: Olga est tellement parfaite pour le rôle.
Bienvenue et bon courage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t93-live-and-breathe-under-the-moon
avatar
Les teignes au pain rassis

≈ ARRIVÉE : 22/05/2015
≈ IMPACTS : 21

≈ AVATAR : o. kurylenko
≈ ÂGE : la fumée de ses yeux ondule autour de ses iris enflammées, celles qui ont capté les flammes d'une bible qui brûlait, celles qui ont adoré en silence, pleuré cupidement, ces iris qui en trentre-trois ans, ont récité les contes fantasques d'une irraisonnée, amoureuse des folies.
≈ MÉTIER : elle murmure de bien augures présages, riant, de par toutes ses perles de dents, à s'en déchirer le visage...elle est le serpent glissant sur le gouffre amer des pauvres vertus humaines, des superstitions anciennens. Vendeuse de rêves, voleuse d'espoirs, elle tournoie, ses jupons de déchéance enflammant les pieds des mâles, au milieu des chimères humaines. De la connerie humaine, cette Bruja del Este.
≈ DES ARMES ? : une rose ensanglantée qu'elle se plait à détacher avec vanité, de son corset de gitane. Son cache-coeur, transperçant le sien, sacrifiant l'amour au profit de la symphonie des pièces d'or. Qu'elle lance, cette fleur, à la figure de ses proies. Vos croyances sont son arme, votre naïveté, la croix de votre salaire.
≈ GANG : elle se complait dans sa famille, parmis ses monstres moins fous que la plupart des civils.



MessageSujet: Re: L'ENFANT BOHEME ~   Dim 24 Mai - 19:10

Christopher et que dire de ton artiste :bril: (puis DANICHOU) merci :ih:

Eoin j'espère bien que tu vas réfléchir :beuh: olga est la beauté suprême :bave: merci à toi aussi :coeur:

Luther ce pseudo et personnage qui promet :noes: merci :ih: jtm aussi :gnih:

Gene GEMMA :fire: :fire: :fire: merciiiii :*-*:

Merci à tous pour ces beaux compliments :*-*: :*-*: :*-*: j'espère que je ne vais pas vous décevoir, vu que cette catastrophe de fiche est bouclée :raff:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Les rois du royaume branlant

≈ ARRIVÉE : 14/05/2015
≈ IMPACTS : 110

≈ AVATAR : Thomas Brodie-Sangster
≈ ÂGE : 18 ans
≈ MÉTIER : Coursier pour les serpents italiens
≈ DES ARMES ? : un revolver planqué dans la ceinture. une mite de plomb coincée contre l'oreille. un carnet entre son coeur et sa chemise.
≈ GANG : Silver Snakes



MessageSujet: Re: L'ENFANT BOHEME ~   Dim 24 Mai - 21:05



Douce euphorie qu'est la validation



Prêt à te faire castagner ?


Holalalalah, elle est belle notre bohémienne :bril: et t'as le style qui va avec la bohème en plus :chou:

Bravo coco, finalement t'es pas trop mal barré pour survivre à Birmingham. :smoke: Avant de pouvoir te la couler douce, va falloir que tu bouges tes miches ! Parce que ouais, y'a pas de salaire sans travail et tout ce foutoir - j'suppose que tu connais. Dans tous les cas, tu vas d'abord aller recenser ta tronche, parce que bon ce serait triste qu'un autre vienne te la chourer. Ensuite, la case nous informer du reste est aussi obligatoire, on veut savoir ton métier, où t'habites, ton rang si tu fais partie d'un gang ou des autorités, bref, tout ça rien que pour le plaisir de bibi. :chris: Ensuite, tu pourras faire ta fiche de liens, un scénario seulement si t'es sage et pour terminer ; tu pourras RP. Ouais, j'sais qu t'as pris autant plaisir à m'lire que j'en ai pris à écrire. :perv: En cas d'pépin le staff est là pour toi, va vers les autres et va pas faire ta mijaurée - dans c'te ville de toute manière t'as pas à l'être. :frfr:


≈ L'ENFER C'EST LES AUTRES ≈


_________________
FALLING SLOWLY, EYES THAT KNOW ME.
I wanted to live deep and suck out all the marrow of life. To put to rout all that was not life; and not, when I had come to die, discover that I had not lived.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellisempty.forumactif.org/t78-raffaele-close-your-eyes-think-of-something-nice http://hellisempty.forumactif.org/t83-raffaele-much-adoe-about-nothing
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'ENFANT BOHEME ~   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'ENFANT BOHEME ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Sondage pour mon futur nabcast pour enfant.
» Un enfant humain rp
» L'enfant sauvage
» L'enfant Voodoo
» Enfant du chaos, graaaaaaaahhhh :twisted:
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≈ AND ALL THE DEVILS ARE HERE :: ≈ EMBARQUER POUR LES BAS-FONDS :: Remplissez votre casier judiciaire :: Dossiers archivés-